in

Une trentaine de tombes musulmanes profanées à Carcassonne

Les remparts de la célèbre cité médiévale de Carcassonne n’ont pu faire obstacle au racisme de la pire espèce, qui, inlassablement, vandalise et profane les sépultures musulmanes un peu partout en France, et en l’occurrence dans le cimetière de la ville.

Respectant un rituel immuable, des inscriptions islamophobes et des croix gammées ont été découvertes, lundi, sur une trentaine de tombes d’anciens combattants algériens, au cœur d’un carré militaire qui avait déjà déploré les assauts de taggers enragés sur 29 de ses stèles, le 10 septembre dernier.

Crépusculaire, cette islamophobie qui sème la haine dans la pénombre de la nuit a répandu ses habituels mots d’ordre, dont la vision reste insupportable : “la France aux Français, les Arabes dehors”, “les Arabes, dégagez” ou encore “sales Arabes”, avec une variante notable “sales juifs”, selon Abdallah Zekri, vice-président du Conseil régional du culte musulman (CRCM).

La condamnation de M. Zekri, qui préside par ailleurs l’association Observatoire de l’islamophobie, a été à la hauteur du choc ressenti par l’ensemble de la communauté musulmane de Carcassonne. Ce dernier s’est dit très inquiet face à l’hémorragie de violences à l’encontre des citoyens musulmans, qui a culminé à 34% en 2011. Au cours du seul mois de novembre, « six incendies ont visé des mosquées et 135 plaintes pour des actes islamophobes ont été déposées cette année », a-t-il précisé.

L’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONAC) a déposé plainte, a indiqué le préfet de l’Aude, tandis que mardi, une cérémonie de recueillement se tiendra devant les tombes souillées par la main du nationalisme, en présence de représentants religieux, de l’État et de la ville.

Cet outrage de trop a incité le Conseil français du culte musulman (CFCM) à réitérer “sa demande de mise en place d’une mission d’information parlementaire sur la multiplication des actes antimusulmans”, tout en appelant les services de l’État à poursuivre et punir les auteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

“Je téléphone à 13 ou 14 filles par jour”

La décapitation des principaux pivots de l’influence occidentale en terre d’Islam