in

Quand l’UMP est renvoyée dans ses cordes par la jeunesse frondeuse d’Egypte

C’est peu dire que l’ingérence française dans le printemps arabe aura brillé par son caractère aléatoire et fluctuant… Si la Tunisie a failli voir des bataillons français débarquer sur son sol pour mater l’insurrection, l’Egypte, elle, a été approchée par le parti présidentiel pour faire l’apprentissage de la démocratie. Incroyable, mais pourtant tellement vrai !

Deux révoltes populaires victorieuses, deux intrusions Sarkozystes radicalement opposées, l’une se sentant l’âme sécuritaire, quand l’autre est animée d’une vocation pédagogique, la politique arabe de l’Elysée ne craint pas de se fourvoyer dans un grand écart qui frise le ridicule, tant la ficelle est grosse.

Après s’être lamentablement ramassée en Tunisie, l’UMP, sous la férule de Jean-François Copé, s’est improvisée école de la démocratie auprès de la jeunesse héroïque de la place Tahrir, comme le relate l’article paru dans Les Inrocks. Une manière détournée de jouer les éternels donneurs de leçons, la condescendance masquée par des sourires « ultrabrigth » de VRP de la politique, sous couvert d’œuvrer charitablement pour la bonne cause.

Oui, mais voilà, cette miraculeuse idylle Umpiste avec la fine fleur de la jeunesse d’Egypte, politique et bloggueuse, sentait la récupération politicienne à plein nez, et s’est pris un beau râteau sur la toile par une nouvelle génération à qui on ne la fait pas comme ça !

Alors qu’Hillary Clinton, mue par la même intention suspecte, s’était fait envoyer paître par Mohamed Adel, le jeune leader du mouvement du 6 avril, Jean-François Copé, impatient de décrocher un titre de gloire après un débat sur l’islam qui a tourné court, plastronnait le 14 avril dans un communiqué : ” l’UMP accueille aujourd’hui et demain une délégation de jeunes responsables politiques et de blogueurs égyptiens pour deux demi-journées de formation.” Une formation qui se voulait forcément unique, visant à “favoriser l’émergence d’une classe politique renouvelée dans les nouvelles démocraties arabes“, le leader Umpiste concluant en toute humilité : “L’UMP est le premier parti à s’engager en faveur de l’organisation des formations politiques dans la jeune démocratie égyptienne.

Pas de chance pour notre grand homme qui se rêve un grand destin, la jeunesse égyptienne ne s’en laisse plus conter et a donné une cuisante gifle électronique à son annonce claironnante. Walid Rashid, le porte-parole du mouvement du 6 avril, qui se dit scandalisé par les déclarations des dirigeants de l’UMP sur l’immigration en général et sur les musulmans en particulier, a confié aux Inrocks. : “Sarkozy allait à Louxor dans les hôtels de luxe quand Moubarak nous mettait dans les caves. Il a soutenu Moubarak et quasi jusqu’au bout ! Quelle démocratie il voudrait nous apprendre ?! Quelle formation pourrait-il nous donner ?!“, ajoutant “Nous leur avons dit qu’il n’était pas question de nous associer à eux”.

L’UMP souhaitait tirer les marrons du feu en draguant ouvertement la jeunesse frondeuse d’Egypte, mais ses gros sabots se sont, une fois de plus, pris les pieds dans le tapis de la diplomatie à très courte vue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Egalité des hommes & des femmes – 3 : à propos de hadîths…

Des filles en niqab arrêtées et conduites dans un fourgon de police