in

Arabie Saoudite : un royaume de coupeurs de têtes (2/2)

«J’ai visé son pied. Il trébucha avant de s’étaler par terre. Je lui ai aussitôt asséné un 2me coup à la nuque avant de le décapiter. Puis un 3me coup sur la poitrine avant qu’elle n’explose en deux. Je me suis alors réjoui et adoré mon sabre».

LA DÉCAPITATION COLLECTIVE DE 370 MEMBRES DE LA TRIBU AL SHAMMAR, EN 1902, ACTE FONDATEUR DU ROYAUME WAHHABITE.

Cent seize ans avant l’équarrissage de Jamal Kashoggi, l’opposant saoudien découpé à la scie au consulat saoudien d’Istanbul, le 2 octobre 2018, la décapitation collective de 370 membres de la Tribu Al Shammar, lors de la chute de Riyad aux mains des Wahhabites a constitué l’acte fondateur du royaume saoudien, justifiant le qualificatif de «Royaume de coupeurs de têtes» qu’il traine depuis plus d’un siècle.

Retour sur cette journée d’épouvante. Récit de Jaafar Al Bakli.

«J’ai visé son pied. Il trébucha avant de s’étaler par terre. Je lui ai aussitôt asséné un 2me coup à la nuque avant de le décapiter. Puis un 3me coup sur la poitrine avant qu’elle n’explose en deux. Je me suis alors réjoui et adoré mon sabre».

Publicité

Ce passage est extrait d’un message adressé par le Roi Abdel Aziz Al Saoud, -père du Roi Salmane et grand père du prince héritier Mohamad Ben Salmane-, que le fondateur du Royaume Wahhabite rédigea, en mars 1904, à l’intention de son allié l’Emir du Koweït, Cheikh Khalifa Moubarak Al Sabah.

Ce courrier est conservé aux archives du «Bureau de l’Inde» (India Office), ancien département du gouvernement britannique chargé de la supervision de l’Inde à l’époque colonie britannique (1857-1947). Son contenu a été révélé par l’historien britannique Robert Lacey dans son ouvrage sur l’Arabie saoudite intitulé «Inside The Kingdom» paru en 2010.

«NOUS L‘AVONS POSSÉDÉ GRÂCE À NOTRE SABRE TRANCHANT»

Abdel Aziz, à l’époque Gouverneur de Riyad, relate avec délectation comment il a tué de ses propres mains, un jeune de la famille Ar RACHID, OBEID BEN HAMMOUD, qui a eu la malchance d’être capturé par les Saoudiens lors d’un raid contre un campement de son frère MAJED Ar RACHID, dans le secteur de HAMLANE, dans la province du Najd.

De l’aveu même d’Abdel Aziz, les assaillants ont réussi à décapiter 370 membres de la tribu Al Shammar, la propre tribu du Roi Abdallah, le prédécesseur du Roi Salmane au trône wahhabite. Le comportement du fondateur du Royaume n’avait rien d’exceptionnel. Il était plutôt de pratique courante.

Publicité

Dès l’instant où il s’est emparé de Riyad, le 13 janvier 1902, Abdel Aziz avait à son actif un imposant bilan macabre. Ainsi Abdallah Ben Jellou, cousin du roi Abdel Aziz et son délégué pour le secteur oriental du Royaume, a éventré son prédécesseur à ce poste pour y extirpé les reins, les balançant sur les contreforts de la citadelle d’Al Masmak, dans un geste annonciateur de sa victoire.

Ce fait a marqué le début d’une nouvelle ère inaugurée par la dynastie Al Saoud, s’articulant sur un triptyque: viol, assassinat, décapitation. Il n’est donc pas étonnant que l’expression «je l’ai possédé grâce à mon merveilleux sabre tranchant» soit d’usage courant parmi les dignitaires saoudiens. Personne d’autre que les Wahhabites ne fait usage d’une telle expression. Une expression dont ils usent et abusent avec morgue.

Ci joint pour le locuteur arabophone, une ode ironique à la gloire du «merveilleux sabre tranchant».

A ceux qui plaident pour une réforme du mode de gouvernance du royaume, les dignitaires saoudiens répondent sur un ton au diapason de leur morgue: « Al Saoud sait mieux que quiconque ce qui est bon pour le royaume». Le sabre brandit au-dessus des têtes des sujets du royaume demeure la marque de gouvernance du pays, la source de sa légitimité, le symbole de verte bannière. Le sabre aiguisé pointé derrière la nuque de tout récalcitrant relève d’une pratique. Depuis l’accession d’Abdel Aziz au pouvoir, le sabre gère la vie politique du royaume.

Publicité
«VA DIRE AUX HABITANTS DU DÉSERT COMMENT LES FILS D’AL SAOUD ADMINISTRENT LA JUSTICE ».

C’est par cette apostrophe annonciatrice d’un grand malheur que le clan Al Hazzani, en 1910, a subi un châtiment collectif. La tribu Al Hazzani gouvernait la ville de Leila, à 300 kms au sud de Riyad. Elle a voulu résister à l’assaut d’Abdel Aziz, mais ont été vaincus et décapités, non sans une certaine théâtralité en vue de servir d’exemple et de terroriser le voisinage.

