A quand les prochaines émeutes en France ?

Jeudi 1er octobre 2009, la Cour d’assises du Gard acquitte le gendarme Frédéric Chambard accusé d’avoir

par

dimanche 11 octobre 2009

Jeudi 1er octobre 2009, la Cour d’assises du Gard acquitte le gendarme Frédéric Chambard accusé d’avoir tué par balles le jeune Mourad originaire de la Zup de Nîmes qu’il tentait d’interpeller après des cambriolages en mars 2003. Le gendarme avait alors vidé son chargeur : 17 balles avaient été tirées en direction du jeune garçon. Plus de six ans après les faits, la justice a de nouveau blanchi un représentant des forces de l’ordre pour un acte qui portait en lui tous les éléments constitutifs d’une bavure. A la lecture du verdict, on ne peut s’empêcher d’être consterné de voir encore une fois la justice prendre fait et cause pour des meurtriers. Ce énième acquittement est l’acquittement de trop : c’est à se demander jusqu’où ira cette impunité ?

Reprenons les faits : voilà un gendarme qui comparaît devant une cour d’Assise pour “violences volontaires ayant provoqué la mort sans intention de la donner“, un juge d’instruction qui, pendant son investigation, estime que le gendarme avait tiré en dehors du cadre légal lui permettant d’ouvrir le feu, un avocat général demandant à ce que l’inculpé soit reconnu coupable en réclamant une peine de 5 ans d’emprisonnement avec sursis, le tout dans un procès qui aura vu les gendarmes mentir pendant l’instruction dans le but de disculper un de leurs collègues[1]…

Malgré tous ces éléments à charge, le verdict est tombé comme un couperet : l’accusé s’en sortira blanchi, libre et pourra reprendre sa vie comme si de rien n’était. Restera sur le carreau une mère, dont on vient de tuer le fils pour une deuxième fois. Et des habitants des quartiers populaires dont cette affaire, comme toutes les autres histoires de bavure, ne fera que renforcer le scepticisme et la rancœur à l’égard d’un système qui aura préféré le déshonneur à la vérité.

Ce genre de procès port en lui les germes de nouvelles fractures, de prochaines émeutes et de probables ruptures au sein de la société française. Quand les balances de la justice trébuchent, c’est la cohésion d’une société qui se trouve menacée. Ces permis de tuer ont fait trop de mal et de dégâts pour ne pas prendre la mesure de la colère qui monte dans certaines cités et quartiers sensibles. Pourtant, on avait là une occasion de redonner aux habitants des cités confiance dans les institutions. Rien de tout cela n’a vu le jour. Au contraire, cet acquittement n’a fait qu’accentuer colère et amertume et renforcer le préjudice moral des services de l’Etat.

Le jour où le gendarme Chambard voyait son acquittement prononcé, François Fillon annonçait une batterie de mesures destinées à lutter contre la délinquance. On nous parlait de caméras dans les écoles, de collaboration avec les maires, du renforcement des effectifs etc. Il y a avait pourtant une mesure qui, si elle était prise, pourrait réduire fortement les violences urbaines qui affectent de plus en plus de villes[2] : juger sévèrement les responsables de “bavures“ pour signaler aux forces de l’ordre les limites de leur fonction. A ceux qui prennent ces paroles à la légère, rappelons-leur que les plus importantes agitations sociales et politiques qu’a connues la France depuis Mai 68 remontent à la période qui a séparé le 27 octobre au 17 novembre 2005. Ces 3 semaines d’émeutes avaient fait vaciller la France. Leur cause ? Deux jeunes adolescents, fuyant les contrôles de la police, avaient fini électrocutés dans un transformateur EDF. Le procès des policiers n’a toujours pas encore eu lieu…

Mourad, au moment des faits, n’avait que 17 ans. Le soir du verdict, les autorités n’ont rien trouvé de mieux que de quadriller le quartier à l’aide de dizaines de CRS et de gendarmes. Qu’on ne s’étonne pas alors si une autre flambée de violences, plus dure et plus violente, risque d’embraser à nouveau les banlieues françaises. En tout cas, vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenu…

Notes :

[1] Cf. www.midilibre.com, Affaire Mourad : le gendarme Chambard est acquitté, jeudi 1er octobre 2009 et Le gendarme Chambard acquitté, http://sud.france3.fr/info/languedoc-roussillon/, lundi 5 octobre 2009.

[2] La crise des banlieues affecte de plus en plus de villes moyennes, Le Monde, 16 septembre 2009.

Publicité

Auteur : Nabil Ennasri

Diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en-Provence, est actuellement doctorant à l'Université de Strasbourg et étudiant en théologie musulmane.

commentaires