in

A chacun ses « droits de l’homme » !

Dans son ouvrage intitulé Le Piège de Thucydide, l’universitaire américain Graham Allison se demande comment les Etats-Unis vont pouvoir enrayer la montée de la Chine. Ce ne sera pas en lui faisant la guerre, reconnaît cet auteur, car la puissance militaire chinoise est dissuasive, et en cas d’affrontement, les dommages causés aux uns et aux autres seraient insupportables. Ce ne sera pas non plus sur le terrain économique, car sur ce terrain, estime Graham Allison, les Chinois ont déjà détrôné l’ex-première puissance planétaire et il y a tout lieu de penser qu’ils vont confirmer cet avantage dans les années à venir.

Faut-il donc que les Etats-Unis se résignent à la victoire de leur nouvel adversaire systémique au moment où Mike Pompeo, le chef de la diplomatie américaine, désigne le parti communiste chinois comme le « principal ennemi » de son pays ? Graham Allison répond alors par la négative. Si l’on ne peut rien attendre d’un conflit armé parce qu’il serait suicidaire, ni d’une compétition économique perdue d’avance, il reste toutefois un domaine où Washington peut compenser son infériorité, dit-il, et ce domaine est celui des « droits de l’homme ».

Comme jadis face à l’Union soviétique, la litanie des « droits de l’homme » est le carburant idéologique de la nouvelle guerre froide. Si l’on en croit les dirigeants américains, et ce discours est relayé par une presse occidentale servile, les Chinois commettraient des horreurs sans nom contre leur propre population. Au Xinjiang, région autonome du Nord-Ouest de la Chine, « des millions » de Ouïghours seraient enfermés et torturés dans des camps de concentration. Or cette accusation grotesque a été démentie par Pékin et par des dizaines de pays musulmans qui se félicitent de la politique préventive et répressive menée par la Chine contre le terrorisme d’importation made in CIA.

A Hong Kong, lors des manifestations populaires qui ont secoué l’ancienne colonie britannique, la presse occidentale prophétisait un bain de sang analogue au « massacre » de la Place Tiananmen. Malgré les provocations d’agitateurs extrémistes ouvertement soutenus par les Etats-Unis, le maintien de l’ordre par la police de Hong Kong s’est caractérisé au contraire par sa retenue, offrant un contraste saisissant avec la violence déchaînée en France, au même moment, contre les Gilets Jaunes, avec ces dizaines de milliers d’arrestations, ces 200 blessés graves et ces 25 mutilés qui portent l’empreinte de notre belle « démocratie » et dont il n’y a aucun équivalent en Chine, un pays pourtant qualifié par l’Occident de « dictature totalitaire ».

Publicité
Publicité

Ainsi la propagande invente un monde imaginaire où la conscience occidentale vierge de toute impureté, en croyant dénoncer les turpitudes commises par les autres, ne chasse que des fantômes. Elle excelle dans l’art de fabriquer des faits inexistants, d’anticiper des événements invraisemblables et de substituer à la réalité des faits une réalité fantasmée. Et à chaque fois, à chaque mensonge, cette propagande brandit les « droits de l’homme » comme Moïse brandissait les Tables de la Loi. Et à chaque fois, l’Occident dopé à la moraline distribue les châtiments et les récompenses, comme s’il était le dépositaire universel de ces « droits de l’homme » qui coïncident si aisément avec ses propres intérêts.

On se demande bien, pourtant, à quel titre un pays comme les Etats-Unis serait fondé à juger la politique intérieure des autres pays à l’aune de principes humanistes. Fondé par des colons esclavagistes et génocidaires qui se prenaient pour le peuple élu, cet Etat a surtout brillé durant sa brève histoire par sa capacité à violer les droits de l’homme non-américain et de l’homme non-blanc, quitte à massacrer des populations entières lorsqu’elles se montraient peu réceptives au message salvateur. Comme les autres, la doctrine des droits de l’homme ne vaut rien s’il s’avère que son application justifie des horreurs. Et si les droits de l’homme sont « universels et imprescriptibles », ceux qui les ont constamment à la bouche ont surtout fait la démonstration qu’ils n’étaient ni l’un ni l’autre.

Il est légitime, en tout cas, de se demander pourquoi la doctrine des droits de l’homme est un instrument de propagande si commode. On pourrait répondre, bien sûr, par la thèse du détournement pervers. Si la doctrine justifie ce qu’elle paraît condamner, c’est que les puissants l’ont « détournée » de son sens originel. La doctrine serait pure, certes, mais son usage, lui, serait impur. C’est ce que dit Rousseau à propos des lois. Idéalement, elles sont l’expression de la volonté générale, elles visent l’intérêt commun. Mais « dans les faits, dit-il, les lois sont utiles à ceux qui possèdent et nuisibles à ceux qui n’ont rien ». Car dans le monde réel ce sont les puissants qui font les lois, et dans une société injuste, les lois ne peuvent être justes.

Or on ne peut faire le même raisonnement à propos des droits de l’homme. On ne peut pas se contenter de dire, par exemple : les droits de l’homme sont une chose excellente, mais les Etats-Unis les détournent de leur véritable signification, ils les utilisent pour justifier l’ingérence dans les affaires des autres nations et couvrir leur impérialisme des oripeaux de l’humanisme. Naturellement cette proposition est vraie : oui, les Etats-Unis instrumentalisent la doctrine des droits de l’homme. Mais il ne suffit pas de faire ce constat. Car si cette instrumentalisation est possible, c’est qu’il y a quelque chose dans la doctrine des droits de l’homme qui se prête à cette instrumentalisation.

Publicité
Publicité

Pour saisir cette relation, Il faut se pencher sur la fameuse « Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen » de 1789. Elle énonce à l’article 1 que « les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits ». Puis son article 2 précise que « les droits naturels et imprescriptibles de l’homme sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression ». On notera aussitôt que l’égalité ne fait pas partie explicitement des droits de l’homme, que la propriété vient immédiatement après la liberté et que la sûreté, qui garantit la liberté et la propriété, occupe la troisième place.

On relèvera aussi la définition de la liberté, à l’article 4, comme «  le pouvoir de faire tout ce qui ne nuit pas aux droits d’autrui ». Or, comme dit Marx, cette liberté est celle de « l’homme considéré comme une monade isolée, repliée sur elle-même ». Purement individuelle, cette liberté a des limites qui sont « marquées par la loi, de même que la limite de deux champs est déterminée par un piquet ». Fort logiquement cette liberté de l’individu s’épanouit avec la propriété, ce droit de « jouir de sa fortune et d’en disposer à son gré, sans se soucier des autres hommes, indépendamment de la société ».

Au fond, conclut Marx, « aucun des prétendus droits de l’homme ne dépasse l’homme égoïste, l’homme en tant que membre de la société bourgeoise, c’est-à-dire un individu séparé de la communauté, replié sur lui-même, uniquement préoccupé de son intérêt personnel et obéissant a son arbitraire privé. L’homme est loin d’y être considéré comme un être générique ; tout au contraire, la vie générique elle-même, la société, apparaît comme un cadre extérieur à l’individu, comme une limitation de son indépendance originelle » (Sur la Question juive, 1843).

Autrement dit, les droits affirmés par la déclaration de 1789 sont des droits abstraits qui ne correspondent à aucune réalité concrète hormis l’exercice par les propriétaires de leur droit de propriété et la garantie solennelle que leur offre la société bourgeoise. Elle a beau proclamer le caractère universel et imprescriptible de la « liberté », par exemple, ce ne sont que des mots. Séparée du cadre social susceptible de lui donner un contenu, cette universalité présumée est une universalité abstraite, et non une universalité concrète. Si l’on veut prendre au sérieux la liberté, il faut en faire un droit concret, et non un droit abstrait. Et pour qu’elle accède à cette réalité concrète, pour qu’elle ait un contenu, il faut la penser autrement que comme la liberté de l’individu.

Publicité
Publicité

Il fallait faire ce bref détour par l’analyse théorique pour saisir la véritable portée de l’idéologie des droits de l’homme. Le texte de 1789 est un manifeste dont la fonction est de rendre légitime le transfert du pouvoir, sous toutes ses formes, à la bourgeoisie montante. Il entend justifier la rupture avec la société féodale et ses hiérarchies héréditaires. Mais il  n’affirme l’égalité en droits que pour justifier les inégalités de fortune. Son principal rédacteur, l’abbé Sieyès, est l’inventeur de la fameuse distinction entre « citoyens actifs » et « citoyens passifs » : seuls les premiers, parce qu’ils sont propriétaires, sont appelés à voter car ils sont « les véritables actionnaires de la grande entreprise sociale ».

Lorsqu’on entend certains Etats invoquer les droits de l’homme pour stigmatiser leurs adversaires, il n’est pas inutile de se rappeler que la déclaration des droits dont se réclament les premiers n’est que la déclaration des droits de la bourgeoisie. Lors des débats parlementaires, Robespierre dénonçait déjà le caractère de classe du futur texte : « Vous avez multiplié les articles pour assurer la plus grande liberté à l’exercice de la propriété, et vous n’avez pas dit un seul mot pour en déterminer le caractère légitime ; de manière que votre déclaration paraît faite, non pour les hommes, mais pour les riches, pour les accapareurs, les agioteurs et les tyrans ».

