in

Royaume-Uni : l’agresseur d’une infirmière voilée condamné à dix mois de prison

Un an, presque jour pour jour, après avoir été sauvagement agressée sur le chemin qui la menait vers le domicile de sa patiente, à Stoke-on-Trent, une localité située dans le comté du Staffordshire, une infirmière britannique voilée de 29 ans, encore hantée par le regard injecté de haine de son assaillant, a assisté, fébrile, à son procès.

Loin de bomber le torse devant le juge Paul Glenn, Jake Hammersley, 25 ans, l’a écouté, tête baissée, faire le récit détaillé de son déchaînement de violence contre une soignante musulmane qui a eu le malheur de croiser sa route, en ce jour tristement mémorable du 8 août 2016.

« Vous vous êtes jeté sur la victime, vous avez empoigné son foulard et l’avez tiré autour de son cou jusqu’à l’étrangler. Comme elle essayait de se défendre et appelait à l’aide, vous l’avez frappée au visage avec une extrême brutalité, à deux reprises », a relaté le magistrat, l’air grave, tandis que le visage de l’accusé s’enfonçait progressivement dans ses épaules, sous le poids d’une culpabilité aggravée qu’il a pleinement reconnue.

Il faut dire qu’il aurait eu mauvaise grâce à clamer son innocence, alors qu’une caméra de vidéosurveillance dont il n’avait manifestement pas soupçonné l’existence, à moins qu’il l’ait totalement oubliée, emporté par sa fureur inextinguible, avait immortalisé la scène terrifiante.

« Quand la victime a réussi à vous échapper, pendant qu’un groupe d’hommes asiatiques, alerté par ses cris, s’est interposé devant vous, certains étant munis de bâtons, elle a couru vers la maison de son frère qui se trouvait dans le quartier. Elle était haletante, pétrifiée, elle pleurait et portait les stigmates de la strangulation et des coups au visage que vous veniez de lui asséner », a poursuivi le juge Paul Glenn, sous les yeux embués de larmes de l’infirmière musulmane qui a confié à la presse locale, en veillant à préserver son anonymat, qu’elle en avait perdu le sommeil.

Tentant vainement d’émouvoir le tribunal sur la misère sociale et matérielle de son client, décrivant un parcours des plus chaotiques, fait de mauvaises rencontres et entaché d’actes délictueux, l’avocat de Jake Hammersley a échoué à lui éviter le passage par la case prison, où il a été condamné à croupir pendant dix mois.

Ressortie épuisée mais soulagée du prétoire, l’infirmière voilée de Stoke-on-Trent peut à présent songer à se reconstruire, en s’efforçant de surmonter sa peur irrépressible de sortir de chez elle, sans craindre que le danger ne surgisse dans son dos ou la guette à chaque coin de rue.

2 commentaires

Laissez un commentaire
  1. C’est injuste 10 mois de prison. Car non seulement il a violenter la femme, frapper, étrangler, terroriser, mais c’est aggraver car il l’a fait pour islamophobie et racisme. Rien que pour coup et blessure cela méritait plusieurs année de prison et pas 10 mois, alors que dire lorsque c’est accompagner par de l’islamophobie et du racisme ?! Cela méritait au moins plusieurs années.

    Si c’était un homme musulman en qamis (habit pour homme de tradition islamique) qui avait agresser, violenter, frapper, étrangler et terroriser une femme non-musulmane (athée, chrétienne, juive), vous pouvez être sure et certain que ce musulman aurait écoper entre 5 et 10 ans de prison, où au minimum quelque année de prison et non pas quelque mois, de plus il aurait été juger pour terrorisme et extrémisme islamiste.

    Je suis vraiment choquer de la sentence car ce terroriste non musulman, méritait bien plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entre jihadisme et occidentalisme, nouvel affrontement des blocs ou renaissance méditerranéenne?

Un chanteur saoudien arrêté pour avoir effectué la “dab dance” en plein concert