in

CAN 2013 : Marcel Desailly gifle un journaliste algérien

La gifle administrée par Marcel Desailly à un journaliste algérien restera comme Le mauvais geste extra-sportif de la CAN 2013, qui ne grandit pas l’ancien footballeur français, membre de la "dream team" triomphante de 1998 devant une France en liesse.

Sous les couleurs de Canal +, la reconversion très lucrative de Marcel Desailly, comme tant d’autres, lui a fait endosser un autre maillot, celui de consultant couvrant notamment le quart de finale qui a opposé l’Afrique du Sud au Mali. C’est à la fin de cette rencontre qu’une confrontation d’une autre nature a eu lieu dans les coulisses médiatiques, lorsqu’un journaliste algérien a abordé l’ex-joueur des Bleus pour lui poser quelques questions.

Mais, du côté de Marcel Desailly, l'élan confraternel n’était pas au rendez-vous, et c’est avec un certain mépris qu’il a souverainement ignoré son collègue de l’autre rive de la méditerranée. Offensé, celui-ci n’est pas resté silencieux et a lancé : «  T’as pas la classe Marcel, c’est Zizou qui a la classe ».

A ces mots certes désobligeants, l’ancien défenseur tricolore, manquant totalement de contrôle, a répondu par la violence en giflant son interlocuteur, avant de le provoquer en paroles : « Viens te battre… » s’est-il emporté, comme l’ont rapporté plusieurs médias sportifs. Les forces de sécurité se sont interposées entre les deux hommes, évitant que la scène ne tourne au pugilat.

Contrastant avec son élégant costume de consultant grassement rémunéré, le vilain geste de Marcel Desailly, que la France décomplexée d’hier, sous Sarkozy, aurait qualifié de « digne d’un voyou ou d’un caïd », intervient après qu’il se soit distingué par des commentaires tendancieux et quelque peu dédaigneux envers le Togo, qui ne lui ont pas valu, là aussi, que des amis…

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tunisie: une figure de la gauche révolutionnaire assassinée

Printemps arabe : où en sommes-nous?