in

Toronto pleure la disparition d’une pionnière de l’islam

Arrivée au crépuscule de son existence, une pionnière et grande dame de l’islam au Canada s’en est allée rejoindre un jardin luxuriant, Opheera Nasir, 88 ans, a rendu son dernier soupir le 10 novembre, laissant un immense vide derrière elle et le souvenir impérissable d’une ardente avocate de la cause féminine.

Formant avec son époux feu Mohamed Nasir, ancien président de la Fondation islamique de Toronto, un couple de précurseurs à l’avant-garde du développement de l’islam au pays de l’érable, leur terre d'adoption depuis 1973, la très entreprenante Opheera Nasir s’est très vite imposée comme une interlocutrice incontournable au sein de la fondation chapeautée par son mari, s’investissant sans compter dans la gestion de la mosquée Jami et à la tête du Comité des femmes.

Véritable pilier de la communauté musulmane de l’Ontario, celle qui fut la meilleure alliée et ambassadrice de son éminent conjoint, l’accompagnant dans ses nombreux voyages dans le monde musulman au cours de la décennie 80, s'est parallèlement illustrée dans l’encadrement des jeunes femmes, l’organisation de séminaires de formation ainsi que d’événements culturels qui ont marqué plusieurs générations.

Cette mère de quatre enfants et grand-mère de 12 petits-enfants a quitté la scène de la vie paisiblement, après y avoir joué un rôle moteur et été une source d’inspiration intarissable, ses coreligionnaires éplorés se souvenant avec émotion du prix prestigieux qui lui fut décerné en 1991 par la Direction de la condition féminine de Toronto, récompensant ses années d’efforts en faveur de la défense des droits des femmes musulmanes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Des soldats américains agressés en Turquie (vidéo)

Non à l’interdiction de Shlomo Sand à l’Université de Nice !