On comprend mieux, dès lors, que la compassion humaniste de nos merveilleuses « démocraties » soit à géométrie variable. Les Etats-Unis n’ont jamais émis la moindre réserve à l’égard de leur ami, le dictateur cubain Fulgencio Batista, et de ses pratiques répressives, mais ils ont déchaîné leur propagande contre Cuba le jour où le gouvernement révolutionnaire de Fidel Castro a décidé de nationaliser les actifs des compagnies américaines installées sur le sol national. La « liberté », pour Washington, c’est le droit de ses propres compagnies à encaisser indéfiniment les profits de l’exploitation économique d’un petit pays de la Caraïbe. Manifestement, la « liberté » n’est pas le droit d’une nation à défendre sa souveraineté et à promouvoir son développement.

Si les dirigeants des Etats-Unis, aujourd’hui, tentent de déstabiliser la Chine, ce n’est pas parce qu’il y a des « millions de Ouïghours » dans des camps de concentration. Ils savent très bien que c’est une fable grotesque, analogue à l’attaque des vedettes nord-vietnamiennes, aux armes de destruction massive de Saddam Hussein, aux couveuses de Koweit-City, aux tueries imaginaires de Kadhafi et aux crimes chimiques de Bachar Al-Assad. Le droit-de-l’hommisme made in CIA est une formidable usine à mensonges, acharnée à occuper le quantum de cerveau disponible des téléspectateurs occidentaux pour justifier ses opérations prédatrices, avec le concours d’ONG trop heureuses d’apporter leurs boules de neige à cette avalanche de calomnies qui s’abat sur les pays qui osent résister à l’hégémonisme occidental.

Si Washington veut en découdre avec la Chine, donc, ce n’est pas parce que les Chinois sont opprimés par une abominable dictature et qu’ils rêvent secrètement de connaître le bonheur de vivre à l’américaine, avec fusillades dans les collèges, discrimination raciale, mafias en tout genre et soupes populaires. C’est, tout simplement, parce que ce pays est attaché à sa souveraineté, qu’il est doté d’un système performant, que ses dirigeants en ont  fait la première puissance de la planète et que les perspectives de profit de l’oligarchie financière mondialisée dont le quartier général est à Wall Street, dans ces conditions, tendent sérieusement à s’amenuiser au même rythme que l’espoir, pour les Etats-Unis, de préserver une hégémonie vacillante.

On ne s’en étonnera pas, bien sûr, mais que les Chinois aient sorti de la pauvreté 700 millions de personnes en 20 ans n’intéresse guère les belles âmes du droit-de-l’hommisme occidental. Brillant théoricien du néolibéralisme, Friedrich Hayek estimait que les droits sociaux inscrits dans la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 étaient une abomination. Ces droits à la vie, au travail, à la santé ou à l’éducation ont pourtant le double mérite d’être véritablement universels dans leur définition et de correspondre à des possibilités concrètes dès lors que les Etats leur offrent un contenu. Contrairement à la Déclaration de 1789, celle de 1948 traduisait en effet un rapport de forces entre bourgeoisie et classes populaires issu du pacte social scellé à la Libération et favorisé par l’effondrement du libéralisme.

Au vu des résultats, certains pays semblent avoir pris au sérieux les droits sociaux proclamés en 1948. Ces pays n’ont rien de libéral, et c’est pourquoi ils se sont dotés, au profit du grand nombre, d’un système éducatif et d’un système sanitaire qui fonctionnent. Malgré le blocus, Cuba a créé un système de santé récompensé par l’OMS, et l’espérance de vie à Cuba (80 ans) a dépassé celle des Etats-Unis (79 ans). Lors de la dernière évaluation internationale des systèmes éducatifs (PISA), qui a porté sur un échantillon de 600 000 lycéens dans 50 pays au cours de l’année 2018, la République populaire de Chine est arrivée en tête à égalité avec Singapour. Ces résultats obtenus aujourd’hui par un pays qui comptait 80% d’analphabètes en 1949 devraient faire réfléchir tous ceux qui s’intéressent à la transformation effective des droits formels en droits réels.

Mais le droit-de-l’hommisme ordinaire, celui des ONG, ne s’intéresse qu’aux droits individuels et délaisse les droits collectifs. Sa compassion pour l’humanité souffrante est sélective. Il ne se mobilise que pour des minorités ou des individus isolés, agissant au cas par cas en sélectionnant ceux qu’il juge dignes de son attention. Il veut combattre la discrimination et non l’exploitation, l’exclusion et non la pauvreté, la privation de liberté infligée à quelques-uns et non la misère imposée au grand nombre. Il ne connaît que des individus porteurs de droits et se soucie peu de savoir s’il y a parmi eux des riches et des pauvres. Le seul combat qui compte à ses yeux vise à aligner des individus abstraits sur un standard restreint aux libertés formelles.

En réalité, le droit-de-l’hommisme ordinaire occulte le fait que les libertés ne sont effectives que si les droits collectifs sont garantis par certaines structures sociales. Il tend à masquer le fait que les droits sont réels si les individus sont correctement nourris, logés, éduqués et soignés, et ces conditions ne sont réunies à leur tour que si l’État prend les choses en main et les inscrit dans la durée. Bref, ces belles âmes oublient tout simplement que les individus ne sont rien sans la société et que les droits dont on réclame l’application ne sont que du vent si la société, délibérément, ne leur donne pas un contenu concret au lieu de s’en remettre aux mirifiques lois du marché vantées par un libéralisme frelaté.

Cultivant cet oubli, et participant de cette occultation, les ONG pétries d’humanisme réduisent alors l’humanité souffrante à un agrégat indistinct d’individus abstraits, atomisés, dont le sort n’est intéressant que s’il témoigne d’une violation réelle ou imaginaire de leurs droits individuels, de préférence dans un pays exotique qui se trouve dans le collimateur de Washington. C’est sans doute pourquoi le principal événement sociologique planétaire des deux dernières décennies, à savoir l’éradication de la pauvreté en République populaire de Chine, les intéresse beaucoup moins que les camps de concentration imaginaires du Xinjiang et les poubelles renversées par de jeunes imbéciles dans le métro de Hong Kong.

 

 

Commentaires

Laissez un commentaire
  1. @Tahar. Dernier point. Il aurait été aussi intéressant d’évoquer le système de la kafala au moyen orient en allant même jusqu’à faire le parallèle avec l’immigration africaine et moyen orientale en Europe. En effet, on pourrait considérer en première approche que dans les 2 cas on parle finalement d’un trafic d’êtres humains organisé entre les pays de départ et les pays d’arrivée, dans une perspective économique. Mais dans un cas, les migrants ont des droits et sont régulièrement naturalisés quand dans l’autre, ils sont plutôt considérés comme des esclaves utilisés de manière temporaire qui peuvent être expulsés à tout moment. Je vous l’accorde en revanche, on pourrait aussi considérer que les associations humanitaires subventionnées font office de kafil en Occident. Et si on en revient à la Chine, comme l’a affirmé Patrice, ca n’est pas le paradis des travailleurs, vu que le communisme n’y a rien d’égalitaire ni même d’humaniste.

  2. @Tahar.

    Je ne vois pas de contradiction entre mes propos et ce que vous écrivez sur les EAU. Je me cite : « Que certains africains ou moyen-orientaux fuient leur pays pour aller majoritairement dans un pays voisin ou en Occident est également un fait. Combien migrent vers la Chine ou la Russie ? Ca tient à la vision qu’ils ont du niveau de vie et des libertés dans les pays d’accueil. Ca ne veut pas dire que c’est gravé dans le marbre et que ça ne changera pas demain. Mais c’est ainsi aujourd’hui. »

    En d’autres termes, je ne nie pas les motifs économiques de migration ni même la migration « nearshore », sachant que les flux migratoires intra continentaux surpassent en définitive les flux migratoires inter continentaux. En revanche, je repose la question : combien d’africains ou de moyen-orientaux émigrent en Chine ou en Russie, plutôt qu’en Occident aujourd’hui ? Et j’affirme à nouveau que les libertés sont plus importantes en Occident qu’ailleurs, notamment qu’en Chine qui est le point de départ de notre discussion. Ce qui aurait été plus intéressant pour approfondir le débat c’était de citer le classement de l’ONU qui constate que 10 pays concentrent la moitié des migrants internationaux :
    1 États Unis avec 51 millions de migrants
    2-3 Allemagne et Arabie saoudite avec 13 millions chacun
    4 Russie avec 12 millions
    5 Royaume uni avec 10 millions
    6 EAU avec 9 millions
    7-9 France, Canada et Australie avec environ 8 millions chacun
    10 Italie avec 6 millions
    Ce qui aurait été aussi intéressant d’évoquer, c’est la volonté de retour de la diaspora chinoise. Mais dans tous les cas, ça n’aurait pas rendu caduque mes propos.

    Concernant vos affirmations discutables sur le terrorisme, je ne vois pas non plus le rapport avec ce que je dis. Vous m’avez demandé de préciser les menaces. Non seulement les menaces terroristes existent mais elles se concrétisent en Europe à travers des attentats. Peu importe l’interprétation que vous en faites. Je cite des faits, pas des opinions. Je n’ai d’ailleurs pas réduit ces menaces au terrorisme islamique. J’ai aussi évoqué les menaces d’extrême-gauche et d’extrême-droite. En résumé les menaces verte, rouge et brune. Quant au « péril jaune », voir mes échanges avec Patrice.

    • @ Z (et Patrice ?), bonjour.
      Il me semble qu’on commence à se comprendre, i.e. ; il est nécessaire absolu… ment de relativiser. Toutes les idées, les notions ici discutées peuvent avoir tel ou tel sens selon l’angle de vue et l’objectif.

      Ce qui, à mon sens, ne serait pas discutable, ce sont les données naturelles ; aucune différence entre le mont Fuji-yama, le Kilimandjaro, Ayers rock ou le mont Rushmore ; ils sont tous sacrés ! Sacralité conférée par les hommes, les cultures et leurs visées.

