in

Simon Collins, le premier ambassadeur britannique à effectuer le Hajj à La Mecque

La rumeur de sa conversion à l’islam courait dans quelques chancelleries, seule une poignée de diplomates en connaissant l’authenticité, Simon Collins, 60 ans, l’ambassadeur de Grande-Bretagne en Arabie saoudite, croule sous les messages de félicitations depuis qu’il a dissipé l’ombre du doute sur son inclination du coeur en apparaissant, sur Twitter, simplement vêtu de son habit de pèlerin.

S’il n’est pas le premier haut diplomate britannique à avoir embrassé l’islam, il est le premier à avoir troqué son grand costume d’ambassadeur contre le ihram d’un blanc immaculé, comme l’illustrent les photos prises devant le consulat britannique à La Mecque qui immortalisent son tout premier Hajj en Terre sainte, en compagnie de son épouse syrienne, prénommée Huda.

Sitôt postées, ces preuves en image de la résurrection spirituelle de Simon Collins qui l’a conduit, en 2011, à répondre à l’appel irrépressible d’Allah, ont immédiatement déclenché une déferlante de compliments sur les réseaux sociaux, en provenance d’un monde arabe heureux d’apprendre la grande nouvelle.

Salué chaleureusement en tant que « Haji Simon », le titre réservé aux pèlerins, l’islamité dévoilée au grand jour de l’ambassadeur britannique en poste à Riyad, connu pour sa parfaite maîtrise de la langue arabe, n’a en revanche suscité aucun commentaire de la part du Foreign Office, hormis cette remarque laconique : la "religion est une affaire personnelle."

"Dieu vous bénisse. Je me suis converti à l'Islam après 30 ans de vie dans les sociétés musulmanes et avant d’épouser Huda", a tweeté Simon Collins, en réponse aux centaines de messages élogieux qui ont afflué de toute la galaxie arabo-musulmane, en refusant toutefois de s’épancher dans le cadre d'interviews plus intimistes et introspectives sur sa foi.

Parmi les Saoudiens qui ont accueilli avec émotion l’annonce de cette conversion dans l’antichambre du pouvoir britannique à Riyad, Fawziah Al-Bakr, une militante des droits des femmes, a mis en exergue sous les photos de Simon Collins et de son épouse au Hajj, la légende éloquente suivante : "Le premier ambassadeur britannique en Arabie Saoudite accomplit le Hajj avec son épouse Mme Huda, après s'être converti à l' Islam. Merci à Dieu."

  

"Haji Simon" aux côtés de son épouse Huda, devant le consulat britannique à La Mecque

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’ennemi musulman

Les musulmans américains sont les mal-aimés de l’Amérique, selon une étude réalisée par l’Université du Minnesota