in

“Slim Peace”, le programme minceur qui crée des liens entre musulmanes et juives

Faire la paix en luttant contre les kilos en trop, voilà une idée pour le moins originale en matière de résolution du conflit israélo-palestinien qui n’émane d’aucune chancellerie, pas assez volontariste et audacieuse pour cela, mais d’une réalisatrice israélienne, Yael Luttwak, qui n’a pas craint de sortir des sentiers battus, il y a dix ans de cela, en explorant ses potentialités.

Alors qu’elle suivait une cure d’amaigrissement dans le cadre d’un coaching de groupe façon Weightwatchers à Tel Aviv, la chasseuse d’images, qui rêvait de paix, se plaisait à imaginer un rapprochement inédit entre le corpulent Ariel Sharon, alors Premier ministre de l’Etat hébreu, et Yasser Arafat, le charismatique leader de l’Autorité palestinienne, sur la balance… Ou comment une surcharge pondérale, un mal universel et bien dans l’air du temps, aurait pu réussir là où les tables rondes ont cruellement échoué…

Mais Yael Luttwak ne s’est pas contentée de se bercer d’illusions, elle a réellement mis en application sa douce utopie en créant un programme d’amincissement inédit, conçu comme un pont culturel unique entre les femmes juives et musulmanes. Et nombreuses sont celles qui ont emprunté ce pont, marchant les unes vers les autres sans crainte et en confiance, tout en espérant affiner leur silhouette. Nul besoin de dire que ce programme révolutionnaire n’a pas été homologué par le gouvernement ultra-sioniste de Netanyahu, et c’est aux Etats-Unis, où elle donnait une conférence, que Yael Luttwak a exporté son concept.

“Slim Peace” made in Boston a ainsi vu le jour cette année, sous l’impulsion de deux américaines (voir photo ci-dessus) et amies inséparables, l’une musulmane, l’autre juive, qui se sont enthousiasmées pour la double vocation et l’impact du programme minceur mis en place par Yael Luttwak en Israël.

Aminah Herzig, diététicienne de son état, et Emma Samuels forment un tandem de poids pour faire la chasse aux kilos superflus entre musulmanes et juives Outre-Atlantique, et déjà dix femmes, cinq musulmanes et cinq juives, suivent assidûment leurs cours prônant une alimentation saine et l’estime de soi, dans la joie et la bonne humeur. Les deux coaches ont en effet été agréablement surprises par l’extrême facilité avec lesquelles leurs élèves, des femmes actives et mères au foyer, ont établi une vraie proximité, en venant à évoquer leurs origines et cultures avec aisance et curiosité.

Le succès est tel, que le programme bien nommé “Slim Peace” risque fort d’essaimer dans d’autres villes américaines, telles que Chicago, Cleveland, Detroit et Washington, mais également de s’élargir aux femmes chrétiennes aux prises avec leur poids et animées par la même volonté de tisser des liens interreligieux et culturels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

“La Ligue de Défense Judiciaire des Musulmans” est née, sous l’impulsion de Karim Achoui

Manuel Valls : “L’islamophobie est le cheval de Troie des salafistes”