      Aucune différence entre deux lions ou deux gazelles sinon la capacité et la force d’être le mâle alpha et la femelle élue.

      Aucune différence entre les hommes (surtout pas le sang bleu !) sinon la capacité et la force violente de dominer, i.e. être le mâle alpha… le reste est développement durant la construction de l’histoire et des civilisations avec divers moyens ; dans l’ordre chronologique, d’abord militaires, ensuite religieux, financiers, politiques, intellectuels…

      Probablement que le premier humanoïde alpha fut un curieux débile qui a saisi la branche tombée de l’arbre enflammé par la foudre du ciel et est ainsi devenu un dieu devant lequel se sont agenouillés les autres presque humains et déjà presque pas animaux… le reste est développement qui a produit chamans, sorciers, prêtres… et droit divin transformant le chef guerrier en roi, prince, calife…etc. dans une alliance a but de domination.

      C’est cet élitisme, cette suprématie non naturels, mais construite sur la base d’un curieuse débilité que je dénonce. La véritable élite n’a nullement besoin d’écraser ; un vrai dieu n’a pas à punir ; font partie de sa nature sa suprématie et sa domination que les croyants lui confèrent et non que ce dieu impose.
      Les hommes vraiment supérieurs n’ont pas besoin de s’imposer ; Karpov restera Karpov, comme Mozart, Marie Curie ou Einstein ou qui vous voulez ; leur supériorité va de soi.

      Alors capitalisme, communisme, libéralisme, anarchie, califat… ? Laissons les peuples décider dans leur libre auto-détermination sans ingérence violente mais dans un vrai débat-combat d’idées, autrement dit coopération et non compétition, car celle-ci avantagera de fait le plus fort.

  3. @ Z… j’oubliais d’ajouter quant à la menace qu’est le terrorisme ; c’est -et cela a toujours été- un prétexte à l’interventionnisme, comme c’est et c’était le cas de la soit-disant défense des minorités. Les résultats les plus manifestes à la suite de telles affirmations sont la destruction presque totale… de l’Irak, la Libye, la Syrie… mais la grosse entreprise ”Terrorism. ltd” ou ”Terrorisme. SA” en version fr est loin de s’effondrer ; faut croire que d’excellents managers la gère.

    • @Tahar

      Assez d’accord avec votre post.
      D’autant que les pays sponsors du terrorisme, à savoir la Turquie, la Qatar, l’AS, et le Pakistan, sont tous des alliés des EU. Quant aux “libérations”, dans le genre de celle de Mossoul, il suffit de visionner les photos de la ville libérée pour comprendre ce proverbe suisse: “Si vous voulez m’aider, ne faites rien”.

  4. @Z

    Le système capitaliste repose obligatoirement sur des inégalités de revenus. A défaut, ces inégalités réapparaissent discrètement, via la corruption. Ce fut le cas en URSS. Et c’est / ce fut le cas en Chine.
    Cependant, aucune société n’a besoin de différences de salaires de un à cent, ou un à mille. Je suis toujours étonné de voir certaines entreprises déclarer ne pouvoir trouver de PDG compétent à moins de cinq millions par an. Pourquoi n’embauchent-elles pas de jeunes diplômés ayant déja fait leurs preuves, sur le modèle des jeunes patrons de la Silicon Valley, qui ont plus que démontré leur aptitude à faire prospérer une entreprise?
    On note aussi la gestion désastreuse de nos fleurons nationaux, opérée par des pantoufleurs incompétents et surpayés, souvent malhonnêtes, en plus. Anne Lauvergeon méritait-elle son salaire? La réponse est non. on aurait pu trouver un homme ou une femme plus capable pour dix fois moins cher.
    – S’agissant des inégalités “innées”, j’ai aussi un doute dans bien ds cas. Est-ce qu’on donne vraiment leur chance aux personnes peu ou pas diplômées issues de milieux défavorisés, voir de départements défavorisés? Un ouvrier expérimenté n’est-il pas plus qualifié pour diriger un atelier qu’un type doté d’un CV prestigieux, mais ignorant tout de sa nouvelle activité? J’ai vu ce genre d’erreur se répéter durant toute ma carrière.
    Bref, avant de défendre le principe des inégalités inévitables, il faudrait d’abord se demander si elles sont réelles. … Et privilégier un peu plus la compétence de terrain. La SNCF a mis un siècle avant de s’apercevoir du fait que les rails ne s’allongeaient pas, si bien qu’on pouvait les souder. Tous les chemineaux le savaient, mais pas les polytechniciens qui calculaient les espaces à laisser entre les rails de 18 mètres, en fonction des relevés de température. Un siècle pour découvrir que le lampiste en savait plus que l’ingénieur surpayé et imbu de sa supériorité. …. Qui estimais sans doute mériter un salaire de nabab.
    La vérité est que les différences de compétences entre exploiteurs et exploités sont souvent inexistantes. C’est l’origine sociale qui détermine le salaire, plus que l’utilité de l’employé.
    Enfin, offrir des salaires mirobolants à des patrons qui ne risquent pas leurs sous n’est pas justifiable.
    Bref, je prône une augmentation du salaire minimum, et des impôts des plus riches. Tout le monde y gagnerait

  5. @Z

    Vaste débat que celui de l’aide aux migrants. Je n’ai pas l’impression que les clandestins bénéficient de l’aide du gouvernement. Ce sont des ONG qui les nourrissent. Les migrants déclarés, qui sont en règle générale des demandeurs d’asile, sont souvent un peu mieux traités. Je ne pense pas que ça coûte une fortune. La CMU revient sans doute plus cher, mais, en dehors des cas où les gens ne viennent que pour se faire soigner à l’oeil, maintenir ce système est un nécessité impérative, sauf à prendre le risque de déclencher des pandémies (tuberculose, entre autres).
    Ceci dit, je ne suis pas trop favorable à l’accueil de très grandes quantités de nouveaux migrants, comme ce fut le cas en Allemagne, alors qu’on a déja 6 millions de chômeurs. Interrogé à ce sujet, Mélenchon a botté en touche. Je me souviens que Marchais, dans les années 70, tenait à ce sujet un discours digne du RN.
    Enfin, j’ai cru comprendre que la majorité des immigrés venait plutôt des Balkans, de Chine, ou d’Europe de l’est. S’agissant des migrants européens, impossible de protester. Et, puisqu’on accepte leur venue, on a le devoir de les traiter correctement.
    Enfin “nos SDF” devraient être pris en charge en priorité. Tous les candidats à la présidentielle l’ont promis, mais aucun n’a débloqué les crédits nécessaires. Le problème de l’hébergement est géré de manière hallucinante, avec des coûts monstrueux en frais hôteliers, entre autres, à Paris, alors qu’on trouve en province des milliers d’immeubles vides, et des bâtiments réformés comme des hôpitaux abandonnés, des casernes vides, etc.
    Enfin, il est toujours possible d’installer des mobil-homes d’occase sur des terrains situés à quelques dizaines de kilomètres de Paris, par exemple, des terres agricoles que l’on viabiliserait. Ca coûterait trois fois moins cher que l’hôtel. Reste à savoir comment réagirait la population indigène. ….Et comment se comporteraient les SDF.. J’ai encore en mémoire une tentative de ce genre qui s’est terminée par un incendie géant. (près de Calais)
    Bref, la mise en place de solutions viables requiert beaucoup d’organisation, donc, une volonté réelle de réussir. Mais le coût ne serait pas forcément monstrueux…. Le coût financier… Le coût politique, c’est encore autre chose.

  6. @patrice. Je suis d’accord, notamment sur cette question de l’ISF, par comparaison avec cette taxation des riches autrefois (jusqu’à 90% sous Roosevelt mais également un taux supérieur de 90% entre les deux guerres et de 70% durant les trente glorieuses en France). Je suis ainsi pour l’effort de solidarité qui fonde notre modèle. Mais je refuse symétriquement que l’on fraude sur les prestations sociales ou qu’on les accorde à de nouveaux venus sans contribution significative de leur part. Je pense également que si l’on est capable de trouver un logement pour un migrant et de l’entretenir, on doit être capable de le faire a fortiori pour un SDF français. La vérité c’est que les migrants sont une chance pour certains employeurs qui peuvent continuer à pratiquer des rémunérations et des conditions de travail indignes, tout en faisant toujours plus de profit. C’est juste une économie de la misère que l’on développe sur notre propre sol, au détriment des néo français comme des archéo français. On n’hésite d’ailleurs pas à tiers mondiser la France, ce faisant.

  7. @Tahar.

    Désolé je n’ai pas compris votre démonstration avec Wikipedia. Prétendez vous qu’il y a moins de libertés en Occident qu’ailleurs ? Auquel cas une démonstration plus rigoureuse est la bienvenue. Dans cet ordre d’idée, je vous renvoie à l’étude d’Askari sur le respect des valeurs de l’islam dans différents pays. Oumma en a présenté quelques points clés ici : https://oumma.com/lirlande-le-pays-le-plus-fidele-aux-valeurs-musulmanes-dans-le-monde/

    Quelles menaces ? En Europe : déjà le terrorisme qu’il soit islamique, d’extrême gauche ou d’extrême droite. Je vous renvoie au dernier rapport d’Europol sur la question : https://www.europol.europa.eu/sites/default/files/documents/tesat_2019_final.pdf

    Inégalités naturelles ? Absolument. Sur une base génétique que l’environnement ne modifiera que dans certaines limites si je veux être précis. Ce que vous évoquez n’a rien de naturel en revanche. Cela repose sur des valeurs issues de la culture. On compare ce qui est comparable soit en l’occurrence des hommes entre eux. Pas l’araignée avec la montage ou le lion. Ça n’a aucun sens.

