in

Violences policières : Halte au déni !

Jeudi 2 février 2017, ce qui devait être un simple contrôle d’identité s’est terminé pour le jeune Théo Luhaka, 22 ans, par une hospitalisation avec hémorragie anale.

Rien ne peux justifier ni expliquer cette violence scandaleuse et inadmissible !

Ces méfaits, baptisés « bavures » policières, n’ont jamais cessé de se propager au travers de la société française et de s’abattre sur :

– les jeunes des quartiers populaires ;

– les citoyens de confession musulmane, particulièrement durant l’Etat d’urgence ;

– les manifestants, notamment lors des manifestations contre la loi travail ;

– ou encore, récemment, sur les réfugiés.

Aucun politique, aucun mandat électoral, aucun discours, aucune promesse de campagne, n’a été consacré à ce phénomène qui perdure. Liberté, Egalité, Fraternité saignent sur le fronton de nos édifices et de nos institutions.

Les rapports dénonçant l’impunité des forces de l’ordre ont beau s’enchaîner et se ressembler, aucune voix ne semble s’élever pour les dénoncer et les arrêter.

Sans nier le mal-être d’une profession dont la mission est certes difficile, les violences policières sont néanmoins une réalité dans notre pays. Ce fléau doit mobiliser les plus hautes autorités et instances.

Ces violences ne doivent plus être acceptées, tolérées ou niées !

Au lieu de condamner fermement ces dérives, certains de nos politiques ont choisi de les nier ou de les exploiter comme un gisement de voix supplémentaires.

Rappelez-vous, en octobre dernier, Florian Philippot montait au créneau sur France Info, disant comprendre l'”exaspération” des policiers. Et le vice-président du parti d’extrême droite de proposer, alors, la mise en place de la “présomption de légitime défense”.

Une position purement stratégique, notamment lorsque l’on sait que le FN s’est infiltré parmi les effectifs de la police, comme l’a démontré clairement l’étude d’intentions de vote du Cevipof, selon laquelle les forces de l’ordre (policiers et militaires, dont les gendarmes), sont un peu plus de 56 % à envisager de voter en faveur du FN à la présidentielle de 2017.

Il est urgent de dénoncer cette plaie béante qui vient entacher nos devises et principes républicains. Liberté, Egalité, Fraternité saignent sur le fronton de nos édifices et de nos institutions.

Voilà pourquoi l’UDMF (Union des Démocrates Musulmans Français) est signataire de la Marche du 19 mars prochain qui doit mobiliser toute la Nation dans sa grande diversité, car ces violences ne doivent plus être un tabou mais une priorité dans notre démocratie.

Un combat pour la Justice, pour la Dignité, pour la France et pour ne jamais oublier toutes les victimes de ces crimes, malheureusement souvent impunis.

Un meeting pour dire « STOP » à cette impunité

Pour parler de ce déni « institutionnalisé », l’UDMF organise un meeting sur cette problématique, à l’heure de la présidentielle, à Vaulx-en-Velin cesamedi 18 février à 14h30 à la salle Victor JARA. L’occasion de donner  la parole aux familles des victimes de ces dérives ainsi qu’aux organisations signataires de cette Marche.

A propos de l’UDMF

L’UDMF (Union des Démocrates Musulmans Français) est un parti politique français fondé en 2012. Il a pour objectif, entre autres, de lutter contre la banalisation du rejet des citoyens de confession musulmane, aggravés par les discours populistes de nos politiques.

Le musulman est devenu, en une décennie, un enjeu électoral utilisé à outrance à chaque nouvelle élection. Notre mission est donc de sensibiliser l’opinion publique sur ce rejet et cette instrumentalisation qui va à l’encontre de nos principes.

Kamel Messaoudi est candidat UDMF à la présidentielle de 2017

 

 

Site officiel : http://udmf.fr

Site de campagne : http://udmf2017.fr

Pour consulter la liste des signataires https://blogs.mediapart.fr/marche19mars/blog/191216/le-19-mars-une-marche-pour-la-justice-et-la-dignite

A voir ou à revoir, la première intervention télévisuelle de Kamel Messaoudi dans l’Esprit d’Actu.

Un candidat musulman aux élections présidentielles de 2017

Qui est le candidat musulman aux élections présidentielles de 2017?Au programme de L'Esprit d'actu, un entretien avec Kamel Messaoudi, médecin radiologiste qui a été désigné candidat de l' Union des Démocrates Musulmans Français pour les élections présidentielles de 2017. A partager SVP

Publié par Oumma.com sur mercredi 16 novembre 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une BD, la meilleure des armes pour lutter contre l’islamophobie en Espagne

“ Le médicament qui tue, c’est d’abord celui que l’on ne prend pas !