in

Affaire DSK : le rapport médical conclut à un viol

“Diagnostic : agression. Cause des blessures : agression. Viol” sont les termes utilisés par le rapport médical de la plaignante que L’ Express a pu lire. L’hebdomadaire publie également quelques extraits d’un entretien exclusif avec Kenneth Thompson, l’avocat de Nafissatou Diallo, qui affirme notamment que : “Nous sommes convaincus que Nafissatou Diallo a subi une agression sexuelle”.

L’avocat revient également dans cette interview sur cette fameuse discussion téléphonique de Nafissatou Diallo avec un dealer : “La presse a livré une petite phrase, prétendument tirée d’une conversation avec un détenu d’une prison d’Arizona, pour démontrer que Nafissatou discutait avec un dealer de drogue du meilleur moyen de rançonner le patron du FMI. Or, je veux le souligner, cette phrase n’existe pas ! J’ai dû attendre le 28 juillet pour en avoir la confirmation, en écoutant enfin les enregistrements devant les procureurs, au côté de Nafissatou et d’un interprète en dialecte foulani.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le “Grand Ramdan” ou l’exploitation festive du mois sacré

Les musulmans de Londres nettoient les rues de leur ville

in

Affaire DSK : le rapport médical conclut à un viol

“Diagnostic : agression. Cause des blessures : agression. Viol” sont les termes utilisés par le rapport médical de la plaignante que L’ Express a pu lire. L’hebdomadaire publie également quelques extraits d’un entretien exclusif avec Kenneth Thompson, l’avocat de Nafissatou Diallo, qui affirme notamment que : “Nous sommes convaincus que Nafissatou Diallo a subi une agression sexuelle”.

L’avocat revient également dans cette interview sur cette fameuse discussion téléphonique de Nafissatou Diallo avec un dealer : “La presse a livré une petite phrase, prétendument tirée d’une conversation avec un détenu d’une prison d’Arizona, pour démontrer que Nafissatou discutait avec un dealer de drogue du meilleur moyen de rançonner le patron du FMI. Or, je veux le souligner, cette phrase n’existe pas ! J’ai dû attendre le 28 juillet pour en avoir la confirmation, en écoutant enfin les enregistrements devant les procureurs, au côté de Nafissatou et d’un interprète en dialecte foulani.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le “Grand Ramdan” ou l’exploitation festive du mois sacré

Affaire DSK : le rapport médical conclut à un viol