in

Un petit palestinien de 10 ans transcende son autisme pour mémoriser le Coran

Déficience pour l’opinion dominante, différence pour des avis encore minoritaires, le regard porté sur l’autisme varie et évolue au fil du temps, à mesure que des qualités exceptionnelles sont décelées chez des êtres que l’on croyait enfermés dans leur bulle de silence, incapables de la transpercer, d’interagir et de communiquer.

Du haut de ses dix ans, le petit palestinien Khalid Abu Musa a fait superbement mentir tous ceux qui s’obstinent à ne percevoir qu’une maladie mentale, sans discerner l’étincelle d’intelligence qui jaillit parfois de ces individus et patients à part, comme celle qui l’a traversé pour l’extraire de son monde clos et s’imprégner des enseignements du Noble Coran.

Ses neurones phosphorant à plein régime, le jeune garçon, qui a mémorisé et étudié l’intégralité des versets coraniques en écoutant leur récitation à maintes reprises, puis appris à lire et à écrire dans la foulée, avant de s’ouvrir aux autres enfants de son âge et de partager des jeux ludiques avec eux, a émerveillé son entourage, familial, pédagogique, comme médical, tous étant époustouflés par l'épanouissement soudain de ses prodigieuses capacités intellectuelles, restées longtemps insoupçonnées.

Révélé au grand jour par un expert d’une école privée de Gaza, le remarquable potentiel de Khalid Abu Musa a fait le tour de la Palestine, réconfortant des familles en plein désarroi, tout en devenant un exemple et une source d’espoir pour de nombreux jeunes palestiniens atteints du même handicap cognitif que lui, sur une terre où ce trouble du développement est en augmentation, comme c’est le cas sous d’autres latitudes.

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Accueil de Netanyahou à Washington par une campagne d’affichage (Photos)

José Bové dénonce l’entêtement du gouvernement algérien sur le gaz de schiste