in

Un recueil de blagues islamiques vieux de 1 000 ans

L’islam amateur de bons mots, avec cette pointe d’ironie qui chasse les idées noires tout en révélant des travers humains qui font rire ou sourire, l’islam qui n’est pas l’ennemi de la joie et peut s'avérer un précieux antidote contre la morosité, Non, ce n’est pas une plaisanterie mais bien la facette méconnue de la religion et culture islamiques, incarnée par un érudit musulman de Bagdad, vénéré en son temps, le 11ème siècle !

Auteur d’un guide savoureux et plein de sel destiné aux joyeux drilles, mais pas seulement, al-Khatib al-Baghdadi a été récemment redécouvert par Emily Selove, chercheur à l’Université de Manchester. Celle-ci a traduit son ouvrage, à l'humour étonnant et détonnant, dont la vocation était de dérider «tout un chacun, mais aussi les personnes sérieuses » pour leur permettre « de faire une pause ».

Contrastant avec l’image austère et ascétique accolée à l’islam, ce recueil est bien plus qu’un simple florilège de blagues désopilantes. Il est le reflet de l’esprit bohème qui vagabondait dans Bagdad, au temps de sa splendeur, dispensant ses conseils avisés et exhortant chacun à l’exemplarité.

Quand on demande à Emily Selove de résumer ce livre au ton inimitable, elle le décrit ainsi : "Bien qu'il soit léger et que sa lecture soit des plus agréables, il délivre également des messages plus sérieux, notamment lorsqu’il encourage chacun à faire preuve de générosité, et incite les individus à s'exprimer avec éloquence et clarté", renchérissant : "Déplorant que la nourriture soit parfois une denrée rare pour les pauvres, al-Khatib al-Baghdadi fustige ceux qui ferment les yeux et leurs portes devant la misère, comme les avares, insistant sur le fait de ne pas mépriser et laisser sur le bord de la route les gens qui ont faim".

Parmi ses perles caustiques où les importuns et resquilleurs occupent le devant de la scène, Emily Selove retient notamment :

– Une fois un homme a fait irruption dans la soirée organisée par un autre homme. "Qui êtes-vous?" lui demanda l'hôte. "Je suis celui qui vous a évité la peine d'envoyer une invitation!", répondit le pique-assiette.

– Un trouble-fête entre dans une fête privée, et a été interpellé en ces termes : "Personne ne vous a invité !", ce à quoi l'importun répond :  "Mais si vous ne m'aviez pas invité et si je ne n'étais pas venu, pensez comme vous vous seriez ennuyés !"

Sans oublier sa dénonciation de la misère : "Ralentissez! Vous vous tuerez!" s’exclame un homme à un autre. "S'il est temps de mourir," a répondu son interlocuteur, "je veux partir alimenté et bien hydraté, non desséché et affamé."

"Allez acheter de la viande pour nous", ordonne un homme à un autre. "Non, par Dieu, je n'ai pas les moyens !", répond son interlocuteur. Donc le premier homme est allé acheter de la viande. Puis il dit: "Lève-toi et va la faire cuire." "Jene suis pas bon cusinier", rétorque l’autre. Donc, l'homme va faire cuire la viande. Puis il dit: "Lève-toi et verse la sauce". "Je crains de la répandre sur ma robe", poursuit l'autre, quand le premier lui dit : "Lève-toi et mange !". "Par Dieu", déclare le second, "Je suis tellement honteux d’avoir refusé tant de fois que là…", et il s'est avancé et a dévoré le ragoût.

En outre, le livre met en lumière 12 caractéristiques relatives à l'heure du repas afin de les inculquer aux musulmans : 

– Quatre points obligatoires pour invoquer Dieu : avant de manger, s'enquérir de la nourriture illicite,  prendre plaisir à le faire, et remercier Dieu pour cela.

– Quatre coutumes du Prophète : être assis sur son pied gauche en mangeant,  ne pas s'étendre sur la table, manger à l’aide de trois doigts et se lécher les doigts à la fin du repas.

– Enfin, quatre bonnes manières indispensables à table : se laver les mains, prendre de petites bouchées, bien mastiquer, et ne pas fixer ses amis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lancement d’une Fondation conscience soufie

Rome: des musulmans prient aux abords du Colisée pour protester contre la fermeture des lieux de culte