in

91% des Marocains rêvent de faire carrière à l’étranger, selon une étude

En quête d’un nouvel eldorado, ils sont nombreux, leurs diplômes en poche, à envisager d’aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte, les jeunes talents marocains n’hésitent plus à s’envoler vers d’autres horizons plus prometteurs ou à prendre la route d’un exode professionnel qui s’annonce jalonnée de succès. Mais qui sont ces jeunes cadres dynamiques qui rêvent de faire carrière à l’étranger, sous des cieux plus radieux que ceux du royaume de l’Atlas ?

C’est ce à quoi s’est efforcé de répondre ReKrute, le portail marocain dédié à l’emploi, à travers une enquête étayée menée auprès de 1 882 personnes dont la moyenne d’âge est de 35 ans, de niveau Bac+3 ou plus.

Loin d’être une chimère, cette fuite des cerveaux marocains existe bel et bien, et s’évalue à l’aune d’une estimation chiffrée qui en révèle l’impressionnante ampleur : 91% des Marocains souhaitent quitter leur pays pour mettre leurs compétences à profit ailleurs, notamment au Canada, leur éden préféré, dans des entreprises où elles seront plus facilement reconnues, valorisées et gratifiées.

« Il semblerait que les entreprises marocaines n’engagent pas les efforts nécessaires pour retenir et fidéliser les talents marocains », met en lumière ReKrute.

Selon la hiérarchisation de leurs motivations, l’évolution de carrière est cruciale pour 66% des moins de 35 ans, suivie de la qualité de vie pour 56% d’entre eux et de l’environnement de travail. Si la réussite professionnelle est prioritaire pour les jeunes actifs, les cadres plus aguerris misent davantage sur la « qualité de vie » pour expliquer leurs envies d’exil.

Les vastes étendues du pays de l’érable et des caribous exercent toujours une très forte attraction sur plus de 37% des cadres marocains, lesquels assouviraient bien leur soif de dépaysement en y posant leurs bagages. « Le Canada est toujours dans le top 3 des pays les plus attractifs dans les classements mondiaux, il se démarque d’ailleurs des autres pays comme la France, qui a perdu en attractivité ces dernières années et se retrouve en 2e place », souligne ReKrute.

Si l’envie de sillonner le monde démange les jeunes actifs marocains, la nostalgie du pays finit par envahir 74% de ceux qui se sont aventurés sous d’autres latitudes. Une grande majorité d’entre eux a l’espoir chevillé au corps de revenir un jour au pays pour contribuer à son essor efficacement, soit en y investissant, soit en apportant un savoir-faire et une expertise de qualité.

Ce vif désir de retour aux sources est toutefois tempéré par certaines craintes qui assaillent les expatriés marocains, nombreux étant ceux qui redoutent de stagner en réintégrant la sphère entrepreneuriale au Maroc.

En outre, comme le révèle l’étude réalisée par ReKrute, plus de la moitié des personnes sondées se refusent à rentrer, souvent la mort dans l’âme, non pas en raison de la conjoncture économique du pays ou du niveau des salaires, mais des pressions sociales qui pourraient s’exercer sur elles, dans leur vie de tous les jours.

16 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Ca fait des diplômés aubaines pour les pays d’accueil: le Maroc forme comme toute l’Afrique et d’autres cueillent le fruit. Regardons l’exemple des médecins qui remplissent le vide laissé par les médecins français surtout en compagne. Une richesse humaine qui va rejoindre les richesses des sous-sols.
    Tant que ce cercle vissieu: besoin et pillage des ressources – politique de soutien des dictatures – oppression des peuples – réactions de fuite vers là où les ressources débarquent et sont transformées, la situation ne changera pas.
    Ceux qui ont fait le pas, souvent meurent avec le rêve de voir ce cercle brisé et c’est tout-à-fait légitime et humain.
    Le blabla à leroy ( très partagé ) n’est que délire et mensonge qu’on aime se raconter pour échapper à la réalité et à une conscience chargée de méfaits. Le complexe de suffisance n’arrange pas le profil non plus.
    Ceci dit, à chacun sa lecture et sa version.

