in

« Pierre Bergé et Yves Saint Laurent, deux hommes malades sexuellement », le témoignage choc de leur ex-chauffeur

On se souvient de lui pour avoir hurlé avec les loups contre la « mode islamique » en plein essor, et même plus fort que la meute, Pierre Bergé, le défunt fondateur de la maison Yves Saint Laurent et amant du grand couturier ayant succombé aux paradis artificiels, se rappelle à nos mémoires à travers un livre levant le voile sur des secrets d’alcôve particulièrement glauques et malsains, bien dans l’air vicié du temps…

En mars 2016, ses cris d’orfraie poussés contre les stylistes qui « enferment les femmes dans des voiles comme dans des prisons » s’étaient mêlés au concert assourdissant de critiques du Tout-Paris politico-mondain, révélant une islamophobie des hautes sphères pleine d’arrogance et drapée dans une respectabilité de façade.

Une respectabilité qui se fissure de toutes parts, comme tant d’autres actuellement, sous le poids de la parole libérée, en l’occurrence celle de Fabrice Thomas dont l’ouvrage testimonial choc « Saint Laurent et moi : une histoire intime » jette un gros pavé dans la mare en dévoilant la dépravation sexuelle, au-delà du sordide, d’un couple entré dans la légende de la haute couture.

Publicité
Publicité
Publicité

La presse nationale commence timidement à faire ses manchettes sur les confidences de l’ancien chauffeur des deux hommes, qui fut recruté lorsqu’il avait 29 ans, avant de devenir leur amant et, plus pervers encore, « l’objet sexuel de Pierre Bergé ». « C’était deux icônes, deux hommes d’exception, mais deux hommes malades sexuellement », a-t-il déclaré sur le plateau de la chaîne canadienne TVA Nouvelles le 27 octobre dernier.

«J’ai été son objet sexuel », assure-t-il, en précisant  avoir « participé à de nombreuses orgies avec Yves Saint Laurent et Pierre Bergé. « Avec Bergé j’étais le flagellé et avec Saint Laurent, j’étais le flagellant», confie-t-il.

« D’autres révélations vont être faites dans le futur, ça s’est sûr. Quand on parle de Dominique Strauss-Kahn ou de Harvey Weinstein, croyez-moi c’étaient des enfants de chœur à côté de lui »a renchéri Fabrice Thomas depuis le Québec où il s’est forgé un nouvel avenir, il y a 9 ans de cela.

Publicité
Publicité
Publicité

Alors que les masques tombent les uns après les autres, à mesure que les scandales d’abus sexuels éclatent au grand jour, à un rythme effréné, il est des mythes plus difficiles à briser que d’autres en France, surtout quand ils furent érigés en icônes de la Ville Lumière.

 

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Choquant: un avocat égyptien défend le viol à la télévision

Le jour approche où