Modernité Arabo-musulmane

Le Réseau Transdisciplinaire Arabe Bayt al-Hikma est en cours de constitution, comme réseau de chercheurs,

par

jeudi 9 juin 2005

Une voie de connaissance du monde arabe

le projet d’une modernité alternative

Le Réseau Transdisciplinaire Arabe Bayt al-Hikma est en cours de constitution, comme réseau de chercheurs, d’universitaires et de responsables associatifs originaires des divers pays du monde arabe. Son objet est de contribuer, sur des problématiques spécifiques, à l’élaboration d’une modernité arabo-musulmane qui soit capable de répondre aux enjeux fondamentaux d’une renaissance culturelle et intellectuelle.

La présence dans l’émigration arabe en Europe d’un nombre important de personnes aux compétences certaines, d’académiciens de renoms, des personnalités reconnues du monde de la culture et de la vie de l’esprit devrait être l’occasion à la fois d’une intensification du dialogue inter-arabe et d’une augmentation qualitative de la communication interculturelle Orient-Occident. C’est dans cette optique que le Réseau Transdisciplinaire Arabe entend mener ses travaux.

 

Transdisciplinarité

La transdisciplinarité à laquelle nous nous référons est une alternative méthodologique au réductionnisme. Elle veut appréhender la réalité en refusant, a priori, de la réduire à un ensemble de parties déconnectées les unes des autres. C’est en étant attentif aux processus plus qu’aux objets, aux mouvements plus qu’aux positions statiques, aux élans plus qu’aux acquis, que notre réseau veut contribuer à rendre intelligible les réalités multiples du monde arabe. La transdisciplinarité, par ailleurs, est une connaissance qui refuse la clôture entre sciences sociales, sciences exactes, imaginaire, art et sacré. Ce qui est à l’œuvre dans cette voie est l’émergence d’une authentique Science de l’humain qui ne le mutilerait pas. Dans la trajectoire historico-culturelle du monde arabe, c’est en référence à l’expérience irakienne de la Maison de la Sagesse, bayt al-Hikma, pôle de la culture médiévale classique, que notre transdisciplinarité veut se déployer. Si l’autonomie des divers champs du savoir est à maintenir, elle ne doit aucunement signifier cloison, fermeture ou autosuffisance. En fait, la transdisciplinarité peut être comprise comme l’interface philosophique entre des savoirs différents, et des savoir-faire aussi.

La question du Sens est pour nous une question essentielle, car elle conditionne la qualité philosophique et éthique de nos recherches. Nous ne voulons pas, en effet, entreprendre une réflexion sans qu’elle soit inscrite dans un certain horizon de valeurs : autonomie du sujet, liberté de conscience, créativité culturelle et spirituelle, écologie et réenchantement du monde.

Projet

Parmi les grandes problématiques et les chantiers que le Réseau Transdisciplinaire Arabe Bayt al-Hikma veut travailler, nous pouvons citer celles-ci :

Le renouvellement de la pensée musulmane dans le sens d’une théologie islamique de la libération et de la liberté et d’une modernité arabo-musulmane.

L’élaboration d’une psychologie des profondeurs enracinée dans la tradition musulmane.

L’inscription des nouveaux paradigmes scientifiques dans l’intellectualité arabo-islamique contemporaine.

La participation arabo-musulmane à la communication interculturelle et au dialogue interreligieux, en particulier avec le christianisme, le bouddhisme et les traditions des « peuples premiers ».

La promotion d’une écologie arabo-musulmane et, notamment, d’une pensée agricole biologique et biodynamique dans le monde arabe.

La vigilance à l’égard de l’influence grandissante du fondamentalisme protestant anglo-saxon dans le monde arabo-musulman

* Dans notre esprit, la référence à l’Islam ne doit pas être considérée comme l’expression d’une attitude de type « confessionnaliste ». Si l’Islam est une foi et une religion, il est aussi un formidable patrimoine artistique, culturel et intellectuel, une grande époque dans la transmission des héritages antiques et leur développement. Dit autrement, l’Islam est une spiritualité et une identité civilisationnelle. L’élaboration d’une modernité endogène, dans le monde arabe, suppose qu’elle soit le fruit de son terreau, son humus spirituel et culturel. L’une des conditions pour que cette modernité puisse émerger est donc le renouvellement de la pensée musulmane contemporaine, dans le double sens de la reprise critique du meilleur du legs médiéval et de la connexion avec les débats qui traversent la communauté philosophique et scientifique universelle.

