in

Tunisie : la grille de salaire de l’équipe au pouvoir

En attendant l’élaboration de sa future Constitution, la Tunisie se met à l’heure de la transparence en publiant les propositions d’émoluments de ceux qui sont à sa tête, et qui seront soumises à la délibération de l’Assemblée Constituante.Il est intéressant d’observer, à titre comparatif, que la rémunération attribuée au président de la République, Moncef Marzouki, se situe dans le bas du classement de ses homologues européens.

Le président de la République par intérim percevra 30 000 dinars, soit près de 15 398 euros/mois , le Premier ministre 8 000 dinars, les ministres 4 500 dinars, les secrétaires d’Etat 3 400 dinars, que viendront compléter d’autres privilèges traditionnels, tels que le téléphone, la voiture de fonction, le chauffeur.

Chaque membre de l’Assemblée Constituante touchera 2 500 dinars, et pourra prétendre à la gratuité du transport, entre autres avantages. En 2007, Nicolas Sarkozy s’auto-gratifiait d’une majoration de 140% de son salaire, étouffant dans l’œuf une polémique naissante. Pourtant, cette augmentation substantielle, qui fut le fait du Prince, le plaçait en queue de peloton à l’échelle européenne.

Un petit tour d’horizon des rémunérations perçues, en 2007, par les chefs d’Etat ou de gouvernement européens, qui malgré les signes avant-coureurs de la banqueroute, ne firent pas vœu de pauvreté pour autant. Nicolas Sarkozy, avec ses 19 331 euros nets mensuels, était surclassé par le Premier ministre irlandais Bertie Ahern, qui culminait à 25.833 euros/mois. Ensuite, venait la chancelière allemande Angela Merkel qui percevait 15.832 euros/mois, auxquels s’ajoutaient une prime forfaitaire de représentation de 1000 euros, son salaire de députée de de 3500 euros, ainsi qu’une indemnité forfaitaire de 2700 euros par mois.

Le Premier ministre britannique de l’époque, Gordon Brown, touchait une rémunération mensuelle équivalant à 22.469 euros, gonflée par un salaire de 7.219 euros correspondant à son mandat de parlementaire. Derrière Nicolas Sarkozy, se classait le chef du gouvernement italien Romano Prodi, la lanterne rouge avec ses 16.371 euros bruts par mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La Russie espionne pour le compte de la Syrie

Dominique Strauss-Kahn envisagerait-il de s’intaller en Israël ?