    • Le réel est beaucoup plus gris/ambigu/ … la responsabilité individuelle, celle de l’être lui-même est première …
      A mon tour de chagriner les « biens pensants » de culture musulmane, ceux qui chouinent après la France, celle des « de culture chrétienne/laïcarde » …. qu’ils interrogent et retournent sur le gril du questionnement leurs parents !
      Dans les années qui ont suivi 1962 il y avait beaucoup à faire dans tous les domaines en Algérie, l’Algérie avait besoin de tous ses enfants !
      Il y avait des diplômés de culture musulmane qui ont déserté en masse vers la Métropole … certains même se drapaient dans le patriotisme algérien avant 1962 ! Il ont pris le bateau ou l’avion vers Marseille sans être obligés par qui que ce soit !
      Tout à fait de leur propre initiative.
      Cette « chose/désertion » …. j’ai toujours du mal à l’avaler des décennies après :
      Je n’y peux rien car j’ai été éduqué par les tiers-mondistes des premiers gouvernements algériens … Pour eux c’était très mal de quitter l’Algérie nouvellement indépendante. C’est ce que l’on nous disait dans les ministères à Alger !
      Cette désertion a obligé les gouvernements Algériens à ravaler leur orgueil et à demander de l’aide partout, j’en ai fait partie avec des collègues russes, tchèques, bulgares, syriens etc. et de nombreux français … les « pieds rouges »””
      Par ceux qui critiquent à jet continu le pays qui a vu arrivé leurs parents ou grands parents cet aspect de l’immigration volontaire n’est jamais relevé.
      Quand je l’exprime … un blanc !
      Un peu niaiseux n’est-ce pas !
      Amnésie qui évite de se poser les bonnes questions concernant ses parents ou aïeux !

      • philodeme

        Au lieu de pérorer approximation l’une après l’autre pour tenter de redorer votre pauvre blason de beauf, dites-vous que ceux qui aujourd’hui quittent le Maghreb -avec visas et diplômes- ne s’intéressent pas à la France. Ce n’est plus une destination prioritaire ni valorisante. Les vrais choix sont le Canada, l’Australie, voire Dubai.

        Quant à la question de l’immigration maghrébine en France dans les années 1960 et plus tard, essayez de comprendre que ce ne fut qu’un juste retour des choses: colonisation et immigration vont de pair. Cela vous déplaît peut-être, mais personne ne vous a demandé d’aller occuper et exploiter d’autres nations. Allez, je vous laisse retourner à votre permanence du FN.

        • J’ai mouillé ma chemise pour le jeune République Algérienne.
          Années 60 certes mais après 62 et reçu officiellement par les toutes nouvelles autorités, qui étaient 2 ans plus tôt maquisards, essentiellement d’anciens du maquis du Colonel Amirouche.
          D’autres avec les mêmes diplômes que moi se faisaient la malle d’Algérie pour du fric !

          • Que certains aient été cyniques et opportunistes dès les premiers jours de l’indépendance algérienne est sans doute vrai (comme dans tout pays neuf), mais vous ne pouvez pas appliquer cette même situation à ce qui se passe aujourd’hui.

            L”Algérie, sans doute plus que toute autre nation post-coloniale, est celle qui a le plus déçu. Un des pays les plus riches d’Afrique qui laisse plus de 50% de la jeunesse au chômage, sans aucun horizon pour réaliser ses rêves, ne mérite pas qu’on y reste ou espère y construire sa vie. Sans parler des violations des droits élémentaires, des élections qui dépassent le grotesque, ou un niveau de corruption qui mériterait d’avoir son propre ministère.

          • Abou Tahar al-Tlemceni
            21 avril 2018 à 19 h 06 min
            vous avez raison
            le mauvais départ a été donné entre fin des années 60 et début des 70
            on pourrait discuter longuement des causes multiples

      • Vous vous occupez un peu trop du gouvernement algérien ( et donc de la dictature garantissant le pillage des ressources et qui fabrique les harragas ) vous manquez un peu de hauteur.
        En règle générale monsieur, il n’y a pas d’immigration volontaire et personne ne s’arrache de chez soi pour rien. Autre preuve, comment expliquez-vous le retour de certains immigrés dans leurs pays d’origine?.
        Sinon votre position du pouvoir des caporaux de “mama franca” je la partage complètement.

