in

Zemmour veut des prénoms “français” : le site humoristique “Vite mon prénom” vous propose de découvrir lequel vous correspond

S’il est élu, Eric Zemmour entend inscrire dans la loi l’obligation de donner à son enfant un prénom dit “français”. Sur le modèle de Vite Ma Dose, des internautes ont lancé Vite mon prénom,  pour voir quel sera votre nouveau prénom si jamais le polémiste arrive au pouvoir.

Éric Zemmour souhaite interdire les prénoms “étrangers” ! Plus de Zinedine, de William ou de Britney. Des Français ont donc inventé un site Vitemonprenom.com, vous pouvez tester en un clic si votre nom est conforme ou si vous devez le changer en 2022. Ce jeudi matin, plus de 820 000 personnes avaient déjà testé leur prénom

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

La Dépêche

5 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Comment encourager le patriotisme ?

    « Changer le prénoms des personnes d’origines étrangères ». Cette simple proposition serait la solution miracle pour créer ce fameux peuple idéale ou redonner à la France son authenticité perdue. Mais en attendant, ce repli-culturel que dénonce certaines personnalités à l’air pourtant de se mondialiser : L’Australie, qui a annoncé récemment l’abandon du contrat d’équipement militaire passé avec la France, pour se tourner vers les États-Unis, cache visiblement une nouvelle alliance anglo-saxonne (culturelle) qui englobe la Grande-Bretagne, les usa et l’Australie. Aucun observateur n’a visiblement analysé ce repli communautaire…

    La France ne peut-elle compter finalement que sur ses proches voisins ? Les pays d’Europe et du sud de la méditerranée ? Que cela plaise ou pas ? Cela arrive très souvent, en cas de difficultés, la famille est souvent loin, seuls les voisins de paliers sont souvent disponibles… Mais ces voisins si proches, paraissent parfois étrange, un peu étranger. Le fameux thème de l’identité nationale est un sujet délicat car il touche l’intimité de chacun, personne ne peux changer la mémoire familiale de tout un peuple, de plus l’identité est variable dans le temps, ce qui la décrit aujourd’hui, ne sera plus valable demain. Alors il faut la repenser continuellement.

    Le respect des règles et des valeurs d’une société, voila ce qui ne doit pas être négociable dans une société, pour le reste tout se discute, tout se négocie, mais ne s’impose pas. Bien sûr, la paysage culturel et l’harmonie du peuple doivent être préservée, mais il y a une façon plus digne, plus élégante d’encourager cela, c’est de rappeler par exemple que l’identité nationale concerne tous les citoyens, sans exception, chacun à sa part de responsabilité, mais qu’il n’y a pas une manière unique de la préserver.

    En effet, on peut aimer son histoire, ses paysages, sa population, sa gastronomie, ses idées, sa culture, peut-être tout ou qu’une partie de cela. Mais ceci ne se décrète pas, ne s’impose pas. C’est ce lien que nos dirigeants doivent encourager, clarifier et cultiver notre lien à notre à notre patrie tout en étant soi-même, sans renier son histoire et celle de ses ancêtres.

    Comment peut-on reprocher à une partie de la population de se comporter en étranger alors que cela fait 20 ou 30 ans qu’ils ne possèdent qu’un simple titre de séjour, cela en payant des impôts, mais ne pouvant pas voter ? Un titre de séjour, quel est ce statut ambiguë qui nous maintient dans la peau d’un étranger?

    Le paysage démographique d’un pays ou d’un continent évolue constamment, parfois cela peut déplaire, mais pour l’instant il faut un peu s’en accommoder, car il est difficile de maîtriser l’évolution du monde. Il faut s’en accommoder tant que les grandes puissances développés n’essaient pas d’accompagner les pays sous-développés, au lieu de se disputer le monopole commerciale du monde, qui a mis de coté tous les autres pays.

    Finalement, le communautarisme culturelle que nous déplorons, est la conséquence du communautarisme économique que se partagent les grandes nations du monde…

    http://jonasdjeser.unblog.fr/

  2. Regardons un peu ce qui se passe dans les pays où l’islam domine.
    Pour épouser ma femme marocaine, j’ai dû, il y a longtemps, me convertir et choisir un prénom “arabe”. Pas le choix chez vous. Vous êtes vraiment des tolérants…
    Me voilà Mehdi, un opposant au roi du Maroc Hassan II, prénom berbère, mais surtout pas bédouin, les bédouins ayant colonisé le Maghreb à coups de sabre.
    Les musulmans d’ici qui se plaignent tout le temps, au point qu’ils nous donnent envie de pleurer, devraient regarder comment agissent leurs coreligionnaires dans les pays d’origine.
    Et s’ils souffrent trop ici, ils peuvent rémigrer.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Universalité et actualité du message des grands porte-parole de la sagesse en Islam

Angleterre : Imran Atcha, le fondateur d’une ferme équestre revalorisant la place du cheval dans l’histoire de l’islam