Lundi 28 July 2014
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Google+
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook

"Contre-croisade, le 11 Septembre et le retournement du monde" : une nouvelle version passionnante

"Contre-croisade, le 11 Septembre et le retournement du monde" : une nouvelle version passionnante
fr
http://oumma.com/sites/default/files/IMG/arton6596.png

Dans la seconde édition de son ouvrage remarquable et très remarqué lors de sa parution en 2004 "Contre-Croisade, Le 11 Septembre et le retournement du monde", Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou, politologue de renom, ancien ministre des Affaires étrangères de Mauritanie, démêle avec sagacité un écheveau d’une extrême complexité, en explorateur avisé des soubassements politiques, culturels et stratégiques de ce qui restera dans les annales tragiques de l’histoire comme l’assaut meurtrier du siècle.

Partagez :

Alors que l’aurore du vingt et unième siècle se levait à peine, la vaste scène planétaire, aux gouffres bouillonnants et insondables, a été comme jamais terrassée dans sa chair par l’attentat cataclysmique du 11 septembre 2001.

Dès lors, la face du monde en a été profondément et irrémédiablement changée, nous propulsant, sans sas de transition, dans une ère nouvelle, glaciaire et glaciale, aux confins funestes de l’ignorance, de l’injustice sous toutes ses formes, des disparités sociales et économiques criantes, mais pire encore s’enfonçant dans les ténèbres d’un impérialisme barbare, guidé par la loi du Talion, qui tenait avec ce "11 septembre noir" un alibi en or pour libérer ses démons.

Dans la seconde édition de son ouvrage remarquable et très remarqué lors de sa parution en 2004 "Contre-Croisade, Le 11 Septembre et le retournement du monde", Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou, politologue de renom, ancien ministre des Affaires étrangères de Mauritanie, démêle avec sagacité un écheveau d’une extrême complexité, en explorateur avisé des soubassements politiques, culturels et stratégiques de ce qui restera dans les annales tragiques de l’histoire comme l’assaut meurtrier du siècle.

A la lueur de l’éclaircie frondeuse du printemps arabe, c’est la version enrichie d’un premier exposé déjà particulièrement dense et pointu, que livre celui qui officia en qualité de directeur adjoint du programme de politique humanitaire et de recherches sur les conflits dans la prestigieuse enceinte d’Harvard, avant de rejoindre Genève, où il enseigne actuellement au sein de l’Institut des hautes études internationales et du développement.

Dans les méandres des rapports de forces qui façonnent et mènent le monde, quand ils ne le font pas courir à sa perte, Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou a approfondi sa réflexion, à travers notamment une préface inédite qui évoque « l’avènement d’un autoritarisme moderne globalisé inédit », appuyant là où le bât blesse : « En apparence, l’attitude naissante des Etats-Unis en 2001 semblait être une réaction justifiée face aux attaques du 11 septembre… Ce n’était point le cas, et à la faveur du désir revanchard de cette nation d’assouvir une ambition impérialiste longtemps en gestation, libérée par un inconcevable assaut sur son sol, une logique carcérale mondialisée se mit en place avec une rapidité déconcertante », souligne-t-il.

Dix ans après le coup de tonnerre foudroyant qui ébranla le ciel américain et assombrit toute la voûte céleste, c’est le coup de théâtre du monde arabe, aspirant à se projeter dans l’ère lumineuse de la démocratie, qui a résonné aux quatre coins du globe.

Face aux tumultes qui agitent sans répit nos sociétés et aux soubresauts qui fragilisent les relations entre l’Occident et le monde musulman, il s’avère plus que jamais impérieux de bien appréhender les origines, l’ampleur et la portée d’une offensive qui a dépassé l’entendement.

S’il y a un ouvrage de référence dans lequel se plonger sans attendre, parce qu’il retrace avec force détails la genèse et le film d’un complot hors norme, c’est indéniablement la réédition passionnante que signe Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou.

"Contre-Croisade, Le 11 Septembre et le retournement du monde" aux éditions L’Harmattan.

Publicité Oumma.com

Commentaires

X
0 points

Demandez aux candidats du bac ce qu’est une croisade et vous aurez des réponses étonnantes. Quant à une contre-croisade cela ne fait qu’ajouter une difficulté, le signe d’une contradiction.

Le titre de Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou est pourtant plus explicite, cette contre-croisade est celle du 11 septembre 2001, l’empire a été ébranlé et le monde retourné.

