Les sex toys en vogue au Maroc, mais sous le manteau

Les sex toys en vogue au Maroc, mais sous le manteau

Parmi les secteurs d’activité qui font un pied de nez à la crise, et révolutionne les mentalités, le business des sex toys, jadis honteux, brise tous les tabous, à travers une démocratisation licencieuse et lucrative en diable.

Ce commerce florissant, qui a traversé toutes les époques, le plus souvent vendu sous le manteau, est devenu le phénomène en vogue du moment, renvoyant l’affligeant reflet d’une société qui évalue sa liberté à la dépravation affichée de ses mœurs. Un reflet néanmoins très tendance, qui a produit son petit effet au Maroc...

Les jouets intimes affriolants et insolites, mais destinés à des petits plaisirs encore inavouables au Royaume de l’Atlas, ont conquis la fine fleur marocaine, selon le site Biladi,  qui n’a d’autre alternative que de se les procurer clandestinement.

Hymens artificiels à 150 dirhams (un best des ventes selon le quotidien "Al Ahdat Al Maghribia" qui a enquêté sur les sex-shops clandestins),  poupées grandeur nature à 20.000 dirhams au succès grandissant, vibromasseurs à 2 000 dirhams, ou encore des vagins, des pénis artificiels et des produits érotiques susceptibles de combler  tous les fantasmes, l’éventail est large, mais la discrétion est de rigueur, et ce sont les Chinois qui en sont les grands pourvoyeurs, par contrebande.

Alors que notre société occidentale s'y adonne sans modération, sans complexe et en toute légalité, c'est dans  le secret des arrière-salles de certains magasins de prêt-à-porter féminin et de jouets pour enfants, que le marché de l’érotisme prospère au Maroc, déjouant ainsi tous les interdits du pays, moraux et légaux.

commentaires