* Après avoir participé au désenchantement du monde et au triomphe planétaire du modèle de développement occidental, les sciences se trouvent confrontées à plusieurs crises philosophiques, épistémologiques et logiques. Un nouveau paradigme s’élabore dans le dépassement du modèle scientiste et positiviste de la connaissance. En particulier, de nouvelles philosophies des sciences naissent à partir de ces disciplines que sont la physique quantique, les mathématiques non standard, la cosmologie, les neurosciences, etc. Ce nouveau paradigme, en déconstruisant le réductionnisme philosophique, et en remettant en cause la prétention de la science occidentale du XIXème et d’une bonne partie du XXème siècle à vouloir être la norme de toute connaissance et la voie par excellence par laquelle l’humain accède à la réalité. Cette prétention est mise à mal par le nouveau paradigme scientifique qui, non seulement, auto-limite la vocation de connaissance de la science, mais reconnaît également la légitimité cognitive d’autres paroles, comme les paroles de l’art, de la poésie, du sacré, de l’imaginaire. Le Réseau Transdisciplinaire Arabe Bayt al-Hikma souhaite participer à ce formidable travail en montrant qu’il est possible de donner un visage arabe et musulman à ce nouveau paradigme scientifique.

* Si la modernité arabo-musulmane est une nécessité historique, elle ne pourra voir le jour que dans un contexte pluraliste, aussi bien sur le plan de la culture que sur celui de la religion. C’est la raison pour laquelle le Réseau Transdisciplinaire Arabe Bayt al-Hikma participe aux plusieurs dialogues interculturels et interreligieux. Notamment, la rencontre avec les différentes identités du christianisme - catholique, protestante et orthodoxe -, du bouddhisme, des traditions spirituelles chamaniques, nous semble être une tâche exigeante de l’esprit. Ces dialogues que nous voulons promouvoir et auxquels nous voulons participer doivent être des démentis aux fauteurs de guerre, aux partisans du clash des civilisations et des religions. L’humanité est fondamentalement plurielle et cette biodiversité culturelle doit être sauvegardée comme l’une des conditions du dialogue entre les humains.

* L’écologie constitue pour nous un impératif de survie. Que pourrait signifier l’essor des cultures humaines et des sociétés dans le cadre d’une planète dont nous remettrions en causes les équilibres environnementaux ? Déjà, l’empreinte écologique de la sociosphère sur la biosphère est telle qu’elle annonce pour les générations qui viennent un futur inquiétant. Sans verser dans un catastrophisme incapacitant, il s’agira de questionner la pertinence des modèles de développement, des modes de vie, de consommation, d’organisation des rapports entre l’humain et les trois règnes de la Nature. En ce qui nous concerne, le projet est tout simplement celui d’une écologie musulmane qui déclinerait, dans le contexte culturel et langagier de l’Islam, et notamment dans le monde arabe et dans les communautés arabes d’Europe, l’exigence universelle écologique. La promotion, en particulier, d’alternatives agricoles biologiques et biodynamiques nous semble correspondre à une nécessité à la fois pour la guérison de la terre que pour celle de l’humain. Il va de soi que la biodiversité écologique et la biodiversité culturelle et spirituelle sont intimement liées. C’est ce qui fait que dans notre optique, l’écologie, loin de se réduire à un simple environnementalisme, représente toute une vision du monde et une Philosophie de la Nature.

Activités

Le Réseau Transdisciplinaire Arabe Bayt al-Hikma se présente en grande partie comme un espace de formation pour toutes celles et tous ceux qui souhaitent participer à telles ou telles de nos dynamiques de recherche. Nous tenons à préciser que nos activités sont ouvertes à toutes personnes, indépendamment de leur origine ou de leurs convictions philosophiques et spirituelles. La condition que nous exigeons est tout simplement la capacité qu’elles ont d’entamer avec nous ou en notre sein une recherche de qualité. Ces espaces s’expriment à travers des « Journées de formation » qui sont des séminaires de haut niveau destinés à donner des clés et des outils d’analyse, des concepts, ainsi qu’une approche particulière sur différents aspects de la renaissance culturelle et intellectuelle arabe, de la modernité qui doit surgir de cet univers historique et spirituel, et de la communication interculturelle et interreligieuse Le Réseau Transdisciplinaire Arabe Bayt al-Hikma organise, seul ou en collaboration, des rencontres, des colloques, des interventions publiques.

Nous éditons également une lettre mensuelle d’information d’analyse et d’information disponible sur le site www.oumma.com, Modernité arabo-musulmane.

Publicité

Auteur : Mohammed Taleb

Historien et philosophe. Il travaille depuis plusieurs années sur la question des interférences entre les paramètres anthropologiques, culturels, théologiques dans la compréhension du conflit israélo-arabe. Il s’intéresse également aux enjeux culturels de la globalisation-occidentalisation néo-libérale, et à son impact déstructurant sur les peuples et sociétés du Sud, aussi bien au niveau de leurs existences sociales concrètes qu’à celui de leurs personnalités, de leurs imaginaires, de leurs représentations du monde. Il est notamment l’auteur de « Visages du sionisme chrétien. Essai d’interprétation historique et théologique », Paris, Revue des études Palestiniennes, n° 21 (automne 1999) et n° 22 (Hiver 2000). Il préside la nouvelle association Ishtar

commentaires