Les croisades du moyen-âge ont vu le retour des occidentaux en occident. La contre-croisade du 21ième siècle a déchaîné à nouveau l’occident. Il envahit une fois encore l’orient par des voies militaires. Il y a même exporté ses bombes atomiques. La guerre fait rage, agressant des populations victimes de tueries et de contaminations sordides.

Qui en effet venge qui ?

La croisade contre Ben Laden s’est achevée. Son cadavre est tombé dans la mer. Les tours seront bientôt reconstruites car les finances qu’elles étaient supposées gérer sont hors de portée des belligérants.

Les victimes sont innocentes. Les vengeurs sont coupables sans l’ombre d’une compassion. Vont-ils bientôt revenir en occident ? C’est ce que demande le printemps arabe.

Le livre de Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou est à lire comme la dénonciation d’une politique mondialiste, d’un empire dérisoire et injuste.

X
0 points

Ould Mohamedou est l’un des intellectuels arabes actuels dont le propos est le plus riche, à la fois nuancé et subtile et direct. Il interpelle, sans autre, les manquements de l’occident et du monde arabe, et cette vision internationale, comparée, qui nous permettra tous une véritable modernité.

X
0 points

Merci Liliane Bénard pour le résumé du livre ’’ contre-croisade’’ . ceci dit, ça m’empêchra pas de me le procurer.

X
0 points

Merci à Oumma.com pour votre travail d’information en général, comme pour la Flottille, et de nous tenir informés de la parution de livres, toujours avec une grande qualité, et qui donne envie de très vite se plonger dedans, en l’occurrence celui-ci.

Quand je lis les critiques ici et là, soit ceux qui les postent sont de mauvaise foi, soit leur niveau d’exigence est très, très élevé !!!

Continuez Oumma.com.

X
0 points

Deux remarques :

1/ N’ayant pas lu ce livre quelqu’un peut-il me renseigner ? S’il s’agit d’une contre-croisade, c’est qu’il s’agit d’une réaction à une croisade précédente dans l’autre sens. Que quoi s’agit-il ?

2/ Liliane Bénard, vous parlez du retour des occidentaux en Occident lors des croisades médiévales. Je suis sûr que vous savez que la compréhension de l’histoire de cette époque dans cette région mériterait que l’on tienne compte des 12 ou 13 siècles précédents.

X
0 points

Question Mark,

Sans remonter au déluge, nous savons bien que la colonisation occidentale a agressé l’orient.

Tous les occidentaux à l’époque n’étaient pas des colonisateurs injustes. De même, au temps des croisades, tous les croisés n’étaient pas des pilleurs impénitents.

L’histoire nous parle de situations conflictuelles et de guerres. Le terme de croisade de nos jours a surtout le sens d’une lutte dont l’occident semble avoir perdu la portée religieuse.

Lorsque Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou parle d’une contre-croisade, il évoque cependant une croisade déclarée par les États Unis, au nom de leur civilisation.

Il y a toutefois tant en Europe qu’aux États unis des musulmans et des chrétiens qui refusent la guerre, sans oublier celles qui sont en cours...

Personne ne peut justifier l’horreur mais chacun sait dans quel cadre elle a lieu. Les guerres ne font qu’accroître les injustices sans éliminer les vrais coupables.

Ceux qui ont inspiré le 11 septembre étaient certes contre l’occident. Reste à leur montrer que l’occident est aussi divers que l’orient tant d’un point de vue religieux, économique que politique. Encore faudrait-il que les peuples aient la parole plus que les fabricants d’armes...

X
3bdulHakym algarabun alawashki
-35 points

Bonjour Liliane, j'espère que vous allez bien.

Tout croisé est bien intentionné, et toute croisade revêt toujours un caractère sacré. D'où le choix du terme

Définition en cause : la croisade en tant que cause collective, à forte composante idéologique, militaire, et économique en coulisse (hé hé, pas fous).

La religion des athées, comme vous l'évoquez d'ailleurs, fut "leur civilisation" : leurs valeurs, avec en arrière-plan la survie des lignées.

Ceux du 11 septembre étaient occidentaux et pro-leur pocket perso. Pour un peu, Bush père se faisait attaquer par Cuba. C'est resté dans les tiroirs, le fiston et ses potes visèrent plus spectaculaire, et plus adapté à leur intérêt.

Enfin : oui il y a à revoir sur les préjugés entre pays : le voyage est un devoir.

Bien à vous, portez-vous bien

:)