Le condamné judiciaire Eric Zemmour invité par l’UMP à débattre de la « liberté de pensée »

Entre soi. Lors d’un point presse qui s’est tenu aujourd’hui, les cadres de l’UMP ont confirmé la ven

par

mercredi 23 février 2011

Le condamné judiciaire Eric Zemmour invité par l’UMP à débattre de la « liberté de pensée »

Entre soi. Lors d’un point presse qui s’est tenu aujourd’hui, les cadres de l’UMP ont confirmé la venue, mercredi prochain, de « notre ami » Eric Zemmour pour un débat consacré au « problème des normes » et à la « pensée unique ». Sa condamnation, prononcée vendredi dernier, à 2000 euros d’amende avec sursis pour « provocation à la discrimination raciale » –suite à ses propos sur les trafiquants « la plupart, noirs et arabes »- n’a visiblement pas dissuadé le parti majoritaire d’inviter un homme précisément condamné pour son usage abusif de la liberté d’expression.

Au sein de l’UMP, le groupe à l’origine de cette participation est celui des « réformateurs libéraux », un club animé par Hervé Novelli, secrétaire général adjoint du parti. Ce responsable politique, ancien membre du gouvernement Fillon, a passé sa jeunesse dans un mouvement d’extrême droite, dénommé Occident. Il y côtoyait, entre autres, Alain Madelin, Gérard Longuet et Patrick Devedjian.

Zemmour, hors-la-loi et superstar

La semaine dernière, Oumma avait signalé que les déclarations controversées tenus par Eric Zemmour, et qui lui ont valu entre-temps une condamnation, avaient pourtant été récemment réitérées par l’intéressé sur une chaîne de télévision canadienne. A l’instar du parti présidentiel, le désaveu judiciaire et la récidive de ses propos discriminatoires -initialement tenus sur Canal+ et France Ô- n’ont pas empêché France Télévisions de maintenir le journaliste à l’antenne. Un traitement de faveur ? La Charte du groupe interdit pourtant une telle expression publique de la part d’un de ses collaborateurs. Une clause figurant dans le chapitre 2 est explicite : « Les journalistes, les présentateurs, animateurs, réalisateurs et producteurs ainsi que tous les personnels contribuant à la fabrication des émissions de France Télévisions doivent s’interdire de porter atteinte à la dignité de la personne (…).« Toute discrimination fondée sur l’appartenance ou la non appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion est interdite. » France Télévisions refuse et sanctionne les propos risquant d’exposer une personne ou un groupe de personnes à la haine ou au mépris, notamment pour des motifs fondés sur la religion, les mœurs, l’origine ethnique, le sexe ou la déficience physique ou mentale. »

Qu’il s’agisse de l’invitation de l’UMP, dont l’un de ses membres éminents -Brice Hortefeux- continue d’être par ailleurs au gouvernement malgré une double condamnation , ou de l’indulgence du groupe France Télévisions, l’impunité sociale est visiblement la règle à l’endroit de ceux qui stigmatisent une communauté en particulier. Sans doute faut-y voir la conséquence de l’aura légendaire d’Eric Zemmour : après tout, c’est bien ce journaliste, aux analyses réputées fines et acérées, qui relativisait, au lendemain de la visite de Kadhafi en France, les exactions de Tripoli. « Ils font ce qu’ils veulent, les Lybiens, c’est pas not’ problème ! », affirmait-il. Prétexte invoqué par l’adepte auto-proclamé de la lutte contre la bien-pensance  ? La concurrence chinoise qui devrait « nous » interdire tout « jugement moral ». Avant de surenchérir : « Tout scrupule serait une stupidité ». Assurément, Eric Zemmour, qui s’inscrit parfaitement dans l’air du temps, mérite de conserver sa tribune.

Publicité

commentaires