in

Quand Pierre Bergé faisait défiler des mannequins revêtues de foulards, griffés Yves Saint Laurent…

Il n’y a rien de plus jubilatoire que de renvoyer les grands pourfendeurs de l’islam à leur insondable hypocrisie !

Nanti parmi les nantis du parisianisme, le dédaigneux Pierre Bergé, fondateur de la maison Yves Saint Laurent et mécène du Parti Socialiste, qui crie à « l’asservissement de la femme » à la vue du moindre voile, aurait été bien avisé de se rappeler du mémorable défilé de haute couture de l’hiver 1976, quand ses mannequins enfoulardées et enturbannées défilaient sur un podium où toutes les têtes étaient couvertes, sous les applaudissements nourris de la salle.

Celui-là même qui, il y a quelques jours à peine, tirait à boulets rouges sur « la mode islamique », en parfaite synchronisation avec la ministre des Droits des femmes, Laurence Rossignol, emportée par l’islamophobie désinhibée jusqu’à la déraison, et qui s’indignait de manière affectée contre des marques qui « enferment les femmes dans des voiles, comme dans des prisons », aurait-il effacé de sa mémoire ce temps, pas si lointain, où les foulards griffés Yves Saint Laurent étaient très chics et fashion ?

Qu’à cela ne tienne, voici, en images, une petite piqûre de rappel qui démontre, s’il en était besoin, l’incroyable duplicité dont seuls sont capables les puissants, drapés dans une respectabilité de façade.

Parmi ceux-ci, n’oublions pas la philosophe islamophobe et fière de l’être, Elisabeth Badinter, qui a poussé la sinistre Tartufferie, féministe, laïque et anti-voile, jusqu’à appeler au boycott des marques de vêtements qui se lancent dans la « mode islamique », alors même qu’elle pousse des cris d’orfraie, à l’unisson de Manuel Valls, contre le Boycott d’Israël et son mouvement de grande ampleur BDS. Dans la patrie des droits de l'Homme, ou du moins ce qu'il en reste, il est des boycotts moins honorables, tolérables et licites que d’autres, surtout quand le mythe de la « seule démocratie du Proche-Orient » en ressort à jamais atomisé…

C’est ça la France des Lumières de 2016, une pitoyable pantalonnade politico-médiatique et intellectuelle du Tout-Paris qui s'imagine être encore le phare du monde, et qui n’est même plus conscient de ses mensonges éhontés, de son cynisme sans nom et de ses paradoxes criants !

Séquence nostalgie édifiante, retour en images sur le défilé Yves Saint Laurent de l'hiver 1976

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Etats-Unis : une famille musulmane, victime d’une discrimination islamophobe, expulsée d’un vol

Le voile responsable de tous les maux dans le monde (humour)