in

Une copie d’examen défraie la chronique en Tunisie

« 1 sur 20 », c’est la note sans appel qu’un étudiant tunisien, en troisième année de Finance, dans un institut de gestion de Tunis, ne risque pas d’encadrer pour l’accrocher dans sa chambre, ou alors seulement pour se souvenir de faire mieux la prochaine fois !

L’histoire ne dit pas comment cette copie d’examen anonyme s’est retrouvée sur Facebook, créant un incroyable buzz, mais en tout cas elle donne matière à réfléchir ou à polémiquer à tous ceux qui se sont penchés sur son contenu particulièrement indigent.

Si elle ne reflète pas le niveau des étudiants tunisiens dans leur ensemble, la copie, qui défraie la chronique sur le Net, remet toutefois sur le tapis la question relative à la qualité de la formation dispensée par l’université tunisienne, et l’adéquation entre diplômes et emplois. Une question d’une actualité brûlante, alors qu’un récent rapport publié par l’International colleges and universities, un site web spécialisé dans le classement web des collèges et universités dans le monde, ne fait figurer que deux universités tunisiennes dans son classement.

Pour friser le zéro pointé, cette copie, dont il n’y a manifestement pas grand-chose à sauver, se révélera peut-être doublement salutaire : à la fois pour l’étudiant qui, devant l’opprobre, se jurera de donner un grand coup de collier pour se mettre à niveau, et pour le nécessaire débat public sur la refonte du système universitaire tunisien qui semble reparti de plus belle.

    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le voile selon Karim Akouche, un romancier de seconde zone

Autrefois, le monde arabe était synonyme de pluralisme