in ,

Visiter New York à pied, à la découverte de l’histoire de la présence musulmane

Quand elle n’est pas absorbée par ses recherches ou la rédaction de son ouvrage retraçant l’histoire des musulmans à New York, l’Américaine Katie Merriman troque volontiers sa casquette d’universitaire pour celle de guide-conférencière, arpentant les rues et ruelles de la mégapole qui ne dort jamais.

Sortie brillamment diplômée de l’Université de Chapel Hill, en Caroline du Nord, cette docteure ès sciences religieuses n’est pas chaussée de bottes de sept lieues, mais de bonnes chaussures de marche, lorsqu’elle entame son captivant circuit de randonnée pédestre.

Depuis cinq ans, au rythme de deux visites guidées par mois, elle invite gratuitement le grand public à remonter le temps, à pied, sur les traces d’un passé insoupçonné, celui de la présence musulmane au cœur de Big Apple, et à la découverte de lieux emblématiques.

« L’histoire des Musulmans à New York remonte à près de 400 ans, lorsque des colons néerlandais débarquèrent en emmenant avec eux des esclaves nord-africains », explique Katie Merriman en guise de préambule.

Publicité

Munie de sa canne de marche télescopique, sur laquelle elle s’appuie comme sur un bâton de pèlerin, cette dernière se réjouit de voir les rangs des randonneurs, passionnés d’histoire ou tout simplement curieux, grossir constamment, formant de longues processions hétéroclites, où musulmans et non musulmans cheminent côte à côte, partagent leurs impressions naturellement et finissent par tisser des liens.

Katie Merriman relatant l’histoire de Nation of Islam, devant la mosquée de Malcolm X à Harlem

« J’adore les visites à pied, car je trouve que c’est un bon moyen de concilier la marche, un exercice sain, avec la soif d’apprendre qui m’anime. Je dois avouer que je ne connais pas grand-chose à l’islam et encore moins à l’histoire des musulmans ici, à New York. Aussi, suis-je vraiment heureuse d’avoir eu l’opportunité de participer à cette randonnée, surtout que pour la première fois, j’ai pu vraiment parler avec des musulmans », a déclaré Patty Rout. Celle-ci le confiera plus tard à ses proches : elle est revenue de cette marche passionnante, fatiguée mais enchantée !

Pour Amir Ahmed, un étudiant en histoire, participer à cette randonnée revêtait une dimension plus personnelle, éminemment riche de sens. « C’était l’occasion idéale de mieux connaître mon identité en tant que citoyen américain noir et musulman », a-t-il souligné.

« Nous parlons souvent de qui a fait, fondé et construit ce pays. Nous ne pouvons pas ignorer toute une frange de la population et passer sous silence ses contributions, pour prétendre que nous sommes les seuls à l’avoir fait », a insisté Katie Merriman.

Publicité

Quand une balade historique transporte hors des sentiers battus, dans un New York méconnu, et parvient à abolir intelligemment les murs d’incompréhension et d’indifférence…

 

Publicité
Publicité

Un commentaire

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Arabie Saoudite : un royaume de coupeurs de têtes (2/2)

Entretien avec Kahina Bahloul, première femme imame de France