in

USA : le combat des musulmans de l’Utah pour bâtir la première mosquée du comté

C’est dans la vallée de l’Utah où il fait bon vivre pour les musulmans, au milieu d’une communauté américaine fraternelle et solidaire pour qui le respect des croyances n’est ni un vain mot ni un vilain mot, que l’union fait la force afin que sorte de terre la première mosquée de ce comté de l’ouest des Etats-Unis.

Après quatre années à se démener sans compter pour porter ce grand projet cultuel à bout de bras, en quête des financements qui lui permettront de rayonner à plusieurs kilomètres à la ronde, les membres de la communauté islamique locale ont prévu de se réunir samedi sur le site de construction en présence d’éminentes personnalités, telles que le Dr Brian Birch, vice-président associé pour les affaires académiques à l'Université Utah Valley, et de l'imam Shuaib Uddin du Centre islamique Utah de la localité de Sandy, ainsi que de nombreux concitoyens non-musulmans, partisans de la première heure de cette réalisation, dans le cadre d’une cérémonie pré-inaugurale suivie d’un office religieux.

"Pendant quatre ans nous avons travaillé très dur pour lever l'argent dont nous avions besoin pour bâtir notre mosquée et nous avons collecté environ 450,000 $ sur les 800,000 $ exigés " a déclaré à la presse Ruhul Kuddus, trésorier du centre islamique et maître de conférence de biologie à l’Université de Salt Lake City.

L’essentiel est d’occuper le terrain, en l’occurrence le site dévolu à l’édification de la future mosquée de l’Utah, car le permis de construire expire à la fin de l’année et il est primordial que les premiers coups de pelle soient donnés avant cette échéance.

"Nous voulons démarrer la construction avant que cela n'arrive. Donc, nous continuons à aller de l’avant, et avec l’aide de Dieu, nous devrions y arriver", a ajouté Ruhul Kuddus, ce dernier n'ayant jamais baissé les bras ni face à certaines lenteurs administratives, ni face à la difficulté de boucler le financement du projet, et encore moins face à l’hostilité farouche d’une poignée d’administrés qui ont multiplié les campagnes de dénigrement pour le faire avorter, en traitant ses promoteurs de « terroristes ».

"Le Conseil municipal d’Orem et la plupart de nos voisins sont très amicaux, et nous avons toujours pu compter sur leur soutien sans faille, même dans les moments de doutes et d’abattement," a insisté Ruhul Kuddus, en pointant du doigt la virulence des attaques qui ont tenté de jeter l’opprobre sur la communauté musulmane: "Mais nous sommes confrontés à la fureur d’un petit groupe de personnes qui nous insultent constamment, en nous qualifiant de terroristes pour effrayer la population. Ils ne veulent pas de notre mosquée, et tous les moyens sont bons pour arriver à leurs fins et nous nuire. Ils se sont battus contre notre permis, et nous les avons entendus dire beaucoup de choses haïssables", a-t-il vivement déploré.

La Vallée de l’Utah ne compte que 15 à 20 familles musulmanes, chaque foyer ayant déjà contribué au financement de la future mosquée en fonction de ses propres moyens. A ce stade du projet, il s’avère particulièrement ardu de glaner les derniers deniers pour atteindre la somme globale initialement budgétée. La future première mosquée de l’Utah sera certainement contrainte de revoir ses aménagements, mais l’optimisme de Ruhul Kuddul n’est pas entamé pour autant puisqu’il est convaincu que le chantier est sur les bons rails.

C’est dans la difficulté que l’on reconnaît les grandes âmes, et de l’âpreté de ce combat pour ériger le premier lieu de culte musulman de l'Utah Ruhul Kuddul tire une immense source de satisfaction : les liens indéfectibles tissés avec ses concitoyens issus d’autres communautés de foi, qui sont de fidèles soutiens mais aussi de généreux donateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Japon mise sur le tourisme Halal

islamophobie: Argenteuil :c’est où ?