in

Le prince William se rendra cet été en Israël et dans les Territoires palestiniens occupés

Depuis 1948, la famille royale britannique a reçu de nombreuses invitations officielles de la part des gouvernements israéliens successifs, qu’elle a toujours consciencieusement déclinées.

A 35 ans, le Prince William semble vouloir rompre avec cette ère pour entrer dans l’histoire de la monarchie des Windsor, en foulant le sol, pour la première fois, des Territoires palestiniens occupés, mais aussi de l’Etat occupant dont le colonialisme, illégal et forcené, est condamné par le gouvernement britannique.

Cette première visite royale officielle dans la région, depuis des décennies, a été annoncée sur Twitter par le Palais de Kensington et devrait avoir lieu aux heures chaudes de l’été.

Publicité

Cette grande nouvelle a été immédiatement saluée par le président d’Israël, Reuven Rivlin, qui y voit le signe d’un heureux présage, celui d’un « cadeau pour notre 70ème année d’indépendance », tandis que les Palestiniens, qui ne décèlent dans leur ciel que de sombres augures, commémoreront au même moment, avec gravité, les 70 ans de la Nakba (le désastre, la catastrophe).

De son côté, Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne, s’est « félicité de cette visite importante, qui, nous l’espérons, contribuera à renforcer les liens d’amitié entre les deux peuples », selon The Guardian.

Amnesty International s’est empressé d’exhorter le fils aîné du Prince Charles à profiter de cette tournée officielle pour évoquer les ravages de la colonisation et tenter d’éveiller les consciences sur le sort effroyable des enfants palestiniens emprisonnés dans les geôles israéliennes. Il est certain que le Duc de Cambridge s’honorerait à ne pas user de l’insupportable langue de bois diplomatique en pareille circonstance, aussi exceptionnelle.

Publicité

Publicité

Mais avant même de faire date, la visite événement du Prince William, dans une région qui porte les stigmates indélébiles de la souffrance du peuple palestinien, a déjà fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux… L’ambassade britannique en Israël a omis, sciemment, de citer les « Territoires palestiniens occupés » dans son communiqué désespérément convenu, qui n’est que le pâle reflet de la pusillanimité de la communauté internationale devant l’oppresseur israélien.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

2 commentaires

Laissez un commentaire
  1. De son côté, Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne, s’est « félicité de cette visite importante, qui, nous l’espérons, contribuera à renforcer les liens d’amitié entre les deux peuples », selon The Guardian.

    Il ne manque pa de culot, le traître!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Written by Fabienne Doucet

Publicité

La Ville de New York verse 147 000 € de dédommagement à trois femmes forcées de se dévoiler

A bord d’un avion qui s’écrase : prières et pleurs des passagers d’un RJ-85