in

USA : un restaurant contraint de fermer après avoir reçu des menaces de mort d’activistes pro-sionistes

Restaurant à nul autre pareil, qui invite au dépaysement grâce à ses saveurs exotiques, mais plus original encore, à travers une découverte culinaire des théâtres de conflits de ce monde assis sur un volcan, ceux où les Etats-Unis opèrent, sèment le chaos et se sont embourbés, le "Conflict Kitchen" de Pittsburgh, en Pennsylvanie, a récemment cristallisé les passions pro-israéliennes après avoir mis au menu « La Palestine ».

Très prisé pour ses plats thématiques à emporter, saupoudrés de géopolitique et truffés d'épices au goût de l'évasion, l’établissement dirigé par Jon Rubin, un artiste engagé, parcourait la surface du globe sans encombres, changeant de destination phare tous les six mois ou au gré de l’actualité la plus explosive, jusqu’à ce jour de la semaine dernière où il a suscité une levée de boucliers des groupes sionistes, particulièrement indisposés par une cuisine venue d’ailleurs jugée indigeste…

Il faut dire que depuis le 6 octobre, le "Conflict Kitchen" ne s’était pas contenté de mitonner des spécialités palestiniennes qui ont ravi tous les palais, mais avait aussi organisé des soirées dînatoires et des après-midis de débat et de discussion en présence de personnalités, ce qui est resté en travers de la gorge des farouches propagandistes d’Israël.

Experts des médias-mensonges, ceux-ci n’ont pas eu la main légère en matière de vérité tronquée, criant aux "messages de haine anti-Israël" à la seule vue de l’emballage des plats préparés sur lequel figuraient des slogans dérangeants et inaudibles, alertant sur la politique d’apartheid, la colonisation forcenée, la fragmentation du territoire palestinien, les carences en ressources vitales telles que l’eau…, avant que des plumes trempées dans le vitriol n'inondent Jon Rubin de menaces de mort anonymes.

Préférant baisser momentanément son rideau, le temps que les esprits s’apaisent et que la police remonte la trace du ou des corbeaux maléfiques, Jon Rubin a expliqué sa fermeture provisoire à sa clientèle en ces termes :  "Nous avons reçu plusieurs lettres contenant des menaces de mort que nous prenons très au sérieux, et nous serons fermés jusqu'à ce que leurs auteurs soient retrouvés par la police de Pittsburgh. Nous espérons rouvrir sous peu."

Devant les médias locaux attirés comme des mouches par le retentissement de l’affaire, le propriétaire de "Conflict Kitchen" n’a pas désarmé, comptant bien continuer longtemps de régaler les papilles des habitants de Pittsburgh en les conviant à manger intelligent et non à se goinfrer grassement et bêtement chez McDo.

Ce dernier a d'ailleurs profité d'être sous les feux des projecteurs pour lancer un message fort à l’adresse de ses farouches détracteurs, en espérant que ses propos résonneront chez tous ses compatriotes : "Peut-être qu'il est difficile pour certaines personnes d'entendre que les Palestiniens ne sont pas heureux de vivre sous le joug de l’impérialisme d'Israël, mais décréter que ce point de vue est une incitation à la haine anti-Israël est une lecture fallacieuse qui interdit purement et simplement toute critique de la politique israélienne."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Président tunisien Marzouki dégagé de son meeting populaire à Chebba (vidéo)

Le Conseil australien de l’industrie alimentaire inflige une claque cuisante aux militants anti-halal