Abel Aziz avait pris d’assaut les possessions du clan Ajmane relevant de la tribu Al Hazzani (zone de pâturage, cheptel). Il envahit les maisons et donna l‘ordre à deux compagnies de détruire deux localités: Al Qatif et Al Houla. Ibn Saoud avait décidé d‘éliminer toute trace de présence humaine dans ce secteur et, dans la foulée, condamna à mort 19 membres de la tribu vaincue.

Puis se ravisant, il ordonna la suspension de l’exécution des condamnés de 24 heures afin de donner la possibilité aux habitants de la province de venir assister à ce spectacle macabre, dans un but dissuasif. Il fit dresser une grande tribune sur la place centrale de la localité pour qu’elle soit visible de tous et de partout.

A l’aube, Abdel Aziz traversa la place dans un silence imposant, gravit les marches vers la tribune et ordonna la présentation des condamnés au public. Il fit signe au bourreau d’avancer. Ce géant au torse nu se présenta le sabre à la main accompagné de ses deux collaborateurs et s’immobilisa devant les condamnés.

Un juge lut la sentence, relatant les circonstances de leur capture et les raisons qui ont conduit à ce que ce verdict de mort soit rendu. Le bourreau entreprit alors de décapiter méthodiquement les condamnés, l’un après l‘autre, d’un coup sur la nuque. 18 têtes roulèrent sur le sol.

Au 19ème condamné, le Roi fit signe au bourreau de s’écarter et s’approcha du futur supplicié et lui annonce qu’il est gracié: «Je te gracie. Tu es libre. Raconte partout ce que tu viens de voir. Va raconter aux gens du désert comment Al Saoud administre la justice».

Puis s’adressant à la foule, Abdel Aziz, Roi du Najd, a expliqué les raisons qui ont conduit les suppliciés à être condamné et les sanctions terribles auxquels s’exposera quiconque franchira les limites qui lui sont assignées.

La tribu Al Hazzani a été la première famille politique du Najd à subir la loi du sabre wahhabite en raison de son opposition à la conquête de la famille Al Saoud.

Après la tribu Al Hazzani, le sabre wahhabite n’a pas cessé de s’abattre sur la nuque des Saoudiens: la nuque de la tribu Ar Rachid, gouverneur de Haël; de la tribu Al A‘ess, gouverneur d’Al Assir; la nuque de la tribu Ad Darssa, gouverneur de Jizane; puis sur les Hachémites, gouverneur du Hedjaz; sur la tribu Ad Douway, gouverneur de Matir; sur la nuque de la tribu Bou Bijjad, province d’Al Outeiba; sur la nuque de la tribu Hathline, gouverneur d’Al Ajmane;

Le sabre wahhabite n‘a jamais cessé de fonctionner à grande échelle. Sans répit. Depuis que la famille Al Saoud s’est emparée de la nuque des Saoudiens….  Ce fut tour à tour les nuques de la population de Taêf, de Haêl, d’Ouneiza, d’Al Ahsi, de Matir, d’Al Hajarat, du Hedjaz, puis ce fut le tour aux nuques du Koweït, du Yémen, du Levant (Syrie et Irak), pour se poursuivre avec les nuques des Chiites et les nuques des Sunnites, les nuques des Arabes d’une manière générale, enfin les nuques des Iraniens.

Madanya Info

Publicité

6 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Ces choses sont connues depuis l’origine mais pourquoi n’en parlait on que rarement auparavant. Et pourquoi ne parle-t-on pas du rôle du colon anglais dans la promotion des Saoud et la création de leur Etat au dépens des autres dynasties plus anciennes et plus légitimes de la péninsule arabique ? Il a fallu attendre que les Saoud massacrent successivement des masses de gens en Saoudie puis à l’extérieur et qu’ils aient presque totalement détruit les monuments historiques de La Mecque et maintenant du Yemen pour qu’on commence à dénoncer ce royaume des ténèbres qui a fait tant de mal à l’islam.

    • et qui continue à en faire, a travers l’université de Médine qui forme des centaines d’imame wahabite, et qui finance des centaine de mosquées dans le monde entier. On voie des pays d’Afrique, comme le Niger ou le Sénégal de plus en plus touché par la propagation de ce courant…Ils gagnent énormément de terrain grâce à l’arme de l’éducation gratuite et des bourses d’étude…

  2. Arabie Saoudite : “un royaume de coupeurs de têtes” !
    Et ceux qui ont d’excellentes relations avec ce royaume et le protègent, comment peut-on les appeler ?

    • Du temps du prophète, il n y avait pas Al Saoud.
      Al Saoud reste une création britannique.

      Si on compte le nombre de mains coupées pour vol sur les dix derniers siècles, cela ne devrait pas dépasser le nombre des doigts de deux mains.
      Vous savez pourquoi, parce que pour la plus parts des voleurs, les juges estiment qu’ils ont volé ce qui leur revient de droit.

      Al Saoud détestent les pauvres, tout pauvre doit avoir la main coupé, comme Hitler qui détestait les handicapés et les vieux.

    • Ce pays est fou depuis qu’une tribu, aidée par des étrangers a réussi à dominer la région. Protégée par les USA et alliée d’Israel, elle est dans tous les coups pourris afin de garder la protection de ses maitres.

      Et les chefs de cette tribu n’aiment pas l’Islam alors qu’ils se présentent comme les représentants de l’Islam.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Comment un internaute a enquêté et trouvé des indices sur cette vidéo d’arrestation de musulmans Ouïghours

Visiter New York à pied, à la découverte de l’histoire de la présence musulmane