in

Un attentat fait un carnage au Pakistan : la majorité des victimes sont musulmanes

L’horreur du terrorisme aveugle n’épargne pas le Pakistan, qui est une fois encore cruellement frappé au cœur par une attaque-suicide sanglante dont le bilan macabre ne cesse de s’alourdir d’heure en heure.

Ce dimanche 27 mars fut un jour noir pour Lahore, la capitale de la province du Pendjab, alors qu’une explosion retentissait dans un parc d’attractions très fréquenté localement, le parc Gulshan-i-Iqbal, tuant au moins 72 personnes et faisant plus de 300 blessés, majoritairement des femmes et des enfants.

Ce sont des familles musulmanes qui ont payé le plus lourd tribut à ce crime odieux, aussitôt commis, aussitôt revendiqué par les Talibans de la faction Jamaat-ul-Ahrar, tandis que l’on déplore la mort de 10 à 15 chrétiens.

Confronté à nouveau à une tragédie absolue, la plus meurtrière depuis l’attaque terroriste perpétrée en décembre 2014 contre l’école de Peshawar où 132 victimes innocentes, toutes des enfants, avaient péri, le chef de l’exécutif régional, Shahbaz Sharif, frère du premier ministre Nawaz Sharif, n’a pas eu de mots assez forts pour condamner cet acte abominable en apportant une précision importante démentant la version véhiculée par les médias occidentaux : cet attentat survenu le jour de Pâques ne « visait pas la communauté chrétienne ».

Selon le quotidien Dawn, des rescapés racontent des scènes insoutenables, décrivant avec peine “des morceaux de corps humains éparpillés sur tout le site”“L’explosion s’est produite à 18h30 environ, à quelques mètres des balançoires où jouaient les enfants”indique The NationLe journal The News affirme que l’auteur de ce bain de sang, âgé de 28 ans, a pu être identifié grâce à sa tête retrouvée sur place.

Tous les hôpitaux de la ville sont en état d’urgence et trois jours de deuil ont été décrétés par le gouvernement de Lahore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un footballeur palestinien, amputé par Israël, raconte (vidéo)

Une vidéo montre les frères Abdeslam dans une boite de nuit à Bruxelles avant les attentats de Paris