in

Askolovitch : « Marine Le Pen n’est pas assez conne pour s’en prendre aux Juifs »

C’était le 13 janvier 2011. A la veille du congrès du Front national qui allait désigner Marine Le Pen  à la tête du parti d’extrême droite, le journaliste Claude Askolovitch, invité par l’association communautaire Connec’Sion, a tenu des propos rares sur le thème « Juifs de France et échéances politiques 2012 ».

Constatant dans son entourage la montée du sentiment anti-arabe et anti-musulman, le spécialiste des mouvements radicaux a longuement fustigé, lors de ce débat,  la tentation frontiste des Juifs français. Celui qui se qualifie au passage de  « vieux social-démocrate pro-israélien de culture sioniste » est revenu en détail sur la dangerosité, selon lui, de cette nouvelle tendance politique au sein de la communauté juive.

En outre, interrogé par un membre du public à propos de la menace du Front national de remettre en question l’abattage rituel, Claude Askolovitch y voyait alors l’occasion d’une alliance stratégique entre juifs et musulmans. Un an plus tard, l’état actuel de la campagne électorale, focalisée à outrance sur l’enjeu de la viande halal et pourtant silencieuse sur l’alimentation équivalente du casher, a rendu illusoire le vœu d’une telle union sacrée.

Oumma a retenu, dans ce débat de 2 heures,  la principale intervention -édifiante- tenue par le journaliste du Point et de France 2. Extrait.

 

 

Fils de Roger Ascot, ancien directeur-récemment décédé– de la revue L’Arche, l’homme confirme sa double évolution personnelle : d’une part, parler désormais de sa propre inclinaison communautaire -contrairement à ce qu’il affichait en 2003 lors d’un célèbre affrontement avec Tariq Ramadan auquel il reprochait l’identification politico-religieuse de certains intellectuels juifs- et, d’autre part, critiquer la dérive des pro-israéliens systématiques comme ce fut le cas, en novembre dernier, lors de son intervention courageuse à la convention nationale du CRIF.

 

 

Mieux qu’une évolution : une révolution culturelle et intime pour cet ancien adepte de la chasse aux sorcières antisémites.  En fustigeant incidemment -dans la conférence de janvier 2011- le cérémonial consistant pour la classe politique à « embrasser la babouche du CRIF »lors de son dîner annuel, Claude Askolovitch esquisse là une salutaire singularité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

De la nécessité d’agir pour sauver la mosquée Al Aqsa

Dominique de Villepin s’en prend aux promesses “attrape-couillons” de Sarkozy et Hollande