in

Rencontre historique entre le pape François et le grand ayatollah Ali Sistani

Le pape François a rencontré à Najaf, au deuxième jour de sa visite en Irak, le grand ayatollah Ali Sistani, figure de l’islam chiite et en Irak. Ce dernier a affirmé que les chrétiens d’Irak devaient « vivre en paix et en sécurité ».

Publicité
Publicité
Publicité

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. Le temple du feu, n’a rien de musulman, et le monde judao chrétien le sait trés bien.

    Créateur unique, veut dire Allah, chose qu’on ne peut pas étteindre pour le temple.
    Religion veut dire prophète, trop arabe pour le temple.

    Les chrétiens disent que Jésus, que la paix soit sur lui , s’est sacrifié pou que vive l’humanité.
    Les ayatos disent hussein s’est sacrifié pour que vive l’humanité.

    Le khalife Omar qui avait vaincu les perses , disait :
     » J’aurais voulu qu’il y ai une montagne entre nous et les perses. Ils ne peuvent pas nous atteindre et nous non plus.
    Il voulait dire : L’ennemi de l’islam reste la réalité à deux visages.
    Un visage qu’on montre aux gens, un autre qu’on montre à soi même.
    Cette réalité n’ existait pas à l »ouest, chez les romains.

    La croyance, des ayatos, est une vengeance.

    Officiellement, mariage Hussein – fille du roi perse (alliance Islam / dynastie perse).
    Tout ce qui est contre cette alliance n’est pas leur pseudo islam.

    Officieusement, l’islam doit payer la chute de l’empire du feu,
    par le culte des morts,
    ne plus citer Allah unique, seul le salut de Hussein compte,
    ne plus citer son prophète seul mais toujours comme second.

    Les ayato-machins ont fait du prophète de l’islam ce que le monde judao chrétien avait fait du père des prophète Abram, bien que les juifs n’avaient pas la vengeance comme mobile.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

L’Emir, modèle contemporain de l’ “Homme universel“ (2/2)

Pour une approche humaniste du dialogue interreligieux