in

Un député britannique exhorte les musulmans à rejeter le Saint Coran

Toujours sur la sellette, jamais innocentés des innombrables tumultes qui secouent le vaste monde, les musulmans occidentaux sont des coupables idéaux sur un Vieux continent en pleine décrépitude, en mal de boucs émissaires faciles à jeter en pâture.

Tantôt sommés de s’indigner contre des crimes que le Coran réprouve pour prouver leur loyauté éternellement suspecte, tantôt sommés de décrier certains versets du Livre Saint pour complaire à leurs détracteurs omniscients, tous autoproclamés exégètes du Texte mais à charge uniquement, les citoyens de confession musulmane sont les seuls à bénéficier de ce traitement de faveur, véritable tyrannie intellectuelle dont la condescendance n’a d’égale que la perfidie.

En France, la liste est longue des grands donneurs de leçon qui jouent les faux amis des musulmans pour mieux les livrer à la vindicte, et de l’autre côté de la Manche, elle vient de s’allonger en incluant Gérard Batten, député européen du parti d’extrême droite UKIP, lequel exhorte actuellement ses concitoyens musulmans à désavouer le Coran, pour leur bien forcément…

Ce même Gérard Batten qui, en 2006 déjà, du haut de son arrogance, appelait les musulmans dits « éclairés » à condamner le message coranique en place de Grève, à défaut de pouvoir orchestrer son autodafé, tout en martelant que "l’Europe a fait une énorme erreur en permettant une explosion des mosquées". On appréciera le choix, guère anodin, du vocable "explosion" qui serait plus adapté pour qualifier la résurgence de l’extrême droite, la seule vraie bombe à retardement qui menace la vieille Europe, dont on pensait que son proche passé crépusculaire l'aurait immunisée contre certains vieux démons.

"Je m'attends à ce que les fondamentalistes soient d’accord moi pour dire que la démocratie est incompatible avec l'islam fondamentaliste. Les musulmans modérés doivent choisir leur camp et signer la charte que je propose, visant à ré-examiner  la signification des textes du Coran et des doctrines islamiques pour censurer ceux qui seront jugés violents et inacceptables dans une démocratie", a déclaré ce dernier au Guardian, en se focalisant sur le "Jihad physique violent".

Cet appel tonitruant à rejeter le Coran a échauffé les oreilles de nombre de sujets musulmans de la Couronne britannique, dont celles de Sadiq Kahn, un député travailliste, qui se dit profondément heurté par une nouvelle campagne de dénigrement "viscéralement islamophobe" qui dépasse l’entendement. "Je suis consterné par l'ignorance de Gerard Batten quand il se permet de parler, au nom des milliers de musulmans que compte ce pays, de leur foi et de la manière dont ils la pratiquent", s’est-il insurgé dans les colonnes du Miror. "Je voudrais vraiment savoir si M. Batten a lu le Coran, ne serait-ce qu’une fois dans sa vie, et s’il sait ce que recouvrent les hadiths ? Sa charte est totalement ridicule, c’est un non sens et un outrage, et qui est-il pour exiger que l’on réécrive un Texte sacré et considéré comme tel par plus d’un milliard de fidèles dans le monde ", a-t-il poursuivi, scandalisé.

Loin de la mettre en veilleuse, Gérard Batten, aveuglé par sa croisade islamophobe, continue à battre le rappel mais en faisant le vide autour de lui, les musulmans très éclairés de Sa Gracieuse Majesté ne s’éclairant en effet qu’à la lumière d’un seul flambeau, miséricordieux et universel, et ce n'est pas le sien… 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Français d’origine contrôlée

Le clip engagé du rappeur marocain Muslim fait le buzz