    Partialité ? Par rapport au communisme ? Où vivez vous ? En France, en Europe ou dans un pays communiste ? Dans le premier cas, je vous recommande de tester un pays communiste et vous me direz si vous pensez que je suis partial. Notre point de départ c’était la Chine. Voilà donc une première destination à tester à mon avis. Vous verrez si les hommes y sont traités de manière plus fraternelle, plus libertaire ou égalitaire qu’en France, si les richesses sont équitablement réparties ou si les chances sont égales pour tous.

    • @ Z. bonjour. Désolé de ne pas avoir été plus clair.
      Vous citez les flux migratoires majoritairement vers les pays occidentaux comme argument en faveur des libertés existantes dans ces pays et qui attireraient lesdits migrants. Je vous dis qu’il y 80% de migrants aux Émirats et ce ne peut être pour y trouver ces libertés ; juste un contre=exemple de votre argument pour dire que ce n’est pas aussi algébrique.

      Quant à comparer la montagne et le lion c’est en effet un non-sens, mais c’est exposé à dessein ; il faut comparer des éléments susceptibles de l’être… et dans ce cas comme vous le dites : des humains. Et en effet il y a des différences… mais s’il faut parler d’inégalités, il est nécessaire d’établir un barème, des valeurs ; parce qu’on compare quoi ? Les masses musculaires ? les QI ? Les capacités à détruire ou à construire, à faire la guerre, dominer, coopérer… ?
      Alors seulement on pourra dire ce qui est meilleur ou non, puisqu’on parle d’inégalités.
      Affirmer que le Yankee est meilleur que le Chinetoque ou le Russkoff ou le Bougnoule… etc. cela n’a aucun sens et cela est du fascisme qui affirmai que seul l’Aryen et surtout pas le Juif.

      Il m’arrive de rêver à une nouvelle arche de Noé… mais pour les humains : que diable y mettra-t-on ? Perso je ne voudrait d’un massacreur de bisons, ni d’un lanceur de bombe atomique, ni d’un marchand d’esclaves… la liste est à compléter par la négative car il m’est impossible de décider quel humain est meilleur.

  8. @Z

    – Remarque liminaire: Les pays communistes n’ont jamais été égalitaires. Tout juste proposent-ils des services publics gratuits, comme l’éducation et la médecine.
    – Cette gratuité a été aussi le fait de notre pays, même si, aujourd’hui, on ne l’observe plus guère à l’université.
    – Dans les années 60, chez nous, les différences salariales étaient généralement de un à vingt, sous réserve d’oublier quelques millionnaires et quelques mendiants. C’est aussi ce rapport qui est proposé par LFI. Notez le fait que même les américains ont un temps taxé les très hauts salaires à 90%, sans que ça pose problème.
    – Certes, la mondialisation a changé la donne, mais on pourrait au moins essayer de glisser vers plus d’égalitarisme, au lieu de faire l’inverse (depuis le début du siècle).
    – Par exemple, la suppression de l’ISF a été compensée par des réductions de prestations sociales, presque au centime près. Je peine à en comprendre l’intérêt.
    – Les augmentations des prélèvements obligatoires, (quoi qu’en dise Macron), servent à alléger les charges d’entreprises multinationales qui ne paient déja pas leur dû, ou à les subventionner alors qu’elle distribuent des dividendes à tour de bras. Là encore, je suis perplexe, surtout quand une aide d’état va directement dans la poche des actionnaires (cf l’aide aux banques en 2009).
    – C’est pourquoi je pense u’on aurait fortement intérêt à revenir à un système plus centriste, ne serait-ce que pour éviter ce qui se passe aujourd’hui, à savoir une explosion sociale qui dure depuis un an, et tend à s’aggraver encore plus.

  9. @Tahar

    Peut-être ai-je eu tort de parler de pays, quand on devrait parler de régimes politiques. Vous avez bien entendu raison de rappeler le sacrifice des russes durant la deuxième guerre mondiale, ainsi que l’agressivité américaine durant la guerre froide, bien supérieure à celle des soviétiques.
    En revanche, Staline et Mao furent bel et bien les pires tyrans de l’histoire de l’humanité, avec Hitler.
    Quant à Xie Jinping, prions le ciel pour qu’il se contente de massacrer à l’intérieur de ses frontières. Car tout laisse à penser qu’il prépare un projet impérialiste. Trump est d’ailleurs dans le même cas, et ne cherche même pas à le nier. Ca nous promet donc des lendemains qui ne chantent pas vraiment. A noter quand même le fait que Trump se fera peut être dégager un jour, alors que le nouveau grand timonier n’est pas près de renoncer au pouvoir.

  10. @Tahar.

    “Péril rouge, jaune ou vert”. Je ne vois pas les choses en ces termes, car cela amène à développer des visions complotistes. En revanche, il y a bien des menaces. Vous auriez pu ajouter la menace “brune”.

    Je ne prétends pas à la pure objectivité même si j’essaie de faire la part des choses. Je pars d’un point de vue, issu d’une histoire, d’une culture, d’une vision du monde sans affirmer pour autant sa supériorité. Il ne vaut ainsi que pour les pays qui l’acceptent. A cet égard, les modèles chinois ou russes ainsi que les différentes formes de communisme ne me conviennent pas. L’inégalité est pour moi naturelle. Il y a des êtres plus ou moins forts, plus ou moins intelligents. Et parce que cela varie en fonction des contextes (ce qui nous paraît fort ou intelligent dans l’un sera jugé faible et inadapté dans l’autre), parce que cette hiérarchie présente une forme de relativité, l’équité se justifie déjà a minima et au-delà, au regard d’une vision culturelle, qui n’est pas nécessairement la même suivant les sociétés. Ainsi pour moi, l’équité ne signifie pas que nous devions contribuer à la société à la même hauteur, que nous y occupions la même place, que nous ayons les mêmes richesses dans une vision purement comptable. Elle signifie que nous ayons surtout les mêmes droits et aussi les mêmes devoirs dans la société, au-delà de nos différences individuelles, que chacun puisse vivre décemment, disposer d’un minimum de liberté et pas de toutes les libertés. L’équité n’est pas un état de fait. C’est une ambition, voire un combat qui passe en Occident par la voie démocratique.

    Que certains africains ou moyen-orientaux fuient leur pays pour aller majoritairement dans un pays voisin ou en Occident est également un fait. Combien migrent vers la Chine ou la Russie ? Ca tient à la vision qu’ils ont du niveau de vie et des libertés dans les pays d’accueil. Ca ne veut pas dire que c’est gravé dans le marbre et que ça ne changera pas demain. Mais c’est ainsi aujourd’hui.

    Je ne souscris pas non plus à l’idée qu’une nation abuse de sa puissance pour agresser gratuitement une autre. Je dis simplement que ça n’a rien d’atavique, que ça relève du fait humain et que c’est universel. Je dis en conséquence que considérer qu’il y ait des nations qui seraient par nature des oppresseurs et d’autres des victimes, c’est une illusion. Je dis enfin qu’il est normal qu’un pays se batte pour s’opposer à un agresseur, qu’il fasse aussi des alliances pour préserver son intégrité ou défendre ses intérêts. La seule butée admissible reste le respect de la souveraineté des nations. Cela étant, je rejoins Patrice sur un point. Il est difficile pour nous d’accepter que des populations soient opprimées par leur propre gouvernement, compte tenu de notre vision des choses. Mais dès lors qu’on essaiera de s’y opposer (y compris par des moyens économiques comme les sanctions commerciales), on pénalisera aussi des peuples entiers. Je suis donc d’accord avec vous : rien n’est simple.

    • @ Z (Patrice ?), bonjour.
      Un simple clic sur Google fait afficher Wikipédia avec ces chiffres ;
      Autres Arabes et Iraniens‎: ‎23 % Émiratis‎: ‎19 % Population (2010)‎: ‎8 264 070 habitants…

      Moi je lis que parmi 8,5 millions d’habitants il y a 6.5 millions (20%) d’immigrants… bien sûr attirés par la démocratie et la liberté extraordinaires qui y règnent !!!
      Le flux migratoire n’est pas un bon indicateur quant à la recherche de la liberté ; l’homme est d’abord mû par ses instincts biologiques ; survivre, c.à.d. manger et boire.

      Pour le reste je vous cite :
      1-”En revanche, il y a bien des menaces.” Lesquelles ?

      2-”différentes formes de communisme ne me conviennent pas.” Vous avez le droit et la liberté de ne point y souscrire… mais pas de juger sans impartialité, ni de faire des procès d’intention, ni de fausser les faits.

      3-”L’inégalité est pour moi naturelle.” Laquelle ? En outre ”naturelle” ne peut signifier autre chose que biologique, organique, cosmique, géographique… etc. Et à ce niveau il ne saurait être question d’inégalité mais seulement de différence ; en quoi le lion serait plus ou moins que l’araignée ? Le désert par rapport à la montagne ou le lac au volcan ? Nature… elle… ment ces différences se complètent pour produire ce monde.
      Les différences chez les humains se complètent-elles pour produire un monde aussi achevé que celui produit par la montagne et l’araignée ?
      Vous êtes musclé, votre voisin est chétif ; vous l’aidez ou vous l’écrasez ? Et vice-versa. Sinon -à minima- ignorez-le !

