in ,

82 millions de personnes devraient être touchées par le diabète au Moyen-Orient et en Afrique du Nord

Les pays du Moyen Orient, comme le Liban, la Syrie, la Palestine ou l’Egypte, font face à des risques sanitaires particuliers. Pour connaître les priorités en matière de santé, les gouvernements font appel au docteur Ahmed Al Mandhari, une figure clé de l’OMS.Selon lui, la région est confrontée à des défis majeurs, provoqués par des causes naturelle et humaine, notamment l’instabilité sociopolitique et économique. Dans le radar du docteur, le diabète et l’obésité, aussi appelés « diabésité ». Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, les cas de diabète devraient augmenter de 110 % et toucher 82 millions de personnes en 2045, d’après un rapport de Colliers International.

Publicité
Publicité
Publicité

4 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Il y a des années qu’on en parle, par exemple, je crois qu’au Maroc, la cécité d’origine diabétique est très récurrente, je crois me souvenir que le pays était malheureusement en pointe de diabète dans le monde en 2012, selon un de mes formateurs qui y a animé des stages/séminaires. Et c’est je crois cette année-là, en 2012, où, selon l’OMS, en démographie mondiale, les suralimentés l’emportaient pour la première fois en nombre sur les sous-alimentés. La prévalence du diabète arrive dès qu’un pays sort de la pénurie alimentaire pour en arriver à une certaine abondance alimentaire accessible à un grand nombre, manger à peu près tous les jours à sa faim, donc plus qu’à sa faim pour compenser les jours où on n’en a pas assez, le souvenir des pénuries et restrictions, voire des anciennes disettes ou famines jouant son rôle très compréhensible, les populations de tous les pays qui en ont passé par des situations de carences et pénuries vers l’abondance sans beaucoup de transition, depuis qu’on enregistre ces données, montre les mêmes tendances diabétiques prévalentes. La France ne fait pas exception, encore marquée dans ses générations d’âge avancée par la peur obésifiante de manquer, quant aux nombreux jeunes obèses de la douce France, s’ils se donnaient plus d’exercice physique au lieu de pianoter si longtemps sur leurs portables en interminables jeux vidéos qu’ils n’interrompent que très tard la nuit, et à peine aux heures des repas dans les familles qui ont encore ces horraires anciens,?… Bon maintenant, un bémom d’importance, la perspective dans l’article est pour 2045, plus de vingt-cinq ans, sauf mon respect mais telle perspective ou prospective est moyennement sensée, le temps des pénuries, l’ordinaire dans l’histoire pourrait ne pas tarder à revenir, je le crains dès cette année, des carences agricoles étant à envisager dès maintenant, y compris en France malgré sa terre fastueuse et fertile, du fait des changements climatiques en cours, des stress météorologiques et hydriques, donc l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient,…! En revanche, et là je m’adresse aux gens des pays de Musulmans, pourquoi la gestion politique des prix du pétrole ne se poursuit-elle pas et pourquoi surtout, et surtout, pourquoi n’y a-t-il pas un équivalent en gestion des prix du phosphate exporté, les pays de Musulmans étant comme par hasard, les producteurs premiers et à moindre coût en phosphate, le phosphate étant pour les ignares, un intrant absolument irremplaçable à court voire à moyen ou long terme dans l’agriculture des puissances agricoles? Ma hantise à moi, ce n’est pas que le diabète s’enflamme en pays de Musulmans d’ici 2045, je dirais même que je ne le crois pas du tout, mavraie hantise à cet égard est l’exact inverse, j’apréhende un retour des pénuries alimentaires voire plus, puisque les pays de Musulmans n’ont pas assez et suffisamment développé l’agriculture. Le diabète est un mal passager, le temps de s’habituer, si toutefois on le doit à une abondance alimentaire à mon avis passagère, tandis que les pénuries, disettes voire famines sont l’ordinaire de l’humanité. Ordinaires mais qu’en sera-t-il à l’avenir et quelle intensité atteindra la famine? Donc je presse les Musulmans de presser leurs gouvernances vers une politique d’encouragement illimitée de l’agriculture, et vers la constitution ou reconstitution d’une politique du prix du pétrole peut-être remplaçable en énergie mais c’est pas sûr pour l’instant, en tout cas vers un accroissement clair des prix du phosphat irremplaçable dans l’absolu puisqu’il est un intrant biologique et cellulaire, dans l’agriculture productive, ceci en contre-partie de la poursuite de fourniture alimentaire et agricole, jusqu’à ce que notre tissu agricole y ait supléé en production interne, pour peu qu’il y ait préférance claire de cette production agricole interne qu’elle que soit la lenteur de son développement et de la décroissance de ses coûts de production, pétrole et phosphate devant d’abord se dirihger vers nos producteurs agricoles par priorité absolue.

    Donc, non, la prévalence du diabète en 2045 n’est d’abord pas si certaine, et quand ce serait, le mal n’est pas irréparable, moins certainement que les carences et pénuries qui sont le pain quotidien de l’homme à travers les âges, ne nous alarmons pas de maux passagers mais davantage de maux définitifs et prolongers, l’épuisement des ressources de production aisée de pétrole et surtout de phosphate étant en revanche aisée à prévoire et à dater dans le temps, aucun remplacement crédible et sérieux du pétrole n’est pour l’instant prévu, aucun n’est envisageable s’agissant du phosphate, sauf récupération par assainissement d’eaux usées, mais à un coût évidemment élevé. Notre Nation a de grandes ressources, mais la plus grandes des richesses qui lui manque est sa cohésion et sa gouvernance unifiée, et pour ce faire, la richesse qui lui manque le plus, la première richesse dans l’absolu de toutes les nations n’est autre que la force militaire, fondatrice de la gouvernance indépendante qui fonde elle-même la sécurité et prospérité.

    Qu’Allah vienne en aide à une grande Nation et qu’elle ne se perde pas dans des causes mineures mais qu’elle se concentre dans les causes majeures, la première étant la cause militaire et politique.

    Croissant de lune.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Drame à Montpellier : le conducteur n’est « ni supporter ni algérien »

Le capitalisme mecquois et la révolution de l’Islam (1/2)