in

Pour Patrick Bruel, DSK était “l’homme de la situation”

Ce communautarisme-là, aux éclats strass et paillettes, ne sentira jamais le soufre, tant il est en odeur de  sainteté auprès de la bienveillante Marianne…Il n’y a guère que le bon peuple de France qui s’offusquera du soutien déplacé, mais inconditionnel, de Patrick Bruel à son cher ami DSK, regrettant dans un entretien à TV Mag que celui qui "avait la carrure et les compétences" pour être "l’homme de la situation" soit tenu éloigné de la course à la présidentielle. Et pour cause, non ?!

L’ex-idole des années 90 aurait mieux fait de se "casser la voix", une fois pour toutes, et de se taire, plutôt que d’afficher une solidarité indécente avec un grand bourgeois dédaigneux, qui s’est vautré dans le luxe et la luxure, jusqu’à l’irréparable. Point de "troussage de domestique", pour reprendre la pathétique défense de Jean-François Kahn, ni de marivaudage dans tout cela !

" Et, quel que soit le bord politique où l’on se situe, je crois que c’était de très loin l’homme de la situation. Son regard sur le paysage mondial aurait été bien utile. Malheureusement les événements en ont décidé autrement…" a insisté Patrick Bruel, en couvrant de fleurs l’épouse richissime de l’ex-champion du PS, Anne Sinclair, son amie intime : "C’est une femme très impressionnante. Sa façon de gérer cette affaire est assez extraordinaire. Je sais depuis longtemps qu’elle possède du courage et de la ténacité".

Quel joli portrait de famille, gommé de toutes ses aspérités, nous brosse là le nouveau porte-parole très show-biz de DSK, lequel continue de se débattre dans la tourmente judiciaire de ses frasques sans frontières !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

François Bayrou favorable aux créneaux non-mixtes pour les piscines

« Le complotisme est une maladie mentale » : entretien avec Marc-Edouard Nabe