      Je pense -de la même façon que ce fût pénible, long et coûteux pour passer du serviteur de la noblesse et du clergé au citoyen concerné par sa communauté- ce sera tout aussi ardu pour passer de ce monde basé sur des ”inégalités” non naturelles à un monde construit sur des différences naturelles grâce à la coopération et non à la compétition.
      Oui, je rêve, mais je le crois aussi ; il est possible de construire un monde avec l’autre (le coco et le mollah y compris) et non contre l’autre.
      Et pour ce faire il est nécessaire avant tout de prendre conscience de ce (et ceux) qui s’y oppose (opposent). Et l’histoire a montré que….

  11. @ Z (et Patrice ?), bonjour.
    J’espère que nul n’est en train de défendre une position de dogme, du genre ”péril rouge, jaune ou vert”.
    Au quel cas l’échange est inutile.

    Sinon… l’histoire me raconte (à vous aussi si vous ne fermez pas les yeux et les oreilles)
    -seuls les USA ont osé atomiser un peuple déjà vaincu et 2 fois
    -les alliés de la 2ème GM, USA-France-Angleterre- principalement ont eu respectivement 500 000, 600 000 et 500 000 victimes, 1,5 million au total, autour de 1% de la population
    -l’URSS a perdu 26 MILLIONS, 16% de sa population.
    Pourquoi ? Comment fut-ce possible ? Peut-être a-t-on volontairement laissé crever les cocos ?
    Les cocos restant, 140 millions, sont écartés de la construction du nouvel ordre mondial d’après guerre…
    Ensuite guerres de Corée, Viet-Nam, Cambodge, Cuba, Grenade, Panama, Nicaragua, Chili, Iran, Irak, Libye, Syrie, (je n’oublie pas Tchétchénie, cela fait partie de la stratégie) ; qui est le méchant ?

    Je ne dis pas que les cocos sont gentils et les colonialistes-impérialistes- méchants.
    Je ne dis simplement de ne pas croire ce qu’on veut me faire croire… et ce n’est pas le flux migratoire qui indiquera qui est le méchant qui est fui vers le gentil qui est désiré ; c’est bien plus complexe et cela fait aussi partie de la stratégie des puissants ; pourquoi ne foutent-ils pas la paix à des pays qui aucune envie ni tentation ni capacité à menacer et encore moins à agresser, comme le Venezuela ou le Yémen ?

  12. @Patrice. Les choses sont assez simples : pas de guerre préventive. Il ne reste donc que deux terrains sur lesquels on peut s’opposer à la Chine : économique en protégeant nos activités et culturel en rayonnant et ainsi en influençant. On n’a jamais réussi à imposer une démocratie de l’extérieur. C’est aux chinois de le faire. Vous commettez donc une erreur de jugement à mon sens. Personne n’empêchera le gouvernement chinois de se transformer en big brother pour ses citoyens si eux l’acceptent. Et on ne punira pas la Chine au nom de notre vision des choses. En revanche, il ne tient qu’à nous de refuser le modèle chinois chez nous car je vois mal la Chine nous l’imposer sans notre consentement. Pour ça il faudrait déjà que l’Europe soit autre chose qu’une union économique et monétaire. Il nous faut une vision qui soit aussi culturelle, qu’il s’agisse des droits de l’homme ou d’autre chose. Pourquoi ? Parce que l’économie c’est du temps court et que la culture c’est du temps long et que la Chine est capable de concilier les deux : s’adapter au présent en visant un point éloigné dans le futur. De ce point de vue, Macron n’est pas le bon candidat. Il nous dilue dans l’Europe sans la réformer. En cela il nous américanise. Je pense que le modèle français est singulier et doit être défendu. C’est son esprit que l’on doit retrouver, plutôt que se perdre dans la tringlerie comme nous le propose Macron dans une logique qui ne nous apparaît que purement techno. Et s’il faut sortir de l’UE pour cela, allons y.

    • @Z

      Je me suis mal fait comprendre, comme dirait Macron. Ce qu’il faut combattre, c’est l’ingérence chinoise dans nos entreprises, tout en essayant de piger les méthodes de manipulation de ce pays. Or, en observant ce qui se passe en Chine, on saisit mieux le problème. Sinon, bien sur qu’on ne pourra pas sanctionner la première puissance économique mondiale. La Birmanie, peut être, mais pas la Chine, l’Inde, ou les USA. En revanche, quand on accepte de participer à la mise en place des routes de la soie, on se suicide.

  13. @depassage. Attention il ne s’agit pas « d’ethnicisation » en Inde. Pour la plupart, les musulmans relèvent a mon avis du même groupe d’appartenance (même origine génétique) que les hindous, pour parler en langage moderne. Ce ne sont pas des migrants mais les descendants de convertis au moment des invasions arabo turco mogholes, de force le cas échéant.

  14. @Tahar. Les utopies comme le communisme sont utiles pour manipuler les masses et les dominer au final. Que les pays commettent des massacres ça n’est pas nouveau. Je l’ai déjà dit : les chinois ne sont pas plus des monstres que les occidentaux ou les arabes. Ils sont juste des humains, parfois anges parfois démons. C’est bien parce que je le pense que je peux aussi penser le multilatéralisme qui ne va pas sans le respect de la souveraineté des nations. Et dans un monde véritablement multipolaire les valeurs universalistes comme les droits de l’homme n’ont malheureusement qu’une portée relativement locale du fait des différences de cultures.

    S’allier ne signifie pas non plus s’assujettir car les alliances changent. Vous l’avez montré dans votre article sur le partenariat économique entre la Chine et l’Europe. On voit aussi des alliances entre États Unis et Arabie saoudite. Tout est mouvant. Rien ne peut être réduit aux États Unis ou à l’Occident qui n’a jamais formé un bloc homogène. Il suffit de voir les 2 dernières guerres. Ne pas oublier la Russie qui manipule sans doute tout autant que les États Unis mais de manière plus discrète. Voir son ingérence dans la vie politique des pays de l’ouest, son positionnement au moyen orient, la diffusion des idéologies soviétiques dans les ex territoires impériaux. Et il faut se rendre à l’évidence les réfugiés cherchent aussi à se rendre en Occident, notamment aux États-Unis, y compris des russes, des chinois, des palestiniens. Est-ce que vous voyez beaucoup de flux dans l’autre sens aujourd’hui ? Bref ne soyons pas naïfs. Les ouïgours ne sont pas un écran de fumée pour empêcher le multilatéralisme.

    • @Z

      Le régime chinois demeure quand même le champion toutes catégories en matière d’atteintes aux droits de l’homme. Entre les famines de la collectivisation, souvent orchestrées par le pouvoir, les innombrables déportations de l’ère Mao, et la Révolution Culturelle, le grand timonier est parvenu à battre Staline à plate couture.
      Et ce que met en place aujourd’hui Winnie l’ourson est encore plus terrifiant. On avait pu espérer sous Deng Tsiao Ping une amorce de démocratisation, enfin, avant Tien An Men, mais aujourd’hui, c’est machine arrière toute, avec, en plus, des moyens technologiques qui n’existaient pas au XXème siècle.
      Vous estimez que chacun fait ce qu’il veut chez lui, mais Winnie est en train d’exporter sa dictature, en censurant par exemple, les cadres des sociétés étrangères qui commercent avec la Chine. On a donc le droit, et le devoir, de réagir avant qu’il ne soit trop tard. Ce qui se prépare, c’est un véritable “grand remplacement”, avec un pouvoir chinois qui gouvernera notre pays sans coup férir. Et les chinois seront beaucoup moins cool que les impérialistes américains, qui, eux, tolèrent les critiques ou les moqueries.
      Je note aussi le fait que la Chine, qui était longtemps demeurée repliée à l’intérieur de ses frontières, sous réserve qu’on y inclue le Tibet et Hong Kong, a entrepris de coloniser un certain nombre d’îles, dans le but probable d’exploiter les réserves pétrolières. Et la flotte de guerre chinoise ne cesse de se renforcer, avec, en ligne de mire, un affrontement probable avec les USA ((qui sont aussi en train de doubler leur marine de guerre…).
      Bref. L’option: “On s’en fout, ils sont chez eux” n’est plus recevable. On a désormais à faire à deux puissances impérialistes (USA et Chine), devant lesquelles nous sommes totalement désarmés.

  15. c’est sérieux cet article? on dirait une danse de dragon de nouvel an chinois..

    On ne vous a pas attendu pour déceler l’hypocrisie systémique de la classe dirigeante tapinisée des pays dit occidentaux et on ne vous attendra pas non plus pour comprendre qu’avant 1949, le pays des oighours n’était pas chinois, ni qu’en 2012 une répression féroce s’est abattue sur cette région du monde, ni que les hans, non oighours, sont désormais pratiquement l’ethnie dominante du turkestan oriental après des vagues de migrations massives de parties chinoises, qu’ils travaillent dans des postes impensables même en rêve pour les autochtones, ni bien sur que ce même pays des oighours, kazak, tatars regorge de matières premières vitales pour les chinois tout en étant un carrefour obligé du gentil capitalisme chinois vers le monde via routes.

    C’est génial cet article! les gentils chinois sont victimes de la propagande vicieuse des méchants occidentaux pas contents de se faire remplacer sur l’échiquier mondial! un conspirationniste peut être??
    Bien joué quand même, rien de mieux pour stériliser les élans de sympathie et de fraternité envers les oighours que de rappeler que les méchants occidentaux sont derrière tout ça; Mouloud et Zoubida n’aimant pas Murika, quand ils comprennent que Murika tire les ficelles, zouh, ils peuvent faire péter leur carte bleu pour du toc sur Ali express!! j’avoue , je vous tire mon tarbouche.

    la Chine est un pays dont la caste dirigeante ne fait pas semblant dans sa volonté de contrôler la population. et sil ils prennent des pincettes à hong kong c’est parce qu’ils savent qu’ils ont intérêt à ménager une possible contagion plus large à hong kong sans parler de Taiwan qui regarde de ça de très prés, hein qui voudrait rejoindre la très grande république populaire mère patrie pour y perdre ses dents???

