in

Les fans de Zemmour reprennent sans filtre son discours anti-islam

Lundi 4 octobre, au Palais des congrès de Paris, Éric Zemmour et Michel Onfray ont fait salle comble pour leur débat, une soirée aux allures de meeting politique pour le polémiste, qui continue d’entretenir le flou sur une possible candidature à la présidentielle.

Publicité
Publicité
Publicité

2 commentaires

Laissez un commentaire
  1. que penserait albert camus de tout ca ?

    J’ai croisé le regard d’Albert camus…

    L’envers et l’endroit, premier texte écrit par cet écrivain français ayant vécu et grandi en Algérie française. Cet essai raconte de nombreux de ses souvenirs d’Alger et de ses voyages, à l’étranger et en Algérie..

    L’envers et l’endroit, un nom évocateur qui peut aussi rappeler l’identité complexe, voir opposée de cet illustre penseur, français, algérien. Ce titre évoque aussi pour moi un regard croisé que j’ai pu avoir avec lui d’une manière décalée et intemporelle, moi algérien français, lui français algérien.

    J’ai croisé son regard d’enfant prés de chez moi à bellecoure, cette célèbre place à Lyon, qui est aujourd’hui un haut lieu du shopping et du commerce, c’était aussi le nom de son quartier populaire à Alger, où il a grandi.

    L’envers et l’endroit évoque aussi cet idée de face opposée, mais qui constitue pourtant le même objet, l’une ne pouvant observer l’autre, l’observateur également, ne pouvant voir qu’une « partie », un peu comme l’ identité de l’écrivain, ainsi que mon identité également. Celle-ci demeure complexe, parfois visible ou invisible.

    Mon identité paraît miroiter un peu avec celle d’Albert camus, qui fut je pense une véritable passerelle entre ces deux pays. J’écris cela car j’ai peut être marché sur ses pas au moins deux fois , une fois en France et une fois en Algérie.

    J’ai croisé son regard un jour prés de ma région d’origine en France, au chambon-sur-lignon en Haute-Loire, où il est venu se soigner d’Algérie, lorsque qu’il est tombé malade à cause de la tuberculose. J’ai vu son regard affaiblie, durant cette journée d’été en traversant cette ville pour aller faire du canoë en Haute-Loire.

    J’ai de nouveau croisé son regard rétabli cette journée d’automne, une autre fois chez lui en Algérie. Il visitait la ville de romaine de Djémila, son nom ancien était Cuicul, une ville de soldat vétéran. Mon cousin d’Algérie m’avait accompagné, d’une manière un peu perplexe, mais au terme de cette ballade antique, il m’avoua que cette visite lui avait fait le plus grand bien, lui qui ne connaissait pas beaucoup le divertissement et la découverte.

    Albert camus mentionnera cette journée qu’il passa à Djémila prés de Sétif dans « l’envers et l’endroit », un lieu hors du temps qui permet un peu de soigner son âme, face à la monotonie du quotidien en Algérie.

    Le chambon-sur-lignon en France et Djémila en Algérie, est-ce peut- être l’envers et l’endroit ? C’est en tout cas le secret que je partage jalousement avec ce grand écrivain.

    Les partisans de l’identité unique connaissent t’ils ces deux hameaux? Si proches et si opposés à la fois ?

    http://jonasdjeser.unblog.fr/

  2. Les bons , on les garde, les mauvais musulmans on les envoie chez eux.
    Ce qui veut dire, même les bons musulmans ne sont pas chez eux en France.

    D ‘après mon expérience, est bon en France, tout musulman qui croit que la vie est une fin en soi.
    L’utérus, poche d’embryon, projette et la terre absorbe.

    Le seul point commun entre les religions reste le commun des mortels.
    C’est la seule plateforme, sur laquelle on peut bâtir.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

De l’humanisme de la Renaissance à la naissance de l’homme robot

Face à la modernité techniciste et nihiliste