in

Tunisie: une figure de la gauche révolutionnaire assassinée

Chokri Belaid, médiatique leader du Front de gauche (Jabha Chaabya), a été abattu de plusieurs balles, tôt ce mercredi matin, devant son domicile de Menzah 6. La figure charismatique de la gauche révolutionnaire a été atteinte par deux à quatre balles. Le gouvernement parle de trois coups de feu.

Il a été rapidement transporté vers une clinique d’Ennasr, mais les médecins n’ont pu le sauver, et son décès a été confirmé. Chokri Belaid était l’objet de nombreuses menaces en raison de sa virulente opposition à la politique du gouvernement actuel et dénonçait régulièrement la montée de la violence politique.

Acte isolé pour le gouvernement, indulgence coupable des autorités pour Hamma Hammami

Les autorités, par la voix du premier ministre Hamadi Jebali, parlent d’un individu ayant agi seul, dont la police aurait déjà le signalement. L’enquête devra expliquer s’il s’agit d’un acte isolé ou d’une opération commanditée à plus haut niveau. Le gouvernement, dont Chokri Belaid était l’un des pourfendeurs, aura tout intérêt à élucider au plus vite cette affaire pour éviter qu’elle ne remonte jusqu’au parti au pouvoir.

Hamma Hammami, l’autre leader du Front de gauche et compagnon de route de Chokri Belaid, estime, quant à lui, que l’assassinat a été «planifié et exécuté par des professionnels». La responsabilité incombe, selon lui, au gouvernement qui a fait preuve jusque-là d’une indulgence coupable à l’égard de la violence.

Rached Cherif

Nawaat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’actrice russe Tatyana Tsvikevic s’est convertie à l’islam en Turquie

CAN 2013 : Marcel Desailly gifle un journaliste algérien