    • non le problème ce sont les gouvernements corrompus administrés encore par les anciennes puissances coloniales. Si la religion musulmane était réellement en vigueur par le biais d’une autorité morale politique, pas 1 centime ne serait gaspillé conformément à la morale islamique. La chose irremplaçable, Mr Leroy ce sont les ficelles des marionnettes à la tête des pays “musulmans” tenues encore par ce cher occident

    • Dommage pour vous et aucunement pour nous.
      Nous remerciant Dieu pour le don de cette religion que nous n’honorons pas assez. Elle nous a sortis de la soumission aux créatures vers l’abandon à notre créateur. Elle nous a protégés, fait prendre conscience de notre dignité d’être humain. Grâce à elle et avec elle l’existence à un sens, des finalités alors qu’avant nous végétions jusqu’à ce que la mort nous rattrapait.
      Elle est notre existence in cha Allah et l’existence sera par elle.
      Elle est certes irremplaçable et le restera à jamais.

        • Je vais te raconter une petite histoire petit Leroy et tu dormiras moins …
          au maghreb et sous domination romaine, le lendemain de l’expropriation du terrain d’un autochtone, celui-ci frappait le lendemain à la porte du “nouveau propriétaire” pour du travail …
          Ces mêmes populations et après avoir ACCEPTE l’islam majoritairement, ont civilisé tes ancêtres qui vivaient dans leurs cacas moral et intellectuel.
          On peut relever certaines similitudes avec les “bienfaits” de la colonisation.
          Ta version de l’histoire ne s’appuie que sur tes fantasmes, hontes, mauvaises consciences, complexe de supériorité et les chapitres honteux de ton histoire. Je t’invite à la fermer si tu es incapable d’ouvrir un livre et concevoir qu’on puisse apprendre des autres. Tu n’es pas intéressant.
          En ce qui concerne les conquérants, le nombre devait y être!?.
          Sais-tu – pour l’exemple seulement – que seulement 7000 cavaliers avaient traversé vers le vaste territoire de la presque-île Ibérique et on continue à se gargariser avec la conquête?. On continue à enseigner la conquête arabe de l’espagne alors qu’en beaucoup moins de 8 siècles, les races se métissent profondément à tel point qu’il devient difficile de distinguer le “vrai” arabe du berbère de l’espagnole du martien … Ceci est un exemple de falsification de l’histoire qui est souvent beaucoup plus complexe qu’on l’imagine.
          Si lire ne te fatigue pas, un auteur historien très intéressant est Jean Baubérot.
          Pour revenir à notre sujet, cette religion, on la tient d’Allah Dieu de Moïse et de Jésus et de Muhammad bénis soient-ils tous; nos consciences et intelligences l’ont accueillie et elle continue à interpeller jusqu’à maintenant plus que toute autre religion alors qu’il n’y a ni conquête ni contrainte et que les médias et les politiques sont déployés à la diaboliser partout. Pourquoi?
          Comme Dieu dit, ce ne sont pas les yeux qui sont frappés de cécité mais plutôt les coeurs qui sont dans les poitrines.
          Tu m’as l’air de mener une malheureuse vie, pense au bilan à l’heure où la mort s’invitera dans ton corps? une vie à se battre contre des moulins à vent. Maintenant on fanfaronne, et plus tard ?…

          • Salam,
            En fait, je pense que Leroy est au fond attiré par l’Islam. C’est assez courant, chez les gens qui suivent son parcours. Ses messages de haine envers l’Islam et les musulmans sont en réalité un questionnement et peut-être une haine envers lui-même. Ils ont été nombreux à avoir eu le même cheminement. Le problème est que ce n’est pas sur Oumma qu’il trouvera des réponses … Qu’il s’adresse directement à Allah.
            Qu’Allah le guide. Amine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Algérie : des imams pour éradiquer la violence dans les stades ?

Naissance d’Israël : la “catastrophe” des Palestiniens