    Les aparatchik chinois après avoir nié l’existence des camps de concentrations, le reconnaissent désormais en les appelant des centres de rééducation. Rééducation pourquoi et à quoi? De grâce, épargnez nous la géopolitique à quatre francs six sous pour vouloir cacher ce qui est désormais à la vue de tous.

    la féroce real politique économique chinoise ne vaut pas mieux que le droit de l’hommisme américain. La servilité des copains arabes qui font construire la plus grande mosquée du monde à Alger ou les numéros d’otarie du clownesque Ben salman en saoudi n’est que temporaire. Rien ne dure indéfiniment.

    PS: la rédaction d’oumma, y a quand même une limite à la pluralité des opinions, c’est celle de la décence elementaire.Sinon, pourquoi pas nous proposer un article sur les bienfaits technologiques israéliens sur l’agriculture en terre sainte??

    • Merci pour votre commentaire sensé.
      Je note le fait que, quand on accuse l’étranger de diffamation, tout en interdisant à quiconque de vérifier, on est quand même peu crédible. La Chine a aussi l’art de diffuser sa propagande via les milieux de gauche, voire parfois de droite, en faisant avaler des contre vérités palpables, comme le mythe du bol de riz quotidien pour chaque chinois dans les années 60. En réalité, la collectivisation des terres avait entraîné une famine horrible qui a tué des dizaines de millions de personnes.
      Encore une fois, personne n’était en mesure de vérifier.
      Un pays qui interdit la visite en dehors des circuits touristiques est forcément coupable. Accessoirement, je ne perçois pas l’intérêt qu’aurait la presse occidentale de diffamer la Chine, qui est de plus en plus souvent un partenaire commercial des grands groupes qui tiennent la plupart des médias.
      Par contre, je comprends très bien pourquoi les pays musulmans qui commercent avec la Chine font profil bas. La fameuse “note sociale” est en train de s’étendre aux territoires conquis via la colonisation économique. On appelle ça du chantage.

  16. Des nouvelles du paradis des travailleurs…
    https://www.amnesty.fr/actualites/la-traque-des-ouighours

    Ok… Vous n’aimez pas Amnesty, qui dénonce récurremment les exactions commises par les théocraties musulmanes. Mais cette ONG n’est pas souvent prise en flagrant délit d’exagération. Ca serait même plutôt l’inverse.
    Du temps de la guerre froide, on accusait déja les ONG de partialité quand elles dénonçaient le Goulag. Sauf que, quand on dépouille les archives, on a confirmation du niveau d’horreur de cette répression.
    – Et quid de la Birmanie et de l’Inde? De la propagande de la CIA?
    – Nier les génocides, c’est encourager leur répétition. Quant à l’auteur de cet article navrant, et aux pays musulmans complices, par intérêt économique, je me demande s’ils réalisent le fait qu’ils contribuent à un crime contre l’humanité, un vrai, contre les musulmans, pas une histoire nulle de femmes voilées. On parle de femmes violées, ça n’est pas vraiment pareil, de personnes torturées, ou incarcérées en toute illégalité dans des camps de concentration au seul motif de leur appartenance religieuse.
    – Boutin! C’est pas aux athées islamophobes de défendre les musulmans! Faites votre boulot de mahométans, merde, chié.
    – Désolé. Un bref moment d’égarement. Mais je ne comprends même pas que quelqu’un puisse supposer que la Chine puisse respecter les droits de l’homme. C’est moi qui picole, et vous qui délirez. La Chine est une dictature totale. Pas d’élections, pas de partis, pas de syndicats. Les élites sont corrompues au delà du raisonnable. Les projets de Xie Jinping visent une aggravation considérable de cette situation, incluant le contrôle du personnel des sociétés étrangères qui travaillent avec elle!!! Vous commencez à comprendre les applaudissements des pays musulmans?
    Mais bon, je ne vous en veux pas, monsieur Guigne. Je suis même prêt à participer à l’enfumage moyennant finances. On doit contacter qui? Monsieur Iblis? Super! C’est un ami d’enfance.

  17. Je n’ai pas lu l’article, je l’avoue 🙁

    mais je pose une question en toute sincérité, que pensez-vous des Ouighours ?

    Car moi c’est en lisant Bruno Guigue ici : https://www.legrandsoir.info/la-cause-ouighoure-coqueluche-de-l-occident.html en début d’année que j’ai pris la cause Ouighours pour une propagande afin de déstabiliser la Chine.

    Je ne sais plus quoi penser. Qui dit la vérité, qui ment ?

    Est-ce que des Oummanautes ont des articles intéressants à ce sujet ? Je veux connaître la vérité sur ce sujet.

    merci d’avance pour votre aide.

    • le fait que les américains, en particulier, agissent hypocritement pour leurs intérêts n’occulte en rien l’existence de la souffrance des oighours qui ne date pas d’aujourd’hui. Les oighours ont une culture propre, une langue propre, une religion différente, une histoire particulière qui les différencie de l’ethnie ultra majoritaire en Chine, les hans.
      l’annexion par la chine de ce qui s’appelait le turkestan oriental ne s’est pas fait sans heurts depuis 1949. La chine communiste comme tous son clan idéologique a toujours mener une charge trés violente contre l’expression religieuse. La chine ultra capitaliste a décidé de tout miser sur l’économie et la technologie, qu’elle utilise pour notamment fliquer sa population. Ils ne sont pas les seuls, les hypocrites droits de l’hommiste de la classe dirigeante occidentale ont bien fait fermer sa gueule à Julian Assange…est ce, pour autant, qu’on peut dire que le système technologique de notation social chinois n’existe pas???

      La classe dirigeante chinoise a des plans pour l’avenir. Imposer son hégémonie et sa façon de voir le monde en 1) Legitimisant que tout le monde doit être surveillable, que ca devienne une norme sociale activement endossée. 2)Éliminant toute menace à cette hégémonie culturelle, mentale et intellectuelle. Les oighours sont les animaux de laboratoire sur lequel les chinois testent leur méthode et aspirations. La question c’est: qu’est ce qui a fait que depuis une dizaine d’année les dirigeants chinois ont décidé de passer la vitesse supérieure et d’accélérer la réeducation mentale de masse??

      Si vous regardez de l’autre coté de la frontière chinoise, les dirigeants actuels en Inde jouent aussi à un jeu très dangereux depuis quelques années: l’ethnicisation institutionnelle des rapports sociaux. Le bjp indien, parti au pouvoir, dit de plus en plus clairement que la norme d’un indien c’est d’être hindou et que ceux qui sont pas content (sikhs et musulmans), on va s’en occuper. Le black out du Kashmir n’est pas sans parallèle avec celui du xinjian, nom donné par les chinois au pays des oighours

      Dans les deux plus grands pays démographique du monde (3 milliards d’habitants), il semblerait que les professionnels de la politique aient décidé de passer une vitesse supérieure vers une hegemonisation des sociétés respectives en passant par des pratiques d’ostracisation de plus en plus ouvertement revendiquée et assumée. Ceux qui rentrent dans leur case, pas de souci. Ceux qui ne veulent pas ou ne peuvent pas ( parce que trop différents), bah on s’en occupe.

      Les oighours souffrent depuis longtemps, ca ne date pas d’aujourd’hui et peu importe que les américains aient décidé de s’emparer hypocritement de cette cause pour leur agenda, ca ne change rien au fait qu’ils souffrent depuis trop longtemps et que ca s’intensifie.

    • Salut Kazba,
      Sachant que déjà se poser des questions, c’est l’essentiel… La presse mainstream n’étant pas là pour informer mais comme support de publicité ou propagande … Fabrique du faux consentement du peuple pour manipuler l’opinion et éviter la contestation populaire …
      En réalité, la Chine protège la culture ouïghoure, tolère la religion musulmane, mais combat le terrorisme et le séparatisme du World Uyghur Congress (WUC).
      La Chine a déjà publié de nombreuses études justifiant sa politique.
      Les documents révélés par le New York Times attestent de la volonté du gouvernement chinois de maintenir la paix civile par tous les moyens. Le président Xi a invité les Forces de l’ordre à se montrer « absolument sans pitié » avec les terroristes. En effet, il fait face à une puissante organisation, le World Uyghur Congress, créé par la CIA durant la Guerre froide, que le quotidien états-unien fait mine de croire pacifique.
      https://www.voltairenet.org/article208555.html

      Pour en venir là, ou nous ne pouvons plus l’ignorer :

      https://www.lepoint.fr/monde/ouighours-les-deputes-americains-appellent-a-des-sanctions-contre-pekin-04-12-2019-2351329_24.php

  18. Brillantissime,
    Alors question :
    Pourquoi dans nos belles démocraties qui se gargarisent de pluralité et de liberté d’expression ces genres d’articles ne sont pas relayés plus souvent afin d’amorcer le débat ?
    Trop à rebours de la doxa officielle qu’on ne croit plus ?
    What else !

  19. Bonsoir M. Guigue,

    il y a deux choses auxquelles j’adhère même si je vais les formuler différemment :
    – Le fait de respecter la souveraineté de la Chine
    – Comme Pat le fait remarquer, le fait de ne pas chercher à lui imposer la vision occidentale des droits de l’homme, surtout en les instrumentalisant contre elle.

