in

“Agir pour ne pas subir” le fléau de l’islamophobie institutionnalisée

« Agir pour ne pas subir » ni le fléau de l’islamophobie institutionnalisée, ni son déni tristement révélateur, ni l’horreur du terrorisme aveugle, ni les éternelles tentations de souffler sur les braises de la haine, c’est animée de ce volontarisme politique, renforcé par l’effroyable tragédie du vendredi 13 novembre, que l’Union des Démocrates Musulmans Français (UDMF) aborde la dernière ligne droite de sa campagne pour les régionales, à l’approche d’un premier tour décisif, le 6 décembre prochain.

Pour Nagib Azergui, le fondateur et secrétaire national de ce micro-parti, laïque et républicain, créé pour apporter une bouffée d’air frais dans un paysage politique élitiste, verrouillé de l’intérieur, il y a plus que jamais urgence à agir dans les isoloirs, en glissant dans les urnes le bulletin de la voie alternative incarnée par Nizarr Bourchada, 34 ans, le chef de file de l’UDMF en Ile-de-France.

Malika Machtoune, tête de liste dans les Hauts-de-Seine, aux côtés de Nizarr Bourchada

Après avoir été fortement ébranlés par les attentats sanglants qui ont frappé Paris en plein cœur, Nagib Azergui entouré de ses équipiers et militants, ces premiers ambassadeurs du mouvement auprès de la population, sont repartis de plus belle sur le terrain, portés par leurs convictions profondes et prêts à répondre à toutes les interrogations des Franciliens. Des concitoyens et électeurs potentiels qui, en dépit du traumatisme subi, leur ont réservé d’émouvantes rencontres et de magnifiques élans spontanés de solidarité, notamment de la part de non-musulmans.

"Je n’ai jamais douté de la légitimité de l’UDMF, même si le choc émotionnel provoqué par les attentats a été immense. Notre mouvement qui se veut rassembleur, privilégiant l’unité nationale à la division, prend tout son sens aujourd’hui, en ces heures sombres", nous a confié Nagib Azergui, joint au téléphone. Celui-ci assure ne pas craindre une nouvelle diabolisation de son parti, en raison du mot qui fâche « musulman » mis en exergue dans son appellation, rappelant avec force qu’il aura suffi d’une seule décennie pour que "nos politiques fabriquent un thème de campagne ‘Les Musulmans’".

Il se dit conforté dans le bien-fondé de sa démarche politique par les seules réactions et perceptions qui importent à ses yeux : celles des habitants d’Ile-de-France, de toutes confessions, origines et sensibilités.

"Dans l’état d’urgence que connaît notre pays, il est de notre devoir de rassembler, par tous les moyens, l’ensemble des français pour défendre nos idéaux et faire bloc contre cette atrocité qui n’a, à l’évidence, ni couleur, ni croyance aucune. Notre parti politique, l’Union des Démocrates Musulmans Français, se fait l’écho de cette unité nationale et de ce rassemblement républicain. Cette tragédie doit nous pousser, vous comme nous, ainsi que l’ensemble de la classe politique, à se poser les bonnes questions pour éviter que cette situation ne perdure, ne s’aggrave et ne s’amplifie. Nous condamnons avec la plus grande vigueur tous ces actes terroristes et il nous est insupportable que des amalgames soient entretenus pour lier les citoyens de confession musulmane, d’une manière ou d’une autre, à ces criminels fondamentalistes", insiste Nagib Azergui, en lisant un extrait marquant de la lettre en date du 15 novembre qu’il a adressée au président Hollande.

A l’heure où il est crucial pour l’UDMF, ce petit parti qui se fraye un chemin dans l’arène politique sans aucun financement extérieur, de matérialiser son slogan « Faire ensemble une Ile-de-France qui nous rassemble » et de prouver qu’il ne relève pas d’une douce utopie mais qu’il traduit les attentes pressantes de l’électorat francilien, dans la diversité de ses composantes, voici la procédure à suivre pour que « vos VOIX comptent et contribuent à faire vivre la Démocratie » en France.

" Nous ne recevons aucun financement extérieur, notre campagne est donc financée intégralement par les candidats, nos adhésions ainsi que par vos dons. Nous faisons notre possible pour qu’il y ait des bulletins de vote UDMF dans chacun des bureaux de vote de la région, mais il n’y en aura pas pour l’ensemble des d’électeurs car le coût est trop important.

Alors pour que vos VOIX comptent, aidez-nous à faire vivre la Démocratie dans notre pays ! Comment ? Pour contourner cette contrainte, nous vous encourageons à imprimer votre bulletin de vote depuis notre site de campagne http://nizarrbourchada.fr. Ainsi, de cette façon, les bulletins présents dans les bureaux de vote à l’ouverture resterons le plus longtemps possible . Le bulletin est au format PDF à imprimer sur une feuille standard de dimensions A4 (21×29.7cm)."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les femmes premières victimes de l’islamophobie (reportage)

“Alerte Anthrax” à la grande mosquée de Bruxelles, sept fidèles en phase de décontamination