Manifestons notre solidarité avec les musulmans de Nice devant les propos scandaleux de Jacques Peyrat, sénateur-maire de cette ville

Le sénateur-maire de Nice, Jacques Peyrat (RPR), a assuré mardi dans un communiqué que la ville de Nice ’

par

mardi 12 septembre 2000

Mosquée à Nice : le maire étudiera tout projet financé par les musulmans

NICE, 12 sept (AFP) - Le sénateur-maire de Nice, Jacques Peyrat (RPR), a assuré mardi dans un communiqué que la ville de Nice ’étudiera avec soin tout projet’ d’édification d’une mosquée ’financé par la communauté musulmane’.

La divulgation dimanche d’un courrier interne du maire de Nice adressé à un conseiller municipal, où il affirme que ’les mosquées, qui sont un lieu de culte, ne peuvent pas se concevoir dans une République laïque’, avait soulevé l’indignation, notamment dans les rangs de la communauté musulmane.

Ce courrier répondait à celui de Noël Vouret, conseiller municipal subdélégué aux relations avec les cultes, réclamant ’de nombreux locaux pour une solution d’urgence ou des terrains pour la construction d’une mosquée dans le futur’.

Dans son communiqué, Jacques Peyrat s’étonne de ’la divulgation à la presse, sous forme anonyme, à des fins polémiques, de l’un de ses courriers personnels’ et y voit ’une violation délibérée de correspondance privée’.

Le maire de Nice rappelle que la question de la construction d’une mosquée ’avait fait entre 1995 et 1999 l’objet d’une vive polémique, une salle de prière ayant été aménagée sans autorisation et surtout en dehors de toute norme de sécurité’.

Le premier magistrat niçois insiste sur le fait que ’la ville de Nice s’attache à faciliter la préparation et le déroulement des fêtes et rites de l’Islam’, notamment lors de la fête de l’Aïd El Kebir et en mettant de ’nombreux locaux à la disposition d’associations culturelles musulmanes’.

Après avoir insisté sur son ’engagement sans failles pour la cause des harkis’, Jacques Peyrat fait valoir que ’la loi, depuis le 9 décembre 1905, établit une séparation très nette entre les Eglises et l’Etat (et donc les collectivités locales)’.

Notre partenariat avec l’AFP nous amène à opérer des modifications sur notre système de personnalisation des dépêches pour le rendre encore plus complet et pointu. Nous vous proposons donc de modifier dès maintenant votre revue de presse afin de profiter pleinement de ces changements.


Nice : Un conseiller de la majorité municipale réclame la démission du maire

NICE, 12 sept (AFP) - Le conseiller municipal niçois délégué à l’intégration, Mohamed Rafaï (app. RPR), a réclamé mardi dans un communiqué la démission du maire de Nice Jacques Peyrat (RPR) après la divulgation dimanche d’un courrier interne sur l’édification d’une mosquée dans la ville.

Dans ce courrier - une correspondance interne du sénateur-maire de Nice adressée l’an dernier à un conseiller municipal - le maire affirmait que ’les mosquées, qui sont un lieu de culte, ne peuvent pas se concevoir dans une République laïque’.

’Pour garantir la sécurité et l’avenir de cette ville, il doit démissionner et les instances nationales de son parti, ainsi que toutes les personnalités politiques et religieuses qui refusent et combattent le racisme doivent tout mettre en oeuvre’ pour que cessent de telles pratiques, écrit M. Rafaï selon qui M. Peyrat a ’porté un nouveau coup bas’ à l’image de la cité.

’Il a par ses déclarations remis en cause les fondements de notre République que sont laïcité et respect des hommes’, juge M. Rafaï.

Dans un communiqué, le maire de Nice s’est ’étonné de la divulgation à la presse, sous forme anonyme, à des fins polémiques, de l’un de ses courriers personnels’. Il a assuré que la ville ’étudiera avec soin tout projet’ d’édification d’une mosquée ’financé par la communauté musulmane’.


Alpes maritimes : les responsables religieux lancent un appel au civisme

Par Martine NOUAILLE

NICE, 13 sept (AFP) - Les responsables religieux des principaux cultes des Alpes Maritimes ont dénoncé les moeurs politiques, sociales et économiques en usage sur la côte d’Azur et lancé un appel au sens civique des habitants et des responsables politiques, dans une déclaration commune parvenue mercredi à l’AFP.

Ce texte, publié en pleine polémique sur l’attitude du maire RPR de Nice Jacques Peyrat à l’égard de la communauté musulmane mais en préparation depuis plusieurs mois, dénonce notamment ’ces pétitions qu’on fait circuler pour empêcher la construction d’un foyer pour personnes handicapées, d’une résidence pour immigrés et a fortiori d’un lieu de culte musulman’.

Fruit de ’contacts réguliers et amicaux’ entre l’évêque catholique de Nice, Mgr Jean Bonfils, et les représentants des confessions juive, musulmane, protestante et orthodoxe, il est la première initiative de cette envergure à l’échelle d’un département .

Alors que d’habitude, les prises de position interreligieuses sont motivées par un événement précis, celle-ci, intitulée ’pour une société plus humaine’ se présente comme un ’témoignage commun’ hors de ’tout esprit prosélyte’ sur les problèmes de société dans le contexte bien particulier des Alpes maritimes.

’certaines pratiques qui ont cours dans notre région’

Tout en se réjouissant de la ’vitalité’ du département et de la ’générosité’ de sa population, les signataires déplorent ’certaines pratiques qui ont cours dans notre région, et malheureusement dans tous les secteurs de la société’ : rejet des plus faibles, ’tentations sans cesse renaissantes du racisme’, ’manque de respect’ à l’égard des institutions, ’affaires’, ’dégradation morale’, habitude des hommes politiques de ’flatter l’opinion’ et de ’travestir l’histoire’, etc.

’Nous ne sommes pas fiers d’une certaine attitude, dans notre département, envers les populations dites +à risque+, lesquelles, en réalité, sont d’abord des populations +fragiles+’, écrivent-ils notamment. ’Nous ne pouvons pas accepter ces pétitions qu’on fait circuler pour empêcher la construction d’un foyer pour personnes handicapées, d’une résidence pour immigrés et a fortiori d’un lieu de culte musulman’.

Dans un courrier privé divulgué récemment, Jacques Peyrat écrivait que ’les mosquées, qui sont un lieu de culte, ne peuvent pas se concevoir dans une République laïque’.

Les religieux niçois s’élèvent également contre ’cette violence fondamentale qui réduit autrui à sa position d’obstacle ou de moyen dans une stratégie financière, politique, carriériste ou amoureuse’, à laquelle, selon eux, risque de succomber ’notre Côte d’Azur si attentive à soigner son image’.

A côté d’une défense des valeurs de la famille et de la fidélité conjugale, qu’ils jugent bafouées par le PACS et ’la culture ambiante’, ils s’interrogent sur les effets de la mondialisation, alors que ’la richesse qui se déploie ici nous rend particulièrement sensibles aux inégalités’.

En conclusion, les responsables religieux disent leur volonté ’d’oeuvrer à la solidarité universelle’ et de veiller à ce que leurs communautés ’soient vraiment accueillantes pour chacun’, dans le respect mutuel.

Publicité

Auteur : la rédaction

[email protected]

commentaires