    En corollaire, je pense qu’il serait aussi judicieux de vous abstenir de plaquer sur la Chine toute vision occidentale, y compris marxiste, pour servir vos thèses destinées à dénoncer tous azimuts le capitalisme, voire l’impérialisme occidentaux, notamment américains. Je pense que vous vous mettez le doigt dans l’oeil jusqu’au coude, en abordant les choses dans une perspective aussi européocentrée que manichéenne. Vous citiez Rousseau. A l’évidence vous croyez au mythe du bon sauvage. Ça n’en est pas moins paternaliste et ce n’est jamais que l’envers de l’esprit colonial, si je devais pousser votre raisonnement à l’extrême, quitte à l’altérer peut être, je veux bien en convenir.

    Vous parlez de l’éducation. Sachez qu’elle n’a rien d’idyllique en Chine. La concurrence y est sans pareil entre les enfants et ce, dès les plus jeune âge. Les parents se saignent aux 4 veines. La pression est énorme sur les épaules des enfants et on pourrait s’interroger à bon droit sur les impacts psychologiques (dépression, voire suicide).

    Enfin, je vous cite : « Or cette accusation grotesque a été démentie par Pékin et par des dizaines de pays musulmans qui se félicitent de la politique préventive et répressive menée par la Chine contre le terrorisme d’importation made in CIA. » C’est censé être un argument ? Parce que vous croyez que la Chine va se vanter d’enfermer les ouïgours dans des camps ? Parce que vous pensez que les pays musulmans sont extra lucides et sont capables de connaître ce que la Chine voudrait cacher, ou de le dénoncer, compte tenu des éventuels enjeux qui les lient à la Chine ? La bonne blague !

    • Bonjour,

      Merci Z.

      j’ai posté une question qui n’a pas encore, au moment où j’écris, était publiée.

      C’est bien ce qui me semblait…il y a plusieurs mois j’ai lu M Guigue sur le sort des Ouighours qui a tout simplement expliqué qu’il s’agissait de propagande.

      J’en suis quelque peu retournée car j’ai bel et bien cru qu’il s’agissait de propagande anti chinoise, sauf que les preuves s’accumulent.

      J’ai vraiment honte.

      • Bonsoir Kazba,

        Il suffit de se rappeler le sort des tibétains ou des étudiants sur la place Tiananmen pour comprendre que la Chine est parfaitement capable de répressions féroces. Les chrétiens ne sont pas non plus à la fête là-bas. De toute façon, j’ai la conviction que plus un pays est grand et peuplé d’ethnies différentes, plus le régime se doit d’être autoritaire pour maintenir la cohésion sociale. Les chinois sont capables de sacrifices insensés pour nous pour atteindre leurs objectifs. Ce ne sont pas des monstres pour autant. Leur culture n’est juste pas la nôtre. Pensez bien que s’ils contrôlent d’une main de fer des religions comme le christianisme (c’est Pékin qui donne par exemple son aval pour la nomination des évêques en Chine) qui ne fait pas de vagues, ils sont tout à fait capables de “ré éduquer” les ouïgours dont certains se sont illustrés par des attentats.

  20. J’évoquais il y a peu l’aptitude de certains, religieux ou communistes, à nier les faits avérés. Heureux d’en observer l’illustration dans cet article. Les Ouïgours seront heureux d’apprendre que les camps de concentration chinois sont un fake de la CIA. Et le peuple chinois se réjouira de réaliser qu’il est libre, avec une presse pluraliste, des partis non gouvernementaux, des syndicats indépendants, le droit de réunion et d’association, le droit de manifester.
    Et sûr, que les petits cons de Hong Kong, qui renversent les poubelles feront amende honorable. Enfin, en prison sous la torture, mais on ne fait pas d’omelette sans casser d’œufs.
    Sinon, quid de la note sociale, du recours à l’IA pour fliquer la population, pire encore que ce qui est décrit dans 1984?
    Par ailleurs, réduire les droits de l’homme à la déclaration de 1789 est juste une imposture (de plus). La DUDH prend en compte les problèmes de pauvreté, et d’inégalité. Même si ce texte est récurremment récupéré à mauvais escient, il demeure une référence, tout de même plus contemporaine que le texte de 1789. Mais l’auteur des lignes ci dessus ne s’attarde pas sur cette déclaration, qui ne va bien sur pas dans le sens de son apologie de la dictature.
    Ses références: Marx, Robespierre, Castro, et Xie Jinping. Sur que ça fait rêver. Il a juste oublié Mao et Staline, qui ont exterminé des dizaines de millions de personnes, un détail, vu qu’ils sont censés avoir apporté la prospérité au lunpen prolétariat. Sauf que c’est faux. La collectivisation des terres a causé 6 millions de morts en URSS, et beaucoup plus en Chine.
    Bref.
    Continuez à massacrer les Ouigours. Les droits de l’homme, c’est juste du marketing CIA. Il ne reste plus que les athées islamophobes pour critiquer ça. Bizarre, quand même.
    Je suggérerai juste à l’auteur d’aller voir sur place. Les ONG l’ont fait, mais elles sont au service de la CIA. Et du Mossad, des illuminatis, et du groupe Bildenberg?

    • @ Patrice bonjour.
      Il est clair (votre commentaire le confirme) qu’il est difficile d’avoir la bonne et vraie information ; il y a toujours en parallèle la possibilité d’intox, de ”fake-news”, de propagande. Alors que faire ? Quant à vous je ne puis le savoir, en supposant par principe que vous êtes sincère dans votre quête d’informations. Quant à moi (en supposant par principe que je suis sincère dans ma quête d’information) je cherche d’autres sources et recoupe les infos ; parfois se dégage une vue globale et/ou des liens à même de permettre de se faire une idée, voire un constat.

      Alors Saddam Hussein avait-il ou non des ADM ? Selon Colin Powell et Bush ”oui” absolument et cela a mené à…. mais aujourd’hui Donald Trump a clairement déclaré ”non” et son pays a engagé des guerres et dépensé des milliards (et tué des milliers… cela il ne l’a pas dit) sur la base de fausses informations (ce qui est une sérieuse base pour des procès à la CIJ et au TPI).

      On ne peut comprendre le pourquoi et le comment en étudiant un seul élément d’un organisme, un système, un mécanisme complexe. On ne peut comprendre le nez de l’espadon (ni l’oreille de la chauve-souris ni l’aileron du Boeing ni les Rohingyas ni les Ouïghours…) sans considérer tous les nez des espèces vivantes et leur évolution.

      Si on est sincère on ne défend aucun parti, aucune partie ; on cherche à comprendre, on remonte l’histoire (et pas seulement celle racontée par les vainqueurs), on fait des recoupements et on arrivera quelque peu à avoir une vision globale.

      On ne doit pas faire le jeu des puissants et se dissiper dans des confrontations partielles, voire anecdotiques, sans aucun impact sur cette globalité de l’histoire ; aucun intérêt à discuter du voile islamique devant la question ; pourquoi y a-t-il l’islam ? Pourquoi la religion ? Pourquoi le khalife ? Pourquoi le roi ? la reine, le prince, le duc, le compte… etc.
      Pourquoi l’U.R,S.S. a payé le plus lourd tribu, en nombre de victimes -26 millions- pour libérer la France et l’Angleterre (tiens ! Revoilà l’Empire !) ?
      Y a-t-il un lien avec le meurtre par les cocos et leur révolution de racailles de Bolchéviks du dernier Tsar Romanov ? quand on sait qu’il était cousin des Windsor, famille régnante en Angleterre (qui mène une vie de château aux frais de la princesse)
      Pourquoi ? Comment les tenants du Brexit acceptent-ils de (vraiment), admettent-ils, désirent-ils… payer des taxes pour qu’une famille (royale de droit divin avant et de droit du plus fort après) mène une vie princière ?
      Comment est-on arrivé à faire admettre cela comme normalité ; les serfs se crèvent pour les princes. Comme les esclaves pour les maîtres, les croyants pour un dieu, les contribuables ou citoyens ou clients ou consommateurs ou hommes libres pour leurs gouvernants ?
      On n’en finira pas.

  21. Bel article, pertinent, objectif. De la même qualité (et teneur) que celui publié le 3 octobre : ”1948-2019, comment les communistes ont sorti la Chine du sous-développement”.
    Mais, cette vision ”communiste” manquera-t-elle d’être vilipendée, comme celle de l’article suscité ? Ce qui ne fera que confirmer sa justesse, car aucun argumenteur sérieux ne manquera de considérer les faits tels qu’ils sont et non tels qu’il voudra qu’ils soient, et ces faits parlent d’eux-mêmes ; l’histoire nous enseigne que la Chine n’a jamais colonisé (excepté le Tibet, question qui se discute, et pas dans un but de prédation)… ni l’empire tsariste, ni l’URSS ; une question de tempérament et de vision du monde.

    • @tahar.

      Sauf que la Chine n’est pas nativement communiste mais plutôt impériale à la base et ce, depuis plusieurs millénaires. La notion même de communisme en Chine n’a sans doute rien a voir avec le placage que Bruno Guigue ou vous faites, en bons occidentaux qui rêvent de nous vanter les bienfaits du marxisme. Ainsi par exemple, le Mandat du Ciel conserve du sens sous le communisme chinois, y compris du temps de Mao. La Chine est fondamentalement confucianiste beaucoup plus que communiste. Les rapports sociaux y sont donc très réglés indépendamment de Marx qui n’a pas inventé la Chine. Par ailleurs, la Chine de Mao c’est terminé. L’économie de marché et le capitalisme y sont acceptés, les inégalités qui vont avec également. La Chine a l’ambition d’inventer le trillionaire après le milliardaire américain et le millionnaire européen. Avec les BATX c’est bien parti. La Chine n’est pas expansionniste ? D’un point de vue militaire on ne peut le nier. Mais on en reparlera quand on aura réalisé qu’au delà des investissements massifs en Afrique elle aura installé davantage de communautés qui vivent en autarcie, comme des colonies et font bosser les indigènes. Je ne parle même pas des investissements en Occident. Je crois que vous avez une vision décalée comme Bruno Guigue de ce qu’est la Chine. Xi jiping est un nationaliste qui s’appuie sur le neo confucianisme pour s’imposer sur la scène internationale, en purifiant la Chine de toute influence étrangère. Vous êtes vraiment intéressé par la culture chinoise et notamment sa vision stratégique ? Je vous conseille de lire Francois Julien. Commencez par le traité de l’efficacité. Ça sera toujours mieux que de la voir à travers les yeux de Marx.
      Quant à la mentalité impérialiste que vous allez l’air d’imputer exclusivement aux européens et à leurs descendants américains, je vous invite à reconsidérer la notion même de califat.

