in

Affiches « Non à l’islamisme » du FN : Jean-Marie Le Pen relaxé

Rien ne semble résister au FN, pas même un verdict de justice qui, une fois encore, a opté pour la clémence envers le patriarche de l’extrême-droite française, Jean-Marie Le Pen, et ses affiches dantesques “Non à l’islamisme” diffusées lors des régionales de mars 2010, annonciatrices d’une croisade populiste qui allait faire feu de tout bois, et qui a produit des étincelles électrisantes.

Au pays où les amalgames sont rois, l’électrochoc visuel qui a assimilé islam et islamisme de manière terrifiante, emprunté par le vieux briscard et sa digne fille à leur homologue Suisse l’UDC, n’a manifestement pas heurté la sensibilité du tribunal correctionnel de Nanterre, dont la magnanimité envers une démagogie nauséabonde est, semble-t-il, à toute épreuve…

Relaxé mardi 5 avril, après avoir été préalablement blanchi de ses intentions malsaines en décembre dernier pour un pseudo vice de forme, Jean-Marie Le Pen a réussi à se mettre dans la poche des juges bien conciliants, au grand dam du MRAP qui avait repris le flambeau de SOS Racisme et de la LICRA, déboutés en fin d’année.

Le clan Le Pen boit du petit lait, exultant devant un acquittement bien charitable, qui non seulement apporte de l’eau à son moulin propagandiste, mais également confère à sa dame de fer une respectabilité nouvelle qui peut tout oser, tout transgresser, tout piétiner, avec la bénédiction de l’institution judiciaire : « cette décision fait honneur à la justice, et rappelle aux professionnels de l’antiracisme que Jean-Marie Le Pen et le Front National ont parfaitement le droit d’alerter les Français des dangers de l’immigration et de l’islamisme, défendus par le système UMPS », le droit d’alerter certes, mais en aucun cas celui de tétaniser les citoyens sur place !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Eric Abidal de retour à l’entraînement

Egalité des hommes & des femmes