in

Trois étudiants sud-africains de confession juive menacés pour avoir affiché leur soutien à Gaza

Ils excellent dans l’art des joutes oratoires, trois jeunes sud-africains de confession juive, férus du débat d’idées, ont été submergés sous une avalanche de menaces et d’insultes après avoir pris la pose, revêtus de Keffiehs, en signe de leur farouche « opposition aux violations des droits de l’homme commises contre le peuple palestinien ».

En lice dans les championnats du monde de débat qui avaient pour cadre la Thaïlande, les frères Musker et leur co-équipier, Joshua Broomberg, ces trois champions de la pensée critique et de l’expression des idées partis fièrement défendre les chances de leur pays sur une scène où la prise de parole n'est pas muselée, sont restés sans voix devant les messages haineux à leur encontre qui ont inondé les réseaux sociaux, certains culminant dans des appels au meurtre à faire froid dans le dos : "Ces garçons doivent être tués comme les enfants de Sderot, ils ne méritent pas de respirer!", ont lu, pétrifiés, les trois étudiants, dont le sens de la répartie a été fortement émoussé par un tel déchaînement de violences verbales.

Ne craignant pas d’immortaliser leur prise de position en faveur de Gaza dévastée et ensanglantée, bien que juifs, ces amateurs du langage châtié et du débat contradictoire n’imaginaient pas essuyer une salve de critiques assassines, réalisant que leur marque de solidarité envers le camp des damnés de la terre était considérée comme une traîtrise impardonnable pour nombre de leurs coreligionnaires et la légion de pro-sionistes qui font de ce monde une poudrière.

"Pour ces merdes qui soutiennent les Palestiniens … Moi … Poczynski, né en Argentine et soldat de Tsahal, j'espère que ces trois-là ne viendront jamais dans mon pays [Israël] parce que je leur tirerai dessus avec mon M16, et je viderai tout mon chargeur sur eux ! », a signé un internaute israélien hors de lui, tandis que d’autres posts du même tonneau maudissaient cordialement ces trois empêcheurs de ravager Gaza en rond.

Une pétition appelant à créer les conditions d’un débat serein au sein de la communauté juive d’Afrique du Sud au sujet de la Palestine a volé à la rescousse des frères Musker et de Joshua Broomberg, recueillant plus de 2000 signatures au cours de la seule après-midi du 11 août, tandis que David Hornsby, le doyen de l’Université de Wits, spécialisée dans les sciences humaines, a apporté tout son soutien aux trois jeunes gens pris dans une spirale passionnelle effrayante, à l’aune d’un bellicisme israélien qui a commis l’innommable.

"Je suis fier de votre position de principe … malgré le risque évident encouru par votre position au sein de la communauté. Continuez votre bon travail! ", tel est le message réconfortant écrit par ce dernier sur Twitter, contrebalançant heureusement le flot d’intimidations, d’injures, et de mots d’ordre pousse-au-crime qui a déferlé sur le Net.

Regaillardis par ces témoignages de sympathie, les jeunes sud-africains venus croiser le fer pour le meilleur en Thaïlande ne se sont pas laissés abattre par une contre-pétition au titre évocateur « La préoccupation sioniste », exigeant leur renvoi de l’Université et leur rétrogradation sur-le-champ.

Les accus rechargés et leur éloquence ayant retrouvé de sa vigueur, les trois courageux débatteurs ont pris leur plus belle plume pour répondre avec intelligence à tous les messages au vitriol : "Débattre est une forme d’engagement dans le monde qui nous entoure, et l'enseignement de la pensée critique et la valeur du discours sont essentiels à nos yeux.  En outre, nous reconnaissons que différents points de vue existent et sont forgés par un raisonnement légitime. Nous saluons et encourageons l’expression de toutes ces opinions. Cependant, l'intimidation, la colère, les menaces et l'hostilité étouffent et mettent en péril ce discours sensé. Nous exhortons le plus grand nombre à reconnaître que ces différentes opinions existeront toujours, et à se comporter d'une manière civilisée qui leur permettent de voir le jour sans que ceux qui les expriment ne prennent peur, ne soient harcelés, menacés et persécutés."

 

  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les médecins de Gaza : une autre facette de la résistance

Le consul de France à Gaza va porter plainte contre Israël