in

Un Tunisien en prison pour ses caricatures du Prophète demande la grâce présidentielle

C’est une ultime requête qui est récemment parvenue sur le bureau du président tunisien, Moncef Marzouki : une demande de grâce signée de la main fébrile d’un caricaturiste de 28 ans, Jabbeur Mejri, dont le trait de crayon, aussi malheureux que scabreux, a dérapé en salissant l’image du Prophète (saws) sur le Net.

Condamné en mars 2012 à une lourde peine de prison de 7 ans et demi, pour avoir publié sur sa page Facebook des caricatures éminemment offensantes, ainsi que son acolyte, Ghazi Béji, qui l'a été par contumace après avoir fui à l’étranger, ce jeune diplômé au chômage de la ville côtière de Mahdia avait fait appel de la décision de justice, mais en vain.

Seul face à ses juges et sous le coup de chefs d’inculpation accablants, l’accusant d’avoir représenté le "Saint Prophète d’une manière dégradante et méprisante le montrant dans des postures à connotation sexuelle de nature à offenser les sentiments d’autrui et à troubler l’ordre public”, ainsi que d’"outrage aux mœurs", le verdict avait été confirmé en juin dernier.

Du fond de sa cellule, Jabbeur Mejri, anéanti par la sévérité de la sentence, a eu tout le temps nécessaire pour méditer la portée de son geste nuisant gravement au respect de la chose sacrée. Après un procès qui a fait grand bruit, mobilisant l’opposition laïque et les défenseurs des droits de l’Homme qui ont dénoncé un « délit d’opinion », ce dernier ne voit plus qu’une seule issue : renoncer à son pourvoi en cassation pour se tourner vers le sommet de l’Etat, et en appeler à la clémence de Moncef Marzouki.

"Le poids de 7 ans et demi est si lourd à porter dans l’incompréhension et l’injustice", a-t-il confié dans un communiqué dont l’AFP a eu connaissance. Sa soeur, Inès, a confirmé que son frère l’avait informée de sa démarche : "Il veut être gracié, il supporte très mal sa condition de détenu et nous a dit regretter son geste", a-t-elle indiqué à l’AFP. Il revient à présent à Moncef Marzouki de faire pencher définitivement la balance de la justice du côté du glaive ou pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

130 détenus font la grève de la faim à Guantanamo

Être chiite aujourd’hui ou la légitimité du chiisme ? (2/2)