in

Belgique : un fils de réfugié irakien nommé secrétaire d’État chargé de la Migration

En Belgique, Sammy Mahdi, 32 ans, fils de réfugié irakien, vient d’être nommé secrétaire d’État chargé de l’Asile et la Migration. Il a assuré avoir pour ambition d’augmenter les expulsions.

Après une crise politique interminable – 493 jours -, la Belgique s’est finalement dotée d’un gouvernement mercredi 30 septembre. Parmi les nouveaux membres de l’exécutif, Sammy Mahdi, 32 ans, a accédé au poste de secrétaire chargé de l’Asile et de la Migration. Une fonction qui fait écho aux origines de ce fils d’un réfugié irakien, qui arriva en Belgique en 1970.

Sammy Mahdi, « plutôt de centre-droit » selon sa définition, se retrouve ainsi désormais au contrôle d’une situation qui s’est durcie ces derniers mois dans le pays, notamment en termes de conditions d’hébergement, pour les demandeurs d’asile. Et le jeune homme politique semble déterminé à faire preuve, à son tour, de fermeté, particulièrement en ce qui concerne les expulsions d’étrangers, qu’il juge trop peu nombreuses.

Publicité
Publicité
Publicité

Membre de la formation démocrate chrétienne flamande et ancien collaborateur au parlement flamand, Sammy Mahdi, qui revendique son franc-parler et se surnomme ironiquement « Barack Obama » sur son compte Twitter, dit que seulement « 18% des demandeurs d’asile » ayant été déboutés de leur demande en Belgique sont reconduits à la frontière, « contre 35% en Allemagne ». « C’est notre ambition d’augmenter ces renvois », a-t-il prévenu.

Augmentation des « centres fermés »

Dès dimanche, fidèle à ces annonces, Sammy Mahdi a affirmé qu’il y aurait une augmentation « des centres fermés » dans le pays. « Nous ferons en sorte, s’il le faut, que les personnes à qui l’on a signifié, en fin de procédure [de demande d’asile, NDLR], qu’elles ne peuvent pas rester, qu’elles soient expulsées du pays via des centres fermés », a-t-il déclaré à la chaîne de télévision flamande VTM.

Entre 120 000 et 150 000 personnes en situation irrégulière se trouveraient actuellement en Belgique, selon l’association Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés. Une situation qui nécessite au contraire, selon l’organisation, une meilleure prise en charge matérielle des personnes, avec davantage d’hébergements et d’accès aux soins, ainsi qu’un contournement du règlement de Dublin pour permettre notamment aux migrants du Soudan et d’Érythrée, majoritaires parmi les demandeurs d’asile, de pouvoir mener à bien leurs démarches dans le pays.

Publicité
Publicité
Publicité

>> À (re)lire : Belgique : « En cette période de crise sanitaire, les droits des exilés ne valent pas grand-chose »

« Mahdi ne sera pas moins strict que Theo Francken [ancien secrétaire chargé de ces dossiers, membre du parti nationaliste flamand N-VA qui plaidait pour empêcher les migrants d’avoir le moindre accès au territoire européen, NDLR] sur ce dossier », a estimé Nicolas Bouteca, politologue à l’université de Gand, dans les colonnes du journal L’Echo. « Le style sera en revanche très différent. »

« Avec la tête et le cœur »

Sammy Mahdi a déjà prouvé qu’il pouvait être frontal. En novembre 2017, alors président des Jeunes CD&V (chrétiens-démocrates et flamands) et rédacteur régulier de tribunes dans les médias, il avait publié une lettre ouverte adressée à la « petite racaille » issue de l’immigration qui « gâche tout pour tout le monde ». Ce texte faisait suite à des pillages et des dégradations survenus dans le centre de Bruxelles après un match de football entre le Maroc et la Côte d’Ivoire, qui avaient déclenché une polémique autour de la non-intégration des jeunes issus de l’immigration.

« De nombreuses personnes d’origine étrangère qui ont fait de leurs frustrations une force pour entreprendre des initiatives positives en ont marre de toi », avait-il lâché, s’adressant directement, en employant le « tu », à un interlocuteur générique.

Mais Sammy Nahdi se veut aussi rassurant et indique vouloir mener une politique équilibrée, pensée « avec la tête et le cœur ». « J’ai envie de faire en sorte que l’on ait une politique d’immigration correcte qui renvoie les gens qui doivent être renvoyés car ils n’ont pas le droit d’être ici et, en même temps, une politique qui soit humaine pour essayer d’aider les gens et de montrer notre solidarité avec tout le monde », avait-il déclaré, interrogé par le média RTL Info, dès sa nomination.

De son côté, Medhi Kassou, porte-parole de la Plateforme citoyenne, attend d’entamer un dialogue avec le nouveau secrétaire d’État avant de se faire une idée. « J’ose espérer sincèrement que son profil issu de l’immigration lui apportera une certaine sensibilité [sur ces questions] et que le dialogue sera facilité, dit-il. Mais on le dénoncera si il mène une politique de repli sur soi et de rejet. »

Publicité
Publicité
Publicité

Photo: Sammy Mahdi, 32 ans, accède au poste de secrétaire d’État chargé de l’Asile et de la Migration en Belgique. Crédit : Wikimedia Commons

Infomigrants

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Nucléaire-monde arabe: Le chantage saoudien

Tunisie : colère à Sbeitla après le mort d’un homme dans un kiosque à journaux