in

Appel d’intellectuels et d’universitaires algériens établis à l’étranger

Ayant émigré pour des raisons liées à l’histoire, nous universitaires et intellectuels établis à l’étranger, suivons avec inquiétude l’évolution récente de la situation politique du pays. Nous appelons les fonctionnaires des forces de l’ordre et les membres de l’armée nationale à être lucides devant les risques qui menacent l’Algérie. Ni le personnel des forces de sécurité ni la population n’ont intérêt à revivre les affres de la tragédie nationale des années 1990.

Les officiers ne doivent jamais oublier qu’ils appartiennent à une armée issue de la valeureuse ALN qui, avec le soutien de son peuple, a défait les forces d’occupation coloniale pour libérer le pays. Une armée n’est pas forte seulement avec la puissance de feu de ses armes ; elle l’est avec le soutien de son peuple. Face à la tourmente qui s’annonce et qu’il faut à tout prix éviter, l’unité de l’ANP est à sauvegarder comme la prunelle des yeux.

En même temps, la solidarité de corps ne doit pas prévaloir au prix de tirer sur les civils. Si l’ordre de tirer était donné, il faut se rappeler que les armes de l’ANP auront tiré sur les petits-enfants des glorieux colonels BenBoulaid, Amirouche et Lotfi. Nous voulons croire que l’armée algérienne n’est ni un corps de janissaires, ni une milice armée au service d’un régime impopulaire. Les officiers de l’armée sont les fiers descendants des maquisards de l’ALN et sont des soldats de la République prêts à défendre leur peuple.

Entre Algériens, il n’y a pas d’ennemis que l’armée combattrait. Il y a seulement des divergences idéologiques et politiques au sein de la société qui devraient et pourraient être résolues par le débat libre et l’alternance électorale. Nous appelons nos frères officiers à être à la hauteur de l’éthique de l’honneur de l’ALN et à ne pas être l’instrument de répression des revendications légitimes des jeunes générations pour la construction de l’Etat de droit et de la démocratie.

Publicité

Signataires :

Lahouari Addi, Professeur émérite, Sciences Po Lyon, France, former fellow at the Institute for Advanced Study, Princeton, Etats-Unis

Rachid Ouaissa, Professeur de science politique, Directeur du Centre d’Etudes sur le Monde Arabe, Université de Marburg, Allemagne

Youcef Nedjadi, chercheur en physique nucléaire à l’université de Lausanne, Suisse,  former fellow at University of Oxford, membre de l’Institut de Physique britannique, Grande Bretagne

Publicité

Hasni Abdi, Global Studies Institute, Université de Genève, directeur du CERMAM, Suisse

Youcef Bouandel, professeur de science politique, Qatar University, Doha, Qatar

Abdelkader Charef, professor of political science, State University of New York, Etats-Unis

Abdelouahab Dahbi, enseignant-chercheur à l’Ecole Polytechnique de Zurich, Suisse

Publicité

Lakhdar Ghettas, PhD, LSE, Grande Bretagne, Conflict Transformation Advisor, CFG, Suisse,

Kaddour Hadri,  professeur émérite, Queen’s University Belfast, Irelande

Haoues Seniguer, maître de conférences à Sciences Po Lyon, France

Abbas Aroua, Privat-Docent, Faculté de Médecine, Université de Lausanne, Suisse

Mohamed Amara, professeur de mathématiques, université de Pau, France

Mohamed Benbaali, Médecin anesthésiste-réanimateur, Languedoc-Roussillon, France

Farida Djelloul, médecin, Haut Fonctionnaire des Nations Unies à la retraite, Suisse

Razika Adnani, philosophe et islamologue, membre du conseil scientifique du Centre civique d’étude du fait religieux (CCEFR), France

Sabrina Zeghiche, doctorante en sociologie à l’Université d’Ottawa, Canada

Ghalya Djelloul, enseignante-chercheure, CISMOC, Université Catholique de Louvain, Belgique

Azzedine Boussekssou, directeur de recherche au CNRS, Membre de l’Académie des Sciences, Paris, médaille d’argent du CNRS, France

Yacine Chitour, professeur, Université Paris Sud, membre senior de l’IUF, France

Nour Meddahi, professeur, Toulouse School of Economics, fellow de la Econometric Society

Raouf Boucekkine, professeur, directeur de l’Institut d’Etudes Avancées d’Aix-Marseille (IMéRA), membre senior de l’Institut Univeristaire de France

Tahar Khalfoune, juriste, affilié à l’université Lyon3, France

Abdelakader el Mokhtar, language Tutor, University of Glasgow, Grande Bretagne

Réda Bensmaia, professor of  Francophone Studies and Comparative Literature, Brown University, Etats-Unis

Publicité
Publicité
Publicité

18 commentaires

Laissez un commentaire
  1. @Souaréba DIABY GASSAMA
    Je vous attendais pour me faire comprendre, pour m’apporter la Vérité. Pauvre niais vous êtes bouffi d’orgueil et de vanité. Vous vous prenez pour un prophète “je cherche à démontrer que trop de musulmans sont éloignés de ce que le Coran nous ordonne”. Mais c’est à se pisser dessus: Souaréba le Rédempteur. Votre cafetière à doublé de volume. Vous pensez marcher sur l’eau? . Mais mon pauvre ami, les musulmans vous ignorent. Ils ne savent même pas que vous existez.
    Cependant vous avez raison sur un point mes parents m’ont enseigné d’être fier de ce que nous sommes et combattre la servilité et le larbinisme et surtout négliger ce qui est négligeable, Ce que je n’ai pas fait jusqu’à présent vis à vis de votre personne. On a toujours tord de de ne pas suivre les conseils de ses parents. A trop fréquenter les laquais, on commence à sentir le crottin.

  2. vous avez mal compris.
    je ne me cache ni des hommes ni de Dieu, d’où mes réponses et le fait que mon identité soit claire.
    d’autres se cachent de ces premiers, tant ils les craignent, tout en en profitant pour de bas procédés (ainsi que vos parents vous l’ont appris).
    à ces gens, il importe de leur répéter que Dieu les voit bien qu’ils s’imaginent en sécurité.
    quant à le répéter à ceux qui ne se cachent ni de leurs semblables ni de Dieu, c’est inutile. vous ne pouviez le comprendre : vous êtes dans l’autre catégorie.

    on notera toujours l’absence de réponse. à dessein 😉

  3. @dari
    toujours pas de réponse à ma question mais une persistance à l’attaque personnelle et à détourner la question. ça aide l’anonymat, n’est-il pas ? mais retenez une chose : Dieu vous voit.

  4. @Souaréba DIABY GASSAMA “Chevalier blanc de l’identité française”
    Il y quoi se tordre de rire: un oncle tomiste. Mon pauvre ami, vous êtes porteur d’une conception étriquée de la notion d’appartenance à un groupe ou une nation. Je suis musulman, citoyen du monde et accessoirement français. Votre nationalisme servile est pathétique. Le larbinisme n’a jamais intégré personne, à bon entendeur salut.
    Pour ce qui est des arguments, Il n’est pire aveugle que celui qui ne veux pas voir mon petit Schopenhauer de banlieue.

  5. Tahya El dzair
    Il faut garder la tête froide et beaucoup de lucidité et canaliser efficacement cette belle énergie positive

    La communauté algérienne établit à l’etranger Est une belle force qui saura donner de l’élan à notre belle Algérie

    Pr. Zaki El Haffaf, Md, FRCPC, FCCMG
    Médecin Généticien
    Université de Montréal

  6. En ce moment, contexte et circonstances, la division est un piège. Voir un danger. Pour les patriotes partisans, de ” l’Intelligence Pacifique de la Renaissance de la Démocratie, et des Libertés Fondamentales ” . Garant de notre Véritable futur Démocratique , de nos Libertés et de notre développements. Un consensus a minima est exigé.
    Constitué un collège, de 9 sages désignés, mais non élus. Reconductible tout les 3 ans, mais 6 ans de mandat maximum. Non renouvelable pour les 9 membres.
    Représentant les 5 premiers parties politiques de l’Assemblée nationale, avec un maximum de 2 sièges par parties. Désignation des 9 membres, faite par l’Assemblée nationale. Avec une présidence honorifique, tournante, de 6 mois, pour chacun des membres du collège des sages.
    Il est d’un devoir, voir d’une exigence de patriotes , d’être sur
    le consensus de l’essentiel du socle composants les toutes premières réformes démocratiques ” urgentes ” du redressements, politiques, économiques, et sociales. Le changement maintenant, et tout de suite. Une réponse urgente. Plus jamais le poison du culte de la personnalité d’un président. Élue du peuple, l’assemblée nationale dicte par ses votes l’orientation politiques, et peut révoqué individuellement chaque membre dès 9. Une police de la morale, de l’éthique et de l’intégrité , la confiance par le contrôle, sont les outils de la bonne gouvernance. L’action Pacifique du changement, est notre unique cheminement de mode politique. Le succè est à bout touchant…

  7. En ce moment, contexte et circonstances, la division est un piège. Voir un danger. Pour les patriotes partisans, de ” l’Intelligence Pacifique de la Renaissance de la Démocratie, et des Libertés Fondamentales ” . Garant de notre Véritable futur Démocratique , de nos Libertés et de notre développements. Un consensus a minima est exigé.
    Constitué un collège, de 9 sages désignés, mais non élus. Reconductible tout les 3 ans, mais 6 ans de mandat maximum. Non renouvelable pour les 9 membres.
    Représentant les 5 premiers parties politiques de l’Assemblée nationale, avec un maximum de 2 sièges par parties. Désignation des 9 membres, faite par l’Assemblée nationale. Avec une présidence honorifique, tournante, de 6 mois, pour chacun des membres du collège des sages.
    Il est d’un devoir, voir d’une exigence de patriotes , d’être sur
    le consensus de l’essentiel du socle composants les toutes premières réformes démocratiques ” urgentes ” du redressements, politiques, économiques, et sociales. Le changement maintenant, et tout de suite. Une réponse urgente. Plus jamais le poison du culte de la personnalité d’un président. Élue du peuple, l’assemblée nationale dicte par ses votes l’orientation politiques, et peut révoqué individuellement chaque membre dès 9. Une police de la morale, de l’éthique et de l’intégrité , la confiance par le contrôle, sont les outils de la bonne gouvernance. L’action Pacifique du changement, est notre unique cheminement de mode politique. Le succè et à bout touchant…

  8. « Ayant émigré pour des raisons liées à l’histoire »

    Ça commence fort.
    Une bonne part d’entre eux (sinon la totalité) a émigré parce que de ce côté-ci, ils ne bénéficiaient pas des mêmes opportunités.
    Cela me paraît un peu piquant de voir que des gens à l’étranger disent à ceux ayant eu le courage ou la nécessité ou l’impératif de demeurer au pays ce qu’il convient de faire.

    • Ces personnes ont eu raison de partir. Elles sont brillantes et leur pays ne leur aurait pas donner les moyens de parvenir au niveau auquel ils sont parvenus. elles participent autrement au rayonnement de leur pays.
      Le fait d’être parti ne les exonère pas de leur citoyenneté. Ils ont le droit et même le devoir d’intervenir et d’apporter leurs lumières à leur peuple.
      Si pour votre cas vous considérez ne plus faire partie de votre peuple d’origine, libre à vous. si vous avez cultivé un complexe j’en suis désolé pour vous. Mais de grâce n’incriminez pas les immigrés pour l’intérêt qu’il portent à leur nation.

      • En l’occurrence, ils participent plutôt au rayonnement de ceux qui les ont formés, surtout qu’ils ne sont pas retournés en la « Sainte Algérie ».

        Quant à votre dernier paragraphe, et comme d’habitude avec les individus tels que vous, si je n’avais donné mon identité (contrairement au lâche que vous êtes) ou si je m’étais nommé Paul-Henri du Limbert et que je tinsse le même discours, me l’auriez-vous écrit ? Nous sommes bien dans l’attaque personnelle, preuve que je tape bien où il faut.

        Par contre, quand on détient la double-nationalité, je n’ai rien à dire. C’est juste que lorsqu’on se dit Français et qu’on manifeste relativement à ce qu’il se passe en Algérie que je pose des questions. Et au vu de votre « si pour votre cas vous considérez ne plus faire partie de votre peuple d’origine », je conclus que j’ai fort bien fait de noter qu’il y avait un aspect effectivement ethnique (c’est-à-dire raciste en puissance) dans la démarche de ces quelques Français d’origine algérienne.

        Il est très bon de discuter avec des gens comme vous : vous en dites beaucoup sur la cause de la déchéance de l’Islam.

        • @Souaréba DIABY GASSAMA
          Je n’ai pas compris l’articulation de votre première phrase et je ne vois pas ce qui vous permet de dire que ces personnes ne sont pas retournées en Algérie. Auriez-vous des informations confidentielles sur chacun d’eux? Et pourquoi « Sainte Algérie ». Bizarre!!!. Cela devrait provoquer un effet, sous entendre quelque chose?

          Mon pauvre ami vous êtes complètement frappé, vous me reprochez de vous répondre de manière circonstancielle. Mais mon vieux si vous vouliez que je réponde à un individu lambda vous n’auriez pas du mettre votre patronyme. Il va falloir soigner cette paranoïa ou cette identité mal assumée. Vous ne pouvez pas rester comme ça. Ne vous en faites pas la sécurité sociale prend tout en charge.
          Il ne vous a pas frôlé l’esprit que ce qui pouvait vous attachez a un peuple était la culture. L’ethnie étant le dernier élément pour un maghrébin. En effet le Maghreb est une mosaïque de peuples (Phéniciens, Romains, Numides, Wisigoths, Touareg, Noirs, Perses, etc…). Ne prenez pas vos névroses pour des vérités historiques. Vos complexes ethniques ne régissent pas nécessairement les relations ( et chats occasionnels) des individus.
          L’Islam n’a pas besoin d’un redresseur de tords à la petite semaine. Balayez donc devant votre porte, il me semble que vous développez une animosité systématique vis à vis des Algériens et de l’Algérie. Vous ont ils causé du tord?
          Si c’est le cas, j’en suis bien peiné pour vous.
          Accessoirement et pour une bonne compréhension sachez que je ne suis pas Algérien, mais que je suis toujours surpris par la véhémence de vos propos à leur endroit.
          Qu’Allah vous apaise et vous apporte la sérénité.

          • “Si l’on s’aperçoit que l’adversaire est supérieur et que l’on ne va pas gagner, il faut tenir des propos désobligeants, blessants et grossiers. Être désobligeant, cela consiste à quitter l’objet de la querelle (puisqu’on a perdu la partie) pour passer à l’adversaire, et à l’attaquer d’une manière ou d’une autre dans ce qu’il est : on pourrait appeler cela argumentum ad personam pour faire la différence avec l’argumentum ad hominem.”
            SCHOPENHAUER, L’art d’avoir toujours raison

            vous ne me répondez pas de façon circonstancielle puisque si c’était le cas, vous auriez donné la même réponse à tout individu ayant tenu le même propos.
            or si j’étais Paul-Henri du Limbert, vous n’auriez pu me dire que j’étais complexé. nous sommes donc bien dans l’attaque personnelle et non dans l’argumentation circonstancielle à MES ARGUMENTS, preuve qu’il n’y avait pour vous d’autre façon de me répondre. car encore une fois, au problème étant de savoir si il était normal que des citoyens Français d’origine algérienne se mobilisassent relativement à ce qui se déroule en un autre État, je n’ai obtenu de réponse. et votre passage délirant sur la Sécurité Sociale montre encore une fois que vous ne pouvez me répondre dessus sans reconnaître la duplicité (ou même l’hypocrisie) de nombreux Français d’origine algérienne. seule façon de s’en “sortir” : imaginer que je suis un raciste ou véhément.

            quant au fait que je dévoile mon identité, cela procède d’une simple honnêteté intellectuelle : j’assume mes propos publiquement. et je ne vois toujours pas en quoi le fait de décliner son identité civile justifierait que vous vous en prissiez à moi sur ce plan relativement à notre discussion. mais on voit plutôt ce qui vous anime, car, au lieu d’y voir honnêteté, vous y voyez moyen d’attaque. pitoyable… c’est sûrement la raison qui fait que vous ne donnerez pas votre identité… peut-être par peur que vos âneries ne vous soient ressorties dans quelques années ? 😉

            l’Islam n’admet aucune duplicité, aucune hypocrisie. Joseph (pbsl) était loyal envers l’Égypte. par la problématique que je viens de poser, je cherche à démontrer que trop de musulmans sont éloignés de ce que le Coran nous ordonne pourtant. si l’on se dit Français, je ne comprends que l’on fasse partie d’une quelconque “diaspora” à moins que nous ne fassions référence à un quelconque substrat ethnique. auquel cas, pourquoi se réclamer de la France et non du pays qui représenterait le mieux cette appartenance tribale ? toujours pas de réponse ? voilà l’un des maux car trop de Français se rendent compte de la duplicité de quelques musulmans, faisant qu’ils ne peuvent que concevoir une image d’eux et de l’Islam faussée, pervertie, altérée. c’est mon combat.

            mais comme je l’ai abondamment dit, il est plus facile d’y voir de la haine pour ne pas répondre.
            toutefois, certains verront qu’il y en avait au moins un à dénoncer cet état de fait.

            PS : mon message est présentement relatif à l’Algérie mais il se décline à l’infini envers les Sénégalais, Italiens, Turcs, etc. seul un manipulateur y verra du racisme, de la véhémence et autres.

  9. الله الله عليكم و ما شاء الله عليكم يا ولاد الجزائر
    Je suis plus que jamais fier d’être votre compatriote
    Sur el Watan le général à la retraite Hocine Benhadid propose d’installer « un comité de sages » pour gérer la transition qui serait composé d’Ali Yahia Abdennour, Ahmed Taleb Ibrahimi et Boualem Benhamouda avec d‘autres personnalités intègres comme conseillers. « Ce comité de sages à installer par le président du Sénat Abdelkader Bensalah, aurait pour mission de nommer un gouvernement provisoire (….) et de préparer des élections présidentielles»
    En lieu et place du comité qu’il propose forcément restreint et ne faisant pas nécessairement consensus, je verrais une commission nationale, or qui mieux que vous toutes et vous tous pour siéger dans pareille commission aux côtés de nos hommes politiques intègres.
    L’Algérie mérite que vous jouiez un plus grand rôle pendant les six prochains mois.

    Messieurs Dames, mes respects.

    • Bonjour,
      Ce n’est pas parce que Boumediène est mort il y a 40 ans qu’il faut oublier que lui est son équipe sont su cœur même du régime dont le peuple demande l’abolition. QU’il y ait des batailles internes au régime ne doit pas nous entraîner à nous unir vers un clan de ce régime sous prétexte qu’il est l’adversaire de celui qui dirige en ce moment. Taleb Ibrahimi, Benhamouda et Bouteflika sont dans ce régime. Ils l’ont servi des années durant nous privant de liberté et de démocratie.

  10. Salamou alaikoum,
    Je voudrai vous féliciter pour cette initiative, qui a su transmettre ce que nous n’avons pas vivre avec nos compatriotes. Je rêve d’un comité comme celui que vous venez de créer qui nous guidera dans nos démarches et nos envies profondes, nous algériens dispersés dans le monde entier pour reconstruire notre chère Algerie, en apportant sa propre pierre pour reconstruire notre Algerie tant rêvée, loin de la bureaucratie et tout obstacles qui nous ont fait fuire, loin de toutes pratiques frauduleuses, sales, démotivantes.
    Que dieu protège notre chère Algerie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

La femme et l’éveil de l’Algérie : fleurs et colère

“Libérez l’Algérie”: une chanson qui rassemble les Algériens dans la rue