in

Allemagne : des associations musulmanes et turques appellent à une manifestation citoyenne contre les néo-fascistes du Pegida

C’est au cœur de Cologne, l’une des cités phares et les plus métissées d’Allemagne, réputée pour être un creuset de la diversité culturelle, que la clameur de contestation populaire monte au sein d’associations musulmanes et turques, contre les débordements haineux des nazillons de tous poils qui propagent la haine de l’étranger et de l’altérité sous la bannière "Européens patriotes contre l'islamisation de l'Occident" (Pegida). 

Après avoir subi, des semaines durant, leurs assauts xénophobes et islamophobes dans des villes emblématiques qui ont résonné de leurs cris de guerre, les minorités allemandes violemment livrées à la vindicte serrent les rangs, déterminées à lancer la contre-offensive en ralliant les forces vives du pays, ainsi que tous les hommes et femmes de bonne volonté, épris de tolérance, à leur saine protestation.

La contre-manifestation citoyenne, foncièrement anti-raciste et anti-fasciste s’organise donc de l’autre côté du Rhin, mobilisant pas moins de 13 associations musulmanes et turques qui appellent l’ensemble de leurs concitoyens à défiler dans Cologne, le 5 janvier prochain, pour former un long cortège du vivre-ensemble. Soutenu par des partis politiques, des syndicats, et de hauts dignitaires religieux, ce rassemblement de la tolérance et de la concorde nationale exhorte à ne pas capituler devant les redoutables crânes rasés du Pegida, tout en espérant faire revenir à de meilleurs sentiments les quelque 30% d’Allemands qui, selon le magazine Stern, estiment les revendications de ces ultras du nationalisme et leurs démonstrations de force pour les exprimer pleinement justifiées.

"Nous appelons tous les citoyens à se joindre à notre grande manifestation de Cologne, le 5 janvier, et à prendre position contre le racisme, la xénophobie, la haine contre les étrangers et l'hostilité contre l'islam. Nous allons soutenir toutes les initiatives démocratiques qui s’opposent au PEGIDA et aux autres groupes nés dans son sillage", tel est le mot d’ordre qui figure dans le communiqué officiel signé par le Conseil de coordination musulmane d'Allemagne, une plate-forme fédérant quatre organisations musulmanes de premier plan, ainsi que par les associations représentant des hommes d'affaires turcs-allemands, TUMSIAD et MUSIAD-NRW, sans oublier l’Union des européens turcs démocrates qui jouit d'une réelle influence chez nos proches voisins et locomotive de l’Union Européenne.

Lors de son allocution traditionnelle du Nouvel An, la chancelière Angela Merkel a, de nouveau, vivement critiqué le Pegida, l’accusant de jeter de l’huile sur le feu en banalisant la discrimination raciale et religieuse. "Je voudrais dire la chose suivante à ceux qui participent à ces manifestations: Ne suivez pas les appels de ces organisateurs parce que leurs cœurs sont froids, souvent pleins de préjugés et même de haine", a-t-elle déclaré, en alertant ses compatriotes sur l’extrême dangerosité de ce groupuscule sur lequel plane le spectre lugubre du néo-fascisme.

Petite éclaircie dans un ciel allemand où gronde l’orage nationaliste, comme ailleurs sur le Vieux Continent, un récent sondage réalisé par l'institut Forsa auprès d’un panel représentatif de 1 006 Allemands  fait ressortir que 67% d'entre eux ne perçoivent pas de menace dans l’islam et la présence musulmane sur le territoire national, et considèrent même que l’évocation du péril vert tient de l'exagération sans fondement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Russie: Des passants interviennent pour défendre une femme voilée (vidéo)

Cisjordanie : des colons attaquent un convoi du consulat américain