in

Arabie saoudite : les femmes peuvent séjourner à l’hôtel sans « Mahram » (tuteur masculin)

Réserver une chambre d’hôtel ou un appartement meublé quand on est une femme adulte seule, sans tuteur ou « Mahram », est tout à fait acceptable et licite pour la Commission du tourisme patrimonial et national d’Arabie saoudite ( SCTNH), qui a donné un coup de semonce aux fournisseurs d’hébergement touristique toujours aussi réticents et offusqués par ce qu’ils considèrent être une atteinte aux bonnes mœurs.

Qualifiant le refus d’accueillir cette clientèle de « viol des principes » qui régissent leur charte interne, les responsables de la SCTNH ont frappé un grand coup pour bousculer un schéma de pensée rigoriste et infantilisant la gent féminine.

Les Saoudiennes ou étrangères, sans chaperons qui surveillent leurs faits et gestes et les suivent pas à pas, n’auront qu’une seule formalité à remplir : présenter une carte d’identité ou un passeport.

Par ailleurs, l’hébergement d’une femme seule sans pièce d’identité et accompagnant une famille, soit en sa qualité de proche parente, soit d’employée de maison, est également admis aussi longtemps que la famille en question est identifiée et en règle. Enfin, dernier cas de figure, si une femme est à la fois sans Mahram et sans carte d’identité, elle pourra toutefois être logée sous certaines conditions.

Seules les jeunes filles de moins de 18 ans ne sont pas autorisées à être hébergées sans surveillance parentale ou d’un tuteur légal, la SCTNH recommandant, en pareil cas, de signaler immédiatement leur présence auprès de la police du royaume. Des consignes sur la sécurité des visiteurs et de leurs biens pendant leur séjour ont également été renouvelées à l'occasion de cette mise au point appelant à un assouplissement des mentalités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

N. Boukrouh: « Les musulmans  sont les exécutants inconscients de leur autodestruction »

E. Macron: “Si vous vous appelez Ibrahim ou Youssef, c’est plus dur d’avoir un job dans notre pays”