      • @ Z… bonjour. Vous avez commenté, je ne réplique pas car vous n’apportez rien à l’échange ; vous dénigrez (dénigrer ? bizarre consonance rappelant ”négritude”) la Chine, le communisme, le confucianisme en oubliant le taoïsme, le khalifat, vous faites un procès d’intention à la Chine qui investit massivement (mais pas aux autres qui investissent encore plus massivement), à Bruno Guigne et moi-même en ”bons européens vantant les bienfaits du marxisme’ (je ne suis pas européen)… Qu’attendez-vous de moi comme réponse ? Car moi je n’en ai pas, si ce n’est de vous conseiller (comme vous m’avez conseillé) de vous efforcer à regarder les choses, les faits, le monde, l’histoire selon toutes sortes d’angles possibles et donc de ne privilégier aucun auteur, marabout ou dieu. Belle journée.

        • Bonjour Tahar.

          Je ne fais aucun procès à la Chine. C’est que vous n’avez pas lu mes autres posts. J’admire sa culture, notamment le taoïsme comme sa pensée stratégique qu’il fonde en grande partie. J’aime beaucoup moins le confucianisme qui a toujours été du côté du pouvoir.
          Je fais le procès du communisme. Avec le marxisme, c’est justement Mao qui a dénaturé et trahi la culture millénaire de la Chine. C’est Deng qui a ouvert la Chine et lui a permis de s’enrichir. C’est à présent Xi qui veut la rendre forte en renouant avec le confucianisme. Avec des concepts comme la Grande Harmonie sous le Ciel ou Tianxia Datong (天下大同), il fait référence au mandat du Ciel pour affirmer son pouvoir. Xi donne le change avec la mémoire de Mao mais lui tourne le dos : il va s’affranchir de toute référence à l’Occident y compris au marxisme pour affirmer la supériorité de la culture chinoise, fédérer son peuple en gommant les minorités ethniques et affermir son pouvoir.
          Vous me rappelez ce que André Versaille disait de ses collègues “intellectuels de gauche” qui déforment la réalité pour la faire rentrer dans leur référentiel. C’est aussi cela que je dénonce. Ce que la Chine doit surtout au communisme c’est Mao et ses massacres. Au-delà la Chine s’en passe et Xi va le démontrer.

        • Dernier point Tahar. Je n’ai jamais écrit ”bons européens vantant les bienfaits du marxisme’ mais “en bons occidentaux qui rêvent de nous vanter les bienfaits du marxisme”. Vu de la Chine, vous êtes bien un occidental. Vous vivez à l’Ouest et votre culture est plus proche de celle de l’Europe que la culture chinoise. L’islam n’est ainsi pas considéré comme une religion de Chine quand bien même on nous dirait par exemple ici qu’elle est une religion de France.

          • @Z…”bons européens” ou ”bons occidentaux”, y a-t-il une différence dans la vision du monde (du point de vue oriental) ? Je n’en voit pas. Soit.
            Pas le procès de la Chine mais celui du communisme ? Pourquoi ce procès ? Le communisme est le mal ? Soyons sérieux.
            Xi veut rendre la Chine plus forte ? Donc c’est l’ennemi ? (C’est exactement la position de l’Empire -Angleterre, France, USA et alliés-).
            Xi veut faire oublier les millions de victimes ? Comme sont oubliés les millions d’Amérindiens, Africains, Océaniens… massacrés par les merveilleux bienfaits du capitalisme-impérialisme-colonialisme ? Voyons…

            La question -à mon sens- est ; le monde doit-il avoir un leadership ? ”Oui” fut la réponse après la 2ème guerre mondiale et leadership américain ; ONU, FMI, Banque mondiale tous basés aux USA et accords de Bretton-Woods instituant le dollar comme monnaie de référence mondiale des échanges internationaux ; i.e. les USA et les Américains s’endettent et le monde entier paye.

            L’état du monde actuel remet en question cette façon de fonctionner ;
            -soit pas de leadership (ou hégémonie américaine et par extension de ses alliés occidentaux… et/ou orientaux -Inde, Arabie, Israël…)
            -soit un leadership non unipolaire mais multipolaire (ce que revendiquent les États en dehors du leadership américains -BICS, Asie, Afrique, Amérique Latine)
            -N.B ; quand le monde fonctionnait en mode bipolaire (USA-URSS), guerre froide, il y avait moins de tension, moins de risque.

            C’est ce changement global que rejette l’Occident hégémonique et cette échéance qui amène tous les terrorismes justifiant l’interventionnisme à même de faire perdurer l’hégémonisme en place depuis 75 ans.
            Le reste est une question de réglage et de stratégie ; critique du communisme, DAESH, voile islamique, BREXIT, diverses crises et émeutes en Ukraine, pays arabes, Venezuela, Chili, Colombie, Bolivie, Cuba… etc.

            Mais changement il y aura, même si les puissants déclenchent une guerre mondiale ou un immense krach boursier ou une énorme crise humanitaire ou énergétique ou alimentaire…. etc. et ça, ils savent faire.
            Changement il y aura car les peuples, bien qu’appauvris et fragilisés de plus en plus, deviennent de plus en plus conscients.

  22. Intéressant.
    Chacun voit midi à sa porte et ma conception des droits de l’homme diffère de celle d’un chinois par exemple.
    Un hindou, un américain, un australien, un camerounais, un italien ou un lapon ne voient pas la chose de la même manière.
    Et pourtant chacun pense que c’est lui qui est dans le vrai, et que bien entendu les autres sont soit des ignares qui ne comprennent rien à rien, ou des gens d’une extrême mauvaise foi.
    Quoi qu’il en soit, il faut combattre ces déviants par n’importe quel moyen, et au plus vite, hein…

    • Concernant les droits de l’homme, plus de 160 pays ont ratifié les traités fondamentaux, dérivés de la déclaration universelle des droits de l’homme. Il y a donc bien une universalité des droits de l’homme et les pays ayant ratifié ces traités ne peuvent prétendre “voir midi à leur porte” pour justifier le non respect ou le respect fragmentaire de ces droits.
      Malheureusement, à ce jour, on ne peut que constater qu’une bonne partie des pays signataires ne respectent leur “engagement”.

      • @Didier Lesage – Je me suis peut-être mal exprimé mais il est impossible à coups de traités ou autres d’inculquer de force dans l’esprit des peuples une vision ”universaliste” et uniforme de certains ”droits” qui ne sont finalement que des inventions avec – certes – des intentions louables.
        Je pense aussi entre autres au fameux ”droit d’ingérence” qui a fait florès en son temps.

      • On doit aussi observer que les Droits de l’Homme sont pris comme prétexte par la puissance principale (et par ses vassaux), dès lors que cela sert ses intérêts.
        A la suite du colonialisme français à la Jules Ferry affichant l’ambition de “civiliser les sauvages”, on a vu l’Irak envahi “pour démocratiser”, la Libye détruite “pour sauver les rebelles menacés”, la Syrie assiégée “pour écarter le dictateur sanguinaire”. Voilà qui devrait nous rendre un peu précautionneux quant aux accusations de massacres visant les ennemis ou les cibles de l’occident capitaliste et pas si parfait.
        Et bien sûr il faudrait pouvoir faire la part des infos et celle des fake news ; tâche ardue en cette ‘fin de l’histoire’ dominée par la propagande.
        Par exemple, la répression conduite à Hong-Kong par les affreux communistes (contre des rebelles ostensiblement soutenus par les USA) a fait moins de victimes que celle des gilets jaunes ! Pourquoi Macron serait-il excusé sur ce thème, et Pékin vitupéré ?
        Autre exemple : le parti-pris et la corruption au sein même de la soi-disant indépendante Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques, révélés ces jours-ci via WikiLeaks, ont fort peu d’écho dans les pays impliqués dans les agressions militaires ‘punitives’ et hâtives contre Damas. Pourquoi, alors que les mensonges de cet organisme sont un crime selon les lois internationales, et qu’ils ont été utilisés pour couvrir d’autres crimes ?
        Ah oui, chacun voit midi à sa porte.

    • C’est vrai que le site Oumma.com, fait preuve d’ouverture en hébergeant les tribunes de Monsieur Guigue, certes grand défenseur de la cause palestinienne… mais aussi grand “sinolâtre” ! Cette admiration quasi sans borne du régime chinois lui faisant nier la répression sévère que subissent les Ouïgours. Sa conception des droits de l’Homme, qu’on pourrait résumer par “le bien de la communauté prime celui de l’individu” et plus encore ” le bien de la majorité primer ceux des minorités”, a des relents de stalinisme .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

0

Commentaires

0 commentaires

Crise au Liban : heurts entre la police et des manifestants antipouvoir à Beyrouth

Qamar Aziz, le bienfaiteur des sans-abri de l’autre côté de la Manche