in

Angleterre : le triomphe du député Galloway, élu par et pour les musulmans

Il n’y a que la Manche qui nous sépare de la perfide Albion, et pourtant il y a un monde entre la perception anglaise et française du communautarisme. Illustration magistrale de ce fossé conceptuel qui, entre autres différences, nous éloigne de nos proches voisins, la victoire écrasante de George Galloway, célèbre trublion de la politique britannique, aux élections législatives partielles de Bradford Ouest, la ville la plus pakistanaise d’Angleterre, située dans le comté du Yorkshire, risque fort de laisser sans voix tous les bien-pensants…

Leader du Respect Party, un parti d'extrême-gauche, pro-palestinien, qui a fait de l’électorat musulman son cœur de cible prioritaire, le député Galloway  a su conquérir son public en trouvant les bons mots et les slogans à l’impact garanti.

"Je ferai de Londres un phare de l’Islam" a notamment promis le parlementaire, qui s’est fait un nom en s'opposant aux guerres d’Irak et d’Afghanistan, ainsi qu'en militant  pour la cause palestinienne. Sorti grand vainqueur des urnes, avec 56% des voix, en damant le pion à son plus sérieux rival, donné ultra-favori dans ce bastion du parti travailliste,  Imran Hussain, George Galloway s’exclamait jeudi enthousiaste : "C’est la victoire la plus sensationnelle de toutes les élections partielles dans le pays", a-t-il lancé, un "soulèvement" qui va déboucher sur le  "printemps de Bradford".

Chronique anglaise d’un changement de population qui a entraîné un profond revirement de la politique, le "coup de tonnerre" de George Galloway, comme l’a titré la presse anglaise, a donné le ton d’une approche très ciblée, qui s’est même déclinée en ourdou (langue officielle du Pakistan) sur les banderoles, pour ne pas dire éminemment communautaire.

Le plébiscite de celui qui est raillé ou éreinté comme "le dhimmi" triomphant se comprend mieux à la lecture d’un de ses tracts qui ont inondé la ville : « Dieu sait qui est musulman et qui ne l’est pas.Permettez-moi de signaler à tous les frères et sœurs musulmans ce que je défends. Moi, George Galloway, ne bois pas d’alcool et je n’en ai jamais bu. Posez-vous la question de savoir si l’autre candidat, Imran Hussain dans cette élection peut en dire autant. Moi, George Galloway, me suis battu pour les musulmans au Parlement et à l’étranger toute ma vie, et j’ai payé un prix pour cela. Moi, George Galloway, j’ai été honoré par la plus haute décoration civile du Pakistan. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le jihadisme des uns et le jihadisme des autres

Quand l’armée d’occupation israelienne saccage les structures télévisuelles de Ramallah