in

Un responsable associatif musulman égorgé en plein coeur de Moscou

Dans la pénombre moscovite rôde un dangereux tueur à l’arme blanche qui, mardi soir, est passé à l’acte en égorgeant une  proie que l’on devine minutieusement choisie : Metin Mekhtiev, un responsable associatif musulman russe de 33 ans, sauvagement passé à tabac au coeur de Moscou, avant de se voir infliger le coup de grâce qui glace le sang. Bouleversé et indigné, le Conseil des muftis, qui représente la plus haute instance musulmane en Russie, condamne un meurtre « rituel » qui semble porter la signature monstrueuse des nationalistes.

Le Comité d’enquête russe en charge des affaires criminelles reste pour l’heure des plus circonspects, s'en tenant à la thèse d’une agression ayant eu le vol pour mobile. Il s’avère en effet que le téléphone portable du jeune homme, son porte-monnaie contenant 150 euros, et les clés de son appartement ont été subtilisés.

Mais pour le Conseil des muftis, ce crime barbare maquillé en attaque qui a mal tourné, reste l’hypothèse la plus probable, d’autant plus que des témoignages corroborent cette version des faits, un témoin affirmant que l’assassin a essuyé froidement son couteau sur sa manche après avoir accompli sa vengeance. 

"Il ne s'agit de rien d'autre que d'un meurtre rituel : on l'a battu puis on lui a tranché la gorge", a déclaré le Conseil des muftis dans un communiqué. "Il y avait une jeune femme parmi les agresseurs. Ce n'est pas la première fois qu'une femme participe à des meurtres de personnes de type non-slave", a ajouté le Conseil, alors que la protestation sourde gronde dans la communauté musulmane contre l’autisme des autorités russes. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La propagande de BHL torpillée par un seul mot

Le cimetière musulman de Strasbourg et l’application du concordat à l’Islam de France