in

Arrestation de sept agresseurs de migrants kurdes, près de Dunkerque

Depuis plusieurs semaines, les secteurs de Calais et de Dunkerque ont été le théâtre de terribles expéditions punitives à l’encontre de migrants, dignes des heures sombres et sanglantes des « ratonnades », qui ont mis sur les dents la police judiciaire de Lille, jusqu’à l’interpellation en flagrant délit, la nuit dernière, à Loon-Plage, de sept individus cagoulés et armés de barre de fer qui venaient de passer à tabac des migrants kurdes.

Arrêtés à bord de deux voitures garées près d’un campement, la plupart d’entre eux, âgés entre 25 et 44 ans, sont originaires de Calais, a-t-on appris du parquet de Dunkerque, et auraient sévi à maintes reprises, au cours de ces derniers mois, lors d’agressions violentes similaires ciblant exclusivement des réfugiés, toujours à la nuit tombée. Ces dangereux criminels, ivres de haine, se doublent de viles crapules détroussant leurs victimes avec la même fureur.

« C’est la première fois qu’une telle chose se produit ici », a déclaré  le procureur de Dukerque Eric Fouard, en précisant que ce sont des migrants, frappés à coup de barre de fer, qui ont alerté la police. « Il est trop tôt dans l’enquête pour parler de gang », a-t-il renchéri avec circonspection, tout en reconnaissant toutefois que « vu la configuration des lieux, il y a assez peu de chance qu’ils (les agresseurs) soient là par hasard, il pourrait y avoir préméditation ».

Placés en garde à vue, on ignore pour l’heure si les sept suspects, dont certains ont déjà eu maille à partir avec la justice mais pour des actes répréhensibles d’une autre nature, sont des partisans et nervis d’une quelconque mouvance d’extrême droite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Expulsée d’Israël, Elsa Lefort, épouse de Salah Hamouri témoigne sur OummaTV

Les Emirats arabes unis nomment la première femme ministre du Bonheur