in

Une célèbre actrice indienne embrasse l’islam

La scène artistique indienne n’attend pas que les trois coups retentissent pour lever le rideau sur le phénomène des conversions à l’islam de célébrités, puisque ce sont les artistes eux-mêmes qui choisissent de révéler leur inclination irrépressible du cœur sur le devant de la scène publique, et face à leurs concitoyens qui se prosternent majoritairement devant l’Hindouisme.

Après IR Rahman et Yuvan Shankar Raja, le compositeur de films de renom, fils du non moins illustre directeur musical Ilaiyaraaja, qui ont fait récemment sensation en confirmant la rumeur insistante de leur islamité, une jeune et célèbre actrice indienne, prénommée Monica, répond dorénavant au nom de Rahima sous le voile de sa dévotion à Allah, renonçant à sa carrière qui était au firmament d’une industrie du film, où tout n’est que luxe, strass et paillettes, et miroir aux alouettes…

"Ce n’est pas pour l’argent, ni pour le mariage que je me suis convertie à l’Islam, mais ma passion pour l’Islam et ses principes m’ont attirée irrésistiblement", a-t-elle expliqué vendredi dernier en conférence de presse, irradiant de sérénité devant des médias intrigués par le cheminement intime de ces grands noms du spectacle qui préfèrent le halo de lumière de l’islam aux feux des projecteurs du vedettariat, sans craindre de jouer les parias à leur corps défendant.

La jeune femme, devenue star dès sa prime enfance, avait illuminé de sa présence plus de 50 films, mais la musulmane qu’elle est aujourd’hui ne reprendra plus le chemin des studios de cinéma, comme elle l’a indiqué publiquement, se laissant guider par son aspiration à Dieu sur la voie de la piété et de l’engagement auprès de sa communauté de foi et de cœur.

A peine l’actrice indienne avait-elle annoncé officiellement son choix spirituel et son nouveau mode de vie, que la conversion d’un autre acteur très connu, dénommé Jai, était sur toutes les lèvres, amplifiée par des photos prises à son insu, le montrant dans une mosquée en train de prier, ainsi que par la caisse de résonance des réseaux sociaux en plein buzz.

Pour l’heure, le comédien, qui n’a jamais caché son intérêt particulier pour l’islam ni sa proximité relationnelle avec le compositeur converti Yuvan Shankar Raja, se mure dans le silence, se concentrant sur le personnage de son dernier film, dont le moins que l’on puisse est que le sujet traité risque fort d’alimenter les gazettes, d'affoler le Net, et de faire causer dans les chaumières : les mariages musulmans en Inde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Brésil : l’essor de l’islam dans les favelas (vidéo)

Algérie: l’équipe la plus détestée par les fans tricolores