in

Une exposition salissant l’image du Prophète inquiète la Suède

Le suédois Lars Vilk est de la trempe de ces artistes ou caricaturistes européens qui ne sont pas pour la paix des ménages, se jouant du blasphème dans un Vieux continent, hanté par ses vieux démons, qui l’a pratiquement entièrement aboli, pour mieux donner libre cours à leur détestation de l’islam.

Sa fibre créative nauséeuse défraie actuellement la chronique au pays des fjords, alors qu’il prévoit d’exposer, en juillet, dans la ville de Malmö, une série de peintures portant gravement atteinte à l’image du Prophète (saws), représenté avec un corps de chien. La bronca de 2007 ne lui a manifestement pas suffi, Lars Vilks, obsédé par l’incarnation de Muhammad en canidé et inspiré par son islamophobie pathologique, remet ça au nom de la liberté d’expression. Une posture qui nous en rappelle d’autres en France, marquée du sceau de l’imposture intellectuelle…

Connu comme le loup blanc pour son nationalisme viscéral et son sentiment anti-musulmans, son projet d’exposition glace d’effroi la Suède, et fait notamment frissonner le maire de Malmö, qui s’en est ouvert au journal local  : "Lars Vilks est de plus en plus associé dans l'esprit des gens à des groupes xénophobes, qui se situent à l'extrême droite de l'échiquier politique", a indiqué Ilmar Reepalu, le premier magistrat de la cité visiblement consterné, qui a lancé un cri du coeur : "J'espère que cette exposition n’accueillera aucun visiteur".

Depuis que cette exposition a été rendue publique, l’inquiétude a gagné les rangs des autorités suédoises, les uns prenant les devants en exhortant la communauté musulmane à ignorer une provocation indigne, quand d’autres, à l’instar du maire de Malmö, désapprouvent ouvertement et fermement une sombre machination politique : "Bien sûr qu'il a le droit d'afficher ce qu'il appelle l'art partout où il veut, mais c'est de l'art particulièrement nocif qui, à mon avis, organise une exposition à des fins uniquement politiques."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un groupe d’opposants égyptiens enverraient bien Morsi sur la lune…

Syrie: la fabrication de la violence